Secrétariat international de la CNT

Mario González met fin à sa grève de la faim, la lutte pour sa liberté continue !

Publié le lundi 9 décembre 2013

Pendant une conférence de presse, la famille de Mario a confirmé que le 3 décembre dernier, le compagnon a décidé de finir la grève de la faim qu’il avait commencé il y a 56 jours et qui avait pour but d’exiger sa libération immédiate. D’autre part, les médecins qui l’ont suivi pendant tout ce temps ont informé que le compagnon Mario était en train d’entrer dans une phase où les dégâts collatéraux pourraient bien être
irréversibles.

Le compagnon Mario González se trouve toujours hospitalisé dans la prison féminine de Tepepan, où ses amis et sa famille ont installé un piquet de protestation pour mettre la pression sur les autorités et exiger la libération immédiate du compagnon.

Pendant les 56 jours qu’a duré sa grève de la faim, nombreuses ont été les lettres de solidarité, les actions, les évènements venant du Mexique, d’Amérique Latine et d’Europe. À ce propos Mario a fait parvenir plusieurs communiqués où il signalait « Je vous remercie infiniment, toutes et tous, pour votre solidarité, vos lettres me remplissent de force et vos actions me font sentir que tout n’est pas perdu ». « La révolte continue, et c’est un chemin où il n’y a pas de retour en arrière ! » disait-il dans son communiqué du 28 novembre. Lors de sa dernière déclaration et devant l’insensibilité et le mépris de la juge et des autorités, Mario a signalé « je ne pense pas leur donner le plaisir de me voir mourir ici ».

Bien que la grève soit finie, la famille et les amis de Mario lancent un appel à continuer les manifestations de soutien jusqu’à ce que Mario sorte libre et pour lui rappeler qu’il n’est pas tout seul.

Mario no está solo !
Libertad a todxs !

Sources CNA et Solidaridad Mario Gonzales

Rappel des faits :

Le 2 octobre 1968, à quelques jours de l’imposition des Jeux Olympiques,
le gouvernement de Gustavo Díaz Ordaz et son Ministre de l’intérieur, avec
l’aide de l’armée, réprimèrent brutalement la révolte étudiante en
assassinant plus de 300 personnes et en faisant 700 blessés et 6000
arrestations. Le 2 octobre 2013, une manifestation de plusieurs milliers
de personnes à Mexico commémorait le quarante-cinquième anniversaire du
massacre des étudiants en 1968. Mario a été arrêté dans un transport
public avec d’autres compagnons, quelques heures avant la manifestation
commémorative du 2 octobre à laquelle il se rendait. Actuellement il y a
huit autres prisonniers, en plus de Mario, incarcérés : Erick Leonel
Aguilar Ruiz, Cristian Antonio Carmona Emmer, César Uriel Cruz Elías,
Carlos Jhasi Jarquín Peña, Hugo Guillermo Mejía Ventura, José Luis Ramírez
Alcántara, Aztlalli Cabrera Prado et Irene Pérez Villegas, tous détenus
ensemble de façon arbitraire alors qu’ils se rendaient à la manifestation
du 2 octobre 2013.

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :