Accueil > Tous les numéros > N° 31 - Dans et hors de l’école : engagé(e)s ! > Refus de parvenir du prolétaire et volonté de parvenir du prolétariat

Refus de parvenir du prolétaire et volonté de parvenir du prolétariat

dimanche 11 mars 2012, par Greg

Durant l’entre-deux guerres, des instituteurs syndicalistes de la Fédération unitaire de l’enseignement (CGTU) comme Maurice Dommanget passaient avec succès l’écrit du concours d’admission au poste d’inspecteur du primaire, mais ne se présentaient pas à l’oral  [1].
En effet, ils ne souhaitaient pas quitter leurs postes et obtenir une promotion mais ébranler
l’autorité de la hiérarchie tout en affirmant la dissociation du savoir et du pouvoir.

Charles Jacquier,
Responsable de la collection Mémoires sociales (Agone).

D’aucuns trouveront cette pratique incongrue, voire inconcevable, tant la passion de la réussite à tout prix a fait des ravages dans l’esprit du plus grand nombre depuis des décennies, tant aussi, dans l’imaginaire occidental, la figure du « perdant » est un repoussoir commode… Même si, pour être tout à fait juste, ce qui reste encore de « décence commune » (George Orwell) préserve pour un temps des franges non négligeables des classes dominées et pourrait être le socle de la reconstruction d’une société plus juste, à condition que les intéressés eux-mêmes la jugent possible et souhaitable et soient à même de se battre pour elle – en un mot : d’en payer le prix.

Contrairement aux apparences, la pratique de Dommanget et de ses camarades n’était pas anecdotique et affirmait leur volonté de rester fidèles à leur classe d’origine – la plupart étant d’origine modeste. Dès le XIXe siècle, l’historien Jules Michelet qui, « avant de faire des livres », les avait composés « matériellement » sans ignorer « les mélancolies de l’atelier », avait souligné : « Presque toujours, ceux qui montent, y perdent, parce qu’ils se transforment ; ils deviennent mixtes, bâtards ; ils perdent l’originalité de leur classe, sans gagner celle d’une autre. Le difficile n’est pas de monter, mais, en montant, de rester soi  [2]. » Si Michelet ne doutait pas de constituer l’exception qui confirme la règle, le problème se posa à nouveau lorsque le syndicalisme fit son apparition dans l’arène sociale. Avec la généralisation de l’instruction publique, de nombreux instituteurs, souvent recrutés parmi les élèves les plus méritants issus des classes populaires, furent confrontés à ce dilemme.

Dans son premier article pour La Vie ouvrière de Pierre Monatte, Albert Thierry (1881-1915) écrivait à ce sujet : « Sans doute je suis un professeur, mais mon père est un ouvrier : je me considérerais comme un ingrat si je n’étais pas révolutionnaire. »  [3] Fils d’un ouvrier maçon, devenu normalien et enseignant, il parle aussi de « toutes les douleurs et l’orgueil qui m’ont déclassé »  [4]. Dans un premier sens, le « refus de parvenir » qu’il allait placer au centre de ses réflexions, c’est donc une fidélité, en dépit du déclassement, à sa classe d’origine malgré la rupture et l’éloignement relatifs qu’implique une profession « intermédiaire » dans l’échelle sociale qui est censée préparer à son destin la future force de travail. On réduit souvent le « refus de parvenir » à cela, qui n’est pas négligeable, mais à cela seulement, et c’est une profonde erreur. Or, c’est beaucoup plus, et Albert Thierry posa lui-même la question : « pourquoi l’art, la science, la politesse, le luxe, la philosophie, d’un seul gros mot pourquoi la civilisation est-elle, ou a-t-elle l’air d’être, œuvre de la Bourgeoisie, et non du Peuple ? »  [5] Et Thierry de répondre : le peuple « a voulu s’enrichir et s’anoblir, au moins dans ses enfants ; il a voulu parvenir. Et la Bourgeoisie, sa fille, au moment qu’il relève un peu le dos pour l’admirer, lui donne la schlague. Il l’a méritée : s’il avait REFUSÉ DE PARVENIR, il aurait fait tout seul la civilisation, et il l’aurait gardée »  [6]. Comme le Moyen Âge mit au centre de sa conception du monde la foi chrétienne qui érigea les cathédrales, les travailleurs doivent « fonder en pleine conscience » rien de moins qu’une « foi syndicaliste ». Il s’agissait, pour Albert Thierry, de savoir si le prolétariat pourrait être, ou non, « le restaurateur de la civilisation, le créateur de la première civilisation humaine » et la foi syndicaliste tel qu’il la concevait n’était rien de moins que cela.

Après la mort d’Albert Thierry, un autre adepte du refus de parvenir, Marcel Martinet, dont l’œuvre le paye encore au prix fort, écrivit dans le même esprit que « le “refus de parvenir” du prolétaire capable de parvenir n’a de sens que doublé par la “volonté de parvenir” du prolétariat »  [7].

À la veille du premier conflit mondial, comme un siècle plus tard, l’alternative « socialisme » ou « barbarie » implique de remettre le refus de parvenir au centre des préoccupations de tous ceux qui ne se résolvent pas à la marche du monde vers le pire, car c’est la première condition à remplir pour qu’une autre société soit tout simplement pensable. ■

Notes

[11. Lire Loïc Le Bars, La Fédération unitaire de l’enseignement (Aux origines du syndicalisme enseignant), Syllepse, 2005 ; et, de Maurice Dommanget, Histoire du Premier Mai & Histoire du Drapeau rouge, Le Mot et le reste, 2006.

[22. Jules Michelet, Le Peuple, Champs/Flammarion, 1974, p. 58 & 72.

[33. Albert Thierry, « L’action directe en pédagogie », La Vie ouvrière, n° 5, 5 décembre 1909. http://www.pelloutier.net/dossiers/dossiers.php?id_dossier=173(consulté le 25-01-2012). Dommanget consacra le chapitre XVI de son livre, Les Grands Socialistes et l’éducation (Armand Colin, 1970), à Albert Thierry.

[44. Albert Thierry, Vous dites Grandir (textes choisis et présentés par Roger Petitjean), l’Amitié par le livre, 1963, p. 122.

[55. Ibid., p. 278.

[66. Ibid

[77. Marcel Martinet, Culture prolétarienne, Agone, 2004, p. 153.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0