Secrétariat international de la CNT

Nouvelles des paysans pauvres d’Ouzioua

Publié le samedi 4 novembre 2006

Lutte des paysans pauvres d'Ouzioua.

Deux barrages sont construits dans la région d' Ouzioua à l'Est de Taroudant au sud du Maroc, au niveau du point de rencontre de l'anti-Atlas et du haut-Atlas, sur les terres des paysans pauvres.

A la fin de la construction du barrage :

Les paysans pauvres vivent dans des conditions catastrophiques, après avoir perdu leurs terres et leurs ressources naturelles contre un remboursement très faible devant la perte de leurs propriétaires, par un prix de trois dirhams seulement le mettre de la terre irriguée et deux dirhams le mettre de la terre bour non irriguée.

- 50% habitent dans la région prés du barrage, 10 douars de la commune Tisrass au barrade Aoulouz et sept douars de la commune Ouzioua au barrage Moukhtar Essoussi, ils vivent dans les conditions très difficiles.

- 15% habitent dans la commune d'Aoulouz.

- 35% ont quitté la région vers Ouled Berhil et Taroudant.

La vie des paysans pauvres a subit une transformation radicale, à savoir que la plupart d'entre eux est transformée en ouvriers et ouvrières agricoles aux fermes des grands agriculteurs, qui ont implanté des domaines des agrumes sur les terres des autres paysans pauvres dans la plaine de Souss, pas loin du barrage Aoulouz.

Malgré les ressources naturelles très importantes de la région d'Ouzioua et les dons de l'agence française du développement, 35 douars de la commune d'Ouzioua sont dépourvus de l'électrification et de l'eau potable. L'état marocain oblige trois Douars qui ont perdu leurs terres au barrage El Mokhtar Essoussi de payer 4900 dirhams par maison pour le relie de l'électrification aux lignes nationales, sachant que la commune rurale avait payé un montant très important en coopération avec le bureau national de l'électricité depuis 2001, et que le ministère d'équipement avait déjà financé le relie de l'électrification nationale au barrage El Mokhtar Essoussi.

Les habitants de sept douars qui ont perdu leurs maisons après la construction du barrage ont dépourvus de l'électrification et de l'eau potable depuis 2001 jusqu'à maintenant, cela malgré ; le financement du projet du re-habitation des paysans pauvres par l'état d'un fond de 215 millions de centimes consacré à l'électrification et l'eau potable.

L'agence de l'eau au souss massat n'hésite pas à massacrer le droit naturel des paysans pauvres à l'eau de l'irrigation au barrage en faisant stopper l'écoulement naturelle de l'eau. Tout cela ; est pour réserver l'eau aux fermes des grands agriculteurs au souss. En 2003 les paysans pauvres ont perdu plus de 1200 arbres d'olivier à cause de l'arrêt total de l'eau du barrage. L'agence de l'eau de Souss Massat a intervenu pour préparer certaines associations dites associations de l'eau fabriquées par le président de la commune, pour accepter un débit de 100 litres par seconde, ce qui va encore multiplier les dégâts dans les champs des paysans pauvres.

Pour défendre leurs droits, les paysans pauvres ont constitué des associations de développement. Ils ont contacté tous les responsables locaux, régionaux et nationaux sans aucune réponse positive à leurs problèmes. Le 07 mai 2006, la société civile à Ouzioua avait organisé une marche pacifique du barrage au siège de la commune rurale. Le régime marocain de sa part, au lieu ; d'ouvrir des négociations avec les responsables des associations et faire suivre les vrais responsables de ces problèmes, il décide de poursuivre 05 responsables de ces associations devant le tribunal de première instance à Taroudant le 28 septembre 2006. L'audience est reportée une première fois au 02 novembre 2006, puis une deuxième fois au 07 décembre 2006.

Les paysans pauvres ont contacté les responsables nationaux des partis politiques de la gauche, la CDT, l'UMT et l'AMDH, une commission avait déposé le dossier sur les problèmes des paysans pauvres d'Ouzioua chez ces organisations. En attendant une réponse à leur demande de soutien, une rencontre entre cette commission et le front de défense des biens publiques et des droits fondamentaux à Taroudant, constitué par annahj addimocrati, PADS, PCU, PPS, AMDH, UMT et CDT, a été organisé après l'audience du 02 novembre 2006 au siège de la CDT. Le but de cette rencontre est de soutenir le sit-in des paysans pauvres qui va être organisé le 14 novembre 2006 et tracer un programme de soutien aux luttes des paysans pauvres d'Ouzioua.

Amal Lahoucine

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :