Secrétariat international de la CNT

les attaques israéliennes contre le théâtre de la Liberté doivent cesser !

Publié le dimanche 11 septembre 2011

Communiqué de Presse

Le Secrétariat International de la CNT dénonce et condamne fermement les attaques menées par les forces d’occupation israélienne contre le Théatre de la Liberté à Jenine.

Le 4 avril dernier, le fondateur du Freedom Theatre de Jénine, Juliano Mer-Khamis était assassiné par un inconnu devant son théâtre. Acteur et documentariste, « Juif et Palestinien » d’après ses propres mots (sa mère était juive israélienne et son père un militant communiste palestinien de Nazareth), il avait fondé le Théâtre de la liberté en 2006. Il s’était également impliqué dès le début dans la campagne Boycott, Désinvestissement, Sanctions et notamment dans le volet du boycott culturel dont il avait été un des premiers signataires.

Depuis fin juillet, les forces d’occupation israélienne prennent pour prétexte sa nationalité israélienne pour, sous couvert d’enquêter sur sa mort, en profiter pour asséner des coups visant à détruire le Théatre de la Liberté.

Le 27 juillet, les forces d’occupation ont violemment attaqué le théâtre en pleine nuit, commettant d’importants dégâts, et ont arrêté sous le régime arbitraire de « détention administrative » deux responsables palestiniens du théâtre, Adnan Naghnaghiye et Bilal Saadi, qu’elles ont alors considérés comme suspects du meurtre. Puis elles ont arrêté à un check-point, pour le même motif, l’étudiant acteur palestinien du Freedom Theatre, Rami Hwayel, qui se préparait au rôle principal dans la pièce « En attendant Godot.»
Le 21 août, les trois détenus ont été disculpés mais Rami Hwayel, au prétexte qu’il était allé antérieurement en Israël sans autorisation, a été condamné à un mois d’incarcération, ce qui a provoqué l’annulation des premières représentations de la pièce.
Le 22 août, l’armée israélienne a de nouveau attaqué le Freedom Theatre et arrêté Mohammed Naghnaghhiye, frère d'Adnan, après avoir dévasté son appartement situé dans le bâtiment du théâtre [1].
Depuis lors, les autorités d’occupation ont harcelé d’autres membres du Freedom Theatre, tentant de faire taire ce lieu de résistance culturelle, de résistance à l’occupation.

Le Secrétariat international de la CNT manifeste sa totale solidarité aux membres du théâtre de la liberté face aux coups de l’occupant qui ici comme partout en Cisjordanie et à Gaza cherche à briser la résistance palestinienne.

Notes

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :