Accueil > La revue > Nouveautés lecture > Sur l’école... > Au Front des classes, face à la classe, aux côtés des élèves, dans les luttes (...)

Au Front des classes, face à la classe, aux côtés des élèves, dans les luttes sociales, Noëlle De Smet

dimanche 26 juin 2011, par Greg

« La pédagogie n’est jamais neutre, je sais que ma pratique sera ce qu’elle est en fonction de choix : préparer les jeunes à occuper leur place dans la société ou les préparer à la transformer en transformant déjà le plus petit et le plus proche. […] Ce choix se fait tous les jours ; parfois à propos de détails […] pour des choix de contenus et des façons de se les approprier, pour laisser entrer le vécu des classes dominés à l’école plutôt que de le nier, de le juger ou de le domestiquer, pour une façon de voir et d’associer les parents, etc. Mon choix d’une éducation libératrice des classes dominés s’inscrit bien sûr dans une histoire collective : ce choix ne peut émerger que parce que je développe avec d’autres, et pas seulement des enseignants, l’analyse critique des projets d’éducation et de enjeux de société qu’ils contiennent ».

Ce livre de la collection « L’école au quotidien » rassemble 26 chroniques signées Noëlle de Smet et publiées dans les différentes revues de la Cgé (changement pour l’égalité, mouvement sociopédagogique belge). À partir de petits récits sur le vif, dans des établissements et des sections considérés comme particulièrement « difficiles », l’auteure esquisse ce que serait une pédagogie de classe, c’est-à-dire, une pédagogie dans la classe – et non pour les livres ou les manuels ! - et pour une classe, celle des opprimés, enfants d’immigrés et d’ouvriers, filles, élèves en rupture d’école... « Comment mettre continuellement en projet d’apprendre tout un peuple qui pense encore que c’est réservé aux autres et qu’en tout cas, si on veut rejoindre ces autres, ce doit être nécessairement ennuyeux, incompréhensible et surtout loin de la vie. Cette idée là est déjà bien intériorisée à douze ans. »

La force et la réussite de ces scènes est de ne jamais adopter la posture suffisante et dédaigneuse de celui ou celle qui sait et qui dit comment faire. Ainsi, tout en condamnant ces grands ou petits mépris quotidiens formulés par ses collègues vis-à-vis de leurs élèves, Noëlle De Smet interroge ces « réflexes » pour mieux les désamorcer et les dépasser. À l’instar de ce qu’elle pratique avec ses élèves. Elle ne « donne » pas de leçon, elle en invente, elle en reçoit... « Pour moi, instruire les jeunes et les adultes des milieux dits populaires, c’est être la plus présente possible à leurs préoccupations, manifestations et combats ; la plus ouverte possible à leurs savoirs dominés, clandestins et méconnus, afin de les hisser avec eux au rang de connaissance, de dignité et de reconnaissance. »

Comment construire une culture et une éducation émancipatrice, ici et maintenant ? Par l’écoute, la conviction, la confiance, répond l’auteure à travers une série « d’anecdotes », de moments vécus – par elle, mais aussi par tous les éducateurs du monde ! Mais, surtout, en s’engageant dans le combat pour une école où les élèves trouveraient enfin à s’armer contre la société. L’éternelle plainte contre l’état des toilettes est par exemple l’occasion de construire un autre rapport au savoir, à l’école et au collectif. « Gagner la bataille des toilettes peut être un pas vers une conscience fière, un petit pas seulement qui en appelle d’autres […] Le tout avec l’intention de renforcer la conscience de classe plutôt que de la laisser se perdre en les « sortant de là », en les « élevant » à partir du seul point de vue dominant »

L’engagement syndical et politique est toujours présent en arrière-plan, cet engagement qui inspire et rassure à l’heure des doutes. On croise bien entendu Paulo Freire et sa « pédagogie des opprimés », mais aussi la psychanalyse qui ouvre d’autres voix à l’émancipation collective et individuelle.

Un livre essentiel, fait pour penser... et agir !


- Au Front des classes, face à la classe, aux côtés des élèves, dans les luttes sociales, Noëlle De Smet, Changements pour l’égalité, col. « L’école au quotidien », 2009 (2ème édition augmentée), 124 p., 13 €.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0