Secrétariat international de la CNT

Pologne : Initiative des travaileurs (IP) en lutte à l’usine Cegielski de Poznan

Publié le dimanche 15 novembre 2009

Le 3 novembre 2009 la justice polonaise a déclaré Marcel
Szary coupable d'avoir organisé et pris la tête de trois grèves sauvages en
2008 chez Cegielski et a été condamné à une amende de 3000 zlotys (730 euros).

Les patrons de la boîte s'étaient joints à la plainte de l'État en demandant de
lui ôter tout poste à responsabilité dans l'entreprise, mais ils n'ont pas été
suivis.

local/cache-vignettes/L300xH201/phoca_thumb_l_DSC03465-2-33c7c.jpg?1422527364


Cegielski ?

Usine de moteurs créée en 1846 à Poznan, y ont été employées
jusqu'à 20 000 personnes dans les années 70.

Aujourd'hui, les 2800 travailleurs
font les variables d'ajustements de la crise : 500 d' entres eux ont été lourdés
en juin. C'est une usine incontournable du paysage polonais, importante tant
économiquement qu'au niveau de la polarisation de la lutte des classes et au
rôle de ces ouvriers dans les différentes luttes politiques et sociales, et
aussi dans l'activité d' Inicjatywa Pracownicza - IP (Initiative des Travailleurs, anarcho-syndicaliste).


Marcel Szary ?

Initiative des travailleurs/IP est présente à Cegielski
depuis les années 90. En 2003, 2006 et 2009 Marcel Szary(ancien de Solidarnosc lassé
de leur
co-gestionneries) y a été largement élu délégué du personnel. C'est un
militant-clé de IP à Cegielski. 4 autres font aussi face à la répression
patronale.

Grèves sauvages ?

En 2006, la direction et les autres syndicats ont réussi à
faire échouer une tentative de grève régulière et légale. En conséquence les
militants d'IP se sont tournés vers des grèves sauvages courtes.

En 2007, à
l'occasion d'un refus de négociations sur les salaires (IP demandant en outre
qu'elles ne se tiennent pas dans les bureaux de la direction mais dans les
locaux des travailleurs pour que ceux-ci y participent) ces débrayages ont
commencés.

Il y en eut 10 jusqu'en avril 2008, durant entre 20 minutes et 3
heures ; il y eut aussi 5 manifestations de quelques centaines de
personnes et une « grève par absence » (genre de droit de retrait qui
permet aux travailleurs polonais de ne pas venir travailler pendant 4 jours
simplement en en informant le patron le 1er jour) suivie par 90 %
des salariés. Les salaires ont finis par être augmentés, la direction ayant
cédé : une augmentation de 25 % en un an.

La crise ?

Un peu partout dans le monde les chantiers navals –
principaux clients de Cegielski - ferment ou réduisent leur activité,
entraînant des licenciements massifs, dont celui de juin 2009.

En réaction, le
23 octobre a eu lieu à Poznan une manifestation réunissant 4000 personnes de
syndicats et de boîtes différentes, avec quelques affrontements en fin de manif, contre les flics. Les militants d'IP tentent aussi d'organiser les 500
licenciés de juin pour lutter hors de la boîte, par exemple contre le
gouvernement de la région.


Jarek URBANSKI,

Initiative des Travailleurs (IP), Pologne.

(texte synthétisé par Bastien, SI de la CNT).

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :