Secrétariat international de la CNT

Maroc : Dégradation de l’état de santé d’un activiste détenu dans la prison de Kénitra

Publié le mercredi 19 avril 2017

Article de Samad Aït Aicha, publié le 14.04.2017 dans L'œil de l'exilé, que l'on diffuse ici pour information et en solidarité à Rabii Houmazen.
http://www.loeildelexile.org/maroc-degradation-de-letat-de-sante-dun-activiste-detenu-dans-la-prison-de-kenitra/

Près de trois mois après son arrestation, l’état de santé de l’activiste, membre du Mouvement 20 février à Casablanca, Rabii Houmazen (29 ans) s’aggrave des suites de la grève de la faim que le prisonnier a tenue durant 10 jours. Le jeune activiste du M20F, version marocaine des révoltes des printemps démocratiques survenues dans les pays arabes, est condamné à dix mois de prison ferme et à une amende de 6200 dirhams (environ 600 euros).

local/cache-vignettes/L300xH227/credits-marwa-khouya-f8d11.jpg?1492627085 Portrait de l’activiste Rabii HOUMAZEN emprisonné depuis trois mois par les autorités marocaines / A.MOUKTAFI

Selon un communiqué de sa famille publié sur les réseaux sociaux il y a quelques jours, l’activiste du Mouvement 20 Février et étudiant Rabii Houmazen a eu des problèmes respiratoires et a connu une « dégradation de l’état de santé suite à des infections pulmonaires après une grève de la faim de 10 jours. Pourtant, les autorités ont refusé de le soigner » ajoute le communiqué.

Dès qu’il a eu la possibilité de le faire depuis la prison, Rabii a confirmé avoir « entamé une grève de la faim de dix jours à partir du 23 mars pour protester contre l’injustice, contre l’interdiction de poursuivre mes études en philosophie derrière les barreaux, contre la répression, pour mon identité politique et ma libération immédiate ».

Pour le comité de soutien, la lutte pour la fin de son emprisonnement continue. « On va continuer à combattre pour la liberté de l’étudiant marocain Rabii Houmazen qui risque de ne pas pouvoir poursuivre ses études derrière les barreaux, ainsi qu’à défendre son identité politique, à travers plusieurs actions de protestation et de mobilisation qu’on organisera » nous a confirmé Marwa Khouya, coordinatrice du comité.

Depuis l’arrestation de Rabii Houmazen alias “Sakhet”, le 19 février 2017, une levée de boucliers a eu lieu dans toutes les sphères activistes marocaines. En effet, une campagne de solidarité a aussitôt été lancée sur les réseaux sociaux, appelant la libération immédiate de “Sakhet”, comme le souligne un communiqué de l’Association Article 19.

local/cache-vignettes/L300xH169/houmazen-65c77.jpg?1492627085 Affiche de soutien à Rabii HOUMAZEN, diffusée sur les réseau sociaux par l’association Article 19 / Article 19

« Rabii est incarcéré dans des conditions inhumaines, privé de denrées alimentaires et de produits de base. Tout cela se déroule dans le cadre d’un procès qui, le moins que l’on puisse dire, est loin de répondre à des normes justes et/ou démocratiques », ajoute comité de soutien à Rabii.

Avant même d’annoncer le jugement et de prononcer son emprisonnement, un rapport rédigé par le comité de soutien dénonçait « la présidence judiciaire [qui] a refusé de discuter la tenue d’un procès pour expliciter ou rendre nul l’objet de l’arrestation de Rabii Houmazen, dans une atmosphère d’oppression et d’humiliation. De fait, le juge a donc expulsé Rabii Houmazen de la salle de l’audience ainsi que ses amis et famille qui le soutenaient pendant l’audience au tribunal de première instance, et a annoncé la condamnation sans appel du prévenu concerné. Condamnant ainsi Rabii Houmazen à dix mois de prison ferme et au paiement d’une amende de 6200 dirhams, par contumace, sans possibilités de recours ».

Après sa participation à une manifestation contre l’accaparement des terres collectives par la société Al Omrane à Sidi Taybi Rabat – village entre Rabat et Kénitra, où de nombreux citoyens sont sous le joug d’une véritable mafia immobilière qui menace de les expulser de leur maison à tout moment-, Rabii Houmazen a été arrêté à son retour à Kénitra et a découvert qu’il était poursuivi par les autorités pour avoir participé à une précédente manifestation, celle des enseignants stagiaires à Kénitra en date du 15 mars 2016. Le rapport du comité de soutien détaille : « De bonne heure, alors qu’il transportait les banderoles préparées pour la commémoration du Mouvement du 20 Février à Rabat et Casablanca, Rabii a été victime d’un accident ambigu, suivi de son arrestation pure et simple.»

De violents échanges avaient opposé les manifestants professeurs stagiaires aux forces de l’ordre à Kénitra, fin février 2016.

Sa famille organisera une manifestation le samedi 22 Avril 2017 devant le Parlement, à Rabat, pour exiger sa libération immédiate et la fin des arrestations arbitraires prononcées contre des militants politiques par les autorités marocaines.

octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017

S'abonner à notre lettre d'information :