Accueil > Tous les numéros > N° 28 - l’école dans dix ans (2ème partie) > DE RETOUR DE GRÈVES : Chronique d’une lutte historique en Mayenne

DE RETOUR DE GRÈVES : Chronique d’une lutte historique en Mayenne

mardi 1er février 2011, par Greg

CHRONIQUE D’UNE LUTTE HISTORIQUE EN MAYENNE

C’est véritablement au mois d’octobre que la lutte prend de l’ampleur, en partant de l’Éducation Nationale. À l’initiative d’un petit collège, et avec le soutien de l’intersyndicale éduc’, une première AG interbahuts voit le jour en Mayenne, le 12 octobre. Les relais ont assez bien fonctionné, et plusieurs établissements ont envoyé des représentants. La manif’ du 12 rassemble pas loin de 10 000 personnes sur Laval, ce qui est un score tout à fait honorable. La grève reconductible est dans toutes les bouches... et ça part ! Des actions de barrage filtrant dans la ville sont organisés, les profs rejoignent les boîtes privées pour differ des tracts, des contacts se créent...

La semaine suivante, les événements s’accélèrent. L’AG éduc’, qui a décidé de se réunir presque quotidiennement, parvient à imposer son rythme. Des actions fusent dans tout le département. Le 19, comme ailleurs en France, Laval connaît une manif’ monstre : 15 000 personnes selon la CGT ! Ça ne s’était pas vu depuis... au moins ça ! Les UL CGT et FO du nord et du sud du département commencent à se bouger, alors qu’elles étaient en sommeil depuis plusieurs années. Ainsi, le 21, une manif’ rassemble 600 personnes dans un petit patelin qui en compte à peine 5 000 ! Et le Centre Technique Municipal de Laval décide à son tour de rentrer dans la lutte. Le blocage est décidé pour la semaine suivante.

À ce moment, l’AG éduc’ se transforme véritablement en AG interpro. Même si les jours précédents, des travailleurs issus d’autres secteurs (CPAM notamment) assistaient aux AG, c’est véritablement à ce moment que l’interpro commence à partir, quand les municipaux rejoignent l’éduc’. L’AG est désormais bien structurée, et commence même à intéresser (inquiéter ? ) les dirigeants des UD CGT et CFDT, qui vont venir assister à une réunion. Le blocage du CTM est organisé par l’AG, qui instaure une rotation sur les piquets pour la semaine.
Paradoxalement, si le blocage du CTM a été une action phare, elle épuise aussi les camarades, à un moment où il y a un flottement perceptible au niveau national, avec le déblocage progressif des raffineries et des dépôts de carburants. Finalement, le blocage ne sera pas reconduit la semaine suivante...

… et c’est le mois de novembre. L’AG de Tours lance un appel à une coordination nationale. À Laval, l’initiative intéresse au plus haut point, mais plusieurs se demandent si il n’est pas déjà trop tard. Plusieurs camarades ont repris le boulot dans les bahuts. Quelques jours plus tard, la loi est promulguée, et le mouvement social fléchit ici comme ailleurs.

Malgré tout, on peut parler d’un mouvement historique pour plusieurs raisons en Mayenne :

- l’ampleur des manifestations

- le fonctionnement réel en AG interbahuts d’abord, puis interpro ensuite

- le réveil des UL périphériques dans le département

- la diversité des actions de blocage entreprises, et l’implication de nombreux militants dans ces actions

Enfin, pour la CNT, ce mouvement a été l’occasion de se remonter dans le département, et il va falloir compter sur nous désormais dans le paysage syndical du 5-3 !

Pierre, Syndicat des Travailleurs & Précaires de la Mayenne

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0