Accueil > Tous les numéros > N° 27 : l’école dans dix ans (1ère partie) > Fiction : Fabien Clavel, Retour sur investissement

Fiction : Fabien Clavel, Retour sur investissement

mercredi 27 octobre 2010, par Greg

Fabien Clavel

Auteur de près d’une quinzaine de romans, Fabien Clavel explore sans relâche toutes les dimensions des littératures de « mauvais genre » – ou de l’imaginaire, pour rester poli (SF, fantasy, uchronie, parodie, historique, fantastique, space opéra). Formé dans l’univers du jeu de rôle, il publie aujourd’hui aussi bien dans les collections de SF pour adultes (Mnémos, Pygmalion) que dans celles pour enfants (Mango), travaillant en particulier la réécriture des grands mythes classiques (la Guerre de Troie, Don Juan, la légende arthurienne).

Professeur de lettres classiques à Budapest depuis trois ans, il nous a très gentiment proposé cette nouvelle, une des plus glaciales de la sélection.

Pour découvrir cet auteur, il faut absolument visiter son site perso Clavelus : le bloc-notes de Fabien Clavel (http://fabien.clavel.free.fr/)

Retour sur investissement

« Alors mettons les pieds dans le plat. Nos résultats aux tests nationaux et internationaux sont médiocres, pour ne pas dire
faibles au regard de nos investissements dans l’éducation.
Relever ce double défi – démocratisation, élévation du niveau général – exige que l’Éducation nationale entre résolument dans
la culture de l’évaluation et du résultat. C’est absolument capital. »

Discours de M. le Président de la République
à l’occasion du bicentenaire des Recteurs,
palais de l’Élysée, lundi 2 juin 2008

– 05 h 45 - Manu se lève au hurlement du radio-réveil. Il fourrage sa barbe de trois jours avant d’aller s’habiller. Pas le temps pour la douche.
Des copies et des fiches d’évaluation traînent sur le canapé : elles attendront encore un peu.

– 06 h 05 - Manu monte dans le RER bondé qui traverse Paris. Son avant-dernier remplacement le conduisait à Goussainville et Argenteuil. À présent, il doit descendre jusqu’à Courcouronnes, seul endroit où il a trouvé un établissement à peu près décent.
Une fois arrivé à la gare de Bois de l’Épine, il lui faut encore prendre le bus 404 qui l’emmène au lycée Michel-Houellebecq...

Lire la suite dans le numéro 27

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0