Accueil > Tous les numéros > N° 29 - "Compétences et résistances" > Naje : le but n’est pas le spectacle

Naje : le but n’est pas le spectacle

vendredi 20 mai 2011, par Greg

Par la Compagnie Naje (Nous n’abandonnerons jamais l’espoir)

Nous sommes un groupe de 20 comédiens et militants et nous voulons mettre nos outils au service de la lutte dans les services publics. Parce qu’il faut bien commencer par un bout et parce que certaines d’entre nous sont institutrices, nous avons choisi de commencer par la question des évaluations des élèves de primaire, notamment pour préparer une action pour l’évaluation des CE 1 à la mi-mai 2011.
Bien sûr nous ne limiterons pas notre travail au seul service public école, nous le poursuivrons avec ceux qui luttent pour l’hôpital, pour la justice. Mais nous ne pouvons tout faire à la fois alors les autres luttes seront pour un deuxième temps.

Ce que nous voulons, c’est imaginer et produire des outils d’intervention qui servent concrètement à renforcer la lutte contre les évaluations. Nous voulons être dans l’action elle-même et non à côté d’elle, nous voulons être des alliés, pas des prestataires. Nous avons différents outils : théâtre forum, théâtre images, théâtre journal, théâtre invisible, techniques d’animation du travail d’un groupe. Nos outils peuvent être mis en œuvre pour informer ou pour mobiliser, ou pour permettre à un collectif d’élaborer sa stratégie, ou pour constituer en eux-mêmes une action coup-de-poing, etc.

Nous avons commencé déjà à préparer des scènes et autres images qui pourront nous être utiles pour le travail à faire avant mai et aussi peut-être pour l’action de mai. Elles tâchent de dévoiler les vrais enjeux des situations et les mensonges qu’on nous sert pour nous les faire accepter, des séquences qui révèlent ce qui se passe de manière crue et simple à comprendre et qui posent la question de l’action.

Maintenant, nous proposons à ceux qui sont en lutte sur cette question (instituteurs, institutrices, parents et citoyens) de les aider à mobiliser les leurs et de préparer ensemble une action significative et efficace pour la période des évaluations des CE 1.

La compagnie Naje ne peut ni ne veut travailler seule mais elle mettra son temps, son énergie et ses outils au service de l’action co-construite avec ceux et celles qui luttent.

Comment la Cie Naje en arrive-t-elle à cette proposition ?

Depuis des années, la compagnie travaille sur les fonctionnements sociétaux donc aussi sur les services publics. Nous avons ainsi créé des spectacles sur la transformation de notre système de santé, sur la manière dont les citoyens peuvent faire de la politique, sur le traitement de la pauvreté, sur la justice. Ces créations nous ont permis d’approcher les mécanismes à l’œuvre et de les expliquer vraiment à nos spectateurs mais ils ont été créés et joués dans des lieux culturels, comme des spectacles, ce qui est déjà bien mais nous apparaît largement insuffisant.

En 2007, nous avons voulu travailler directement avec les syndicats et, à la demande du comité d’entreprise France Télécom Ile-de-France, nous avons créé « les impactés » qui dénoncent les effets de la privatisation sur le management, les conditions de travail, le harcèlement… Au total, ce spectacle a été joué devant plus de 5 000 salariés qui s’y sont profondément retrouvés et reconnus ; nous l’avons même joué pour soutenir des luttes et son DVD est encore aujourd’hui beaucoup utilisé par les syndicats. Mais là encore, il s’est agi de spectacles à côté de l’action : ni les syndicats ni nous n’avons réussi à aller au bout de notre démarche et à travailler suffisamment en alliance avec les militants en lutte sur leurs propres terrains.

Nous tachons donc cette fois-ci d’inverser notre manière de travailler : au lieu de créer un spectacle puis de chercher ensuite comment il peut être utile à ceux qui luttent, nous voulons d’abord mettre en place des actions avec ceux qui luttent. Probablement qu’un spectacle finira par en sortir plus tard mais le but n’est pas le spectacle, c’est la lutte et, si possible la lutte gagnante. ■

Texte de présentation de la Compagnie Naje (www.naje.asso.fr, site qui propose de nombreuses vidéos)
57, rue Roger Salengro, 92160 Antony. Tél./Fax : 01 46 74 51 69. Contact : Fabienne Brugel fabienne.brugel@wanadoo.fr

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0