Secrétariat international de la CNT

Solidarité avec Gaza : Communiqué de l’ATMF et de l’UJFP : "Ne nous trompons pas d’ennemi !"

Publié le mardi 13 janvier 2009

Ensemble, nous essayons de voir quelle est la meilleure stratégie, la
meilleure tactique pour atteindre cet objectif, dans la compréhension
qu'il ne s'agit pas d'un problème israélien, mais que d'une certaine
manière Israël se trouve en première ligne du monde libre et est attaqué
car nous représentons les valeurs du monde libre, dont la France".

Par cette déclaration, à la presse française, le 1er Janvier 2009, à
Paris, Madame Livni ministre israélienne des Affaires étrangères, a posé
le cadre de l'exportation israélienne du « conflit du Proche Orient » en
France et en Europe. Elle affirme que nous Européens et Français
défendons les mêmes valeurs et avons les mêmes ennemis que son
gouvernement, ouvrant ainsi la voie à tous les amalgames.

local/cache-vignettes/L116xH118/images-9813f.jpg?1423701775

Non madame Livni, et non Monsieur Sarkozy, nous vous le déclarons avec
force, nous n'avons pas les mêmes valeurs : nous ne défendons pas la
discrimination des populations selon leur origine, ni l'idéologie
sociale de la séparation ou l'apartheid, nos valeurs sont celles d'une
société qui se fonde sur l'égalité de toutes ses composantes toutes
origines confondues.

Nous n'avons pas pour valeur les attaques contre des populations civiles
désarmées, l'interdiction de la presse, l'emprisonnement sans procès et
la torture, l'occupation et la colonisation, le refus du droit
international, nous ne soutenons pas les crimes de guerre !

C'est votre volonté et votre intérêt, et non les nôtres, Madame Livni,
de scinder la société française, comme vous réussissez tous les jours à
créer des citoyens de deux catégories en Israël, où vous avez emprisonné
ces dernières semaines des dizaines de citoyens d'origine palestinienne
parce qu'ils manifestaient leur fraternité avec les Gazaouis écrasés
sous la bombes de votre armée.

QUI EST COMMUNAUTARISTE ?

Le soutien inconditionnel d'une telle politique, par le CRIF, qui
s'arroge encore aujourd'hui le droit de parler pour tous les juifs de
France, est l'une des principales matrices du communautarisme en France.
En proclamant l'identité des termes Juif, Sioniste et Israélien le CRIF
prend une responsabilité terrible et provoque un amalgame qui ne peut
qu'inciter à la haine. Le mobile est simple et résume toute la stratégie
idéologique israélienne et sioniste depuis 2001 : Favoriser le repli
communautaire et confessionnel, pour dépolitiser le débat public a un
intérêt évident : faire oublier les victimes de l'occupation et celles
de Gaza, en faisant peser une accusation ou une suspicion généralisée
d'antisémitisme sur tous ceux qui en France protestent contre cette
politique.

Ainsi, après l'attaque inadmissible d'une synagogue à Toulouse, non
revendiquée et à ce jour nul ne peut prétendre en connaître les auteurs,
on entend s'élever des voix (les même curieusement que l'on n'a pas
entendu contre les déclarations de Livni ou du CRIF) pour s'inquiéter du
repli communautaire de la population d'origine arabo musulmane de ce
pays, qu'il s'agirait d'éduquer aux valeurs (encore !) de la République.

Nos associations qui luttent ensemble contre le racisme ont condamné
ensemble tous les attentats racistes en France contre des lieux de
cultes et des cimetières juifs et musulmans, elles luttent contre les
replis communautaires par l'exemple de positions claires et communes sur
la justice, l'égalité des droits en France, les droits des « sans
papiers », contre l'occupation et pour les droits des Palestiniens.

Nous considérons et affirmons ici avec force que ce qui fabrique le
communautarisme c'est d'abord et avant tout la désignation d'une partie
de la société française comme suspecte a priori de racisme et
d'amalgame. Ainsi les populations qui subissent en France chômage,
pauvreté, racisme, et exclusion sociale, seraient aussi coupables
d'avance de leur fraternité avec les Palestiniens. Décidément la double
peine fait école !

Ce qui fabrique aussi le communautarisme pour nous c'est la désertion
sur le terrain politique de la défense des droits des Palestiniens.

Si les manifestations françaises pour Gaza sont clairement identifiées
comme celles de tous les Français quelle que soit leur origine, il n'y
aura pas de repli communautaire. Il y aura du sens au slogan : « tous
ensemble » . Ce sont ceux qui s'abstiennent de prendre clairement
position pour sauver Gaza, pour les droits des Palestiniens, pour
imposer à Israël le respect du droit international, qui renvoient aux
« communautés » juives et arabes le soin de régler entre elles un
conflit « qui les regarderait ». C'est ainsi qu'ils fabriquent le repli
communautaire et la confessionnalisation éventuelle des rapports sociaux
qu'ils prétendent redouter. Ils font le jeu de Tzipi Livni et de
l'idéologie du choc des civilisations.

Ce conflit et sa résolution sont politiques, c'est une bataille
internationale pour le droit, qui doit être menée partout et par tous,
et concerne toutes les composantes de notre société .

PARLER POLITIQUE ! LUTTER POUR LA LIBÉRATION DE GAZA,

ET LES DROITS DU PEUPLE PALESTINIEN, C EST L'AFFAIRE DE TOUS !

Communiqué de l'ATMF et de l' UJFP

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :