Secrétariat international de la CNT

La mobilisation continue : à Montpellier et à Lyon

Publié le mercredi 24 février 2010

L’interdiction de la FAU Berlin confirmée, la CNT mobilise ven. 26/02 à Montpellier et sam. 27/02 à Lyon

Vendredi 26 février à 11h30, l'Union départementale 34 de la CNT appelle à un rassemblement devant la Maison de Heidelberg, 4 rue des trésoriers de la Bourse, afin de réclamer le respect de la liberté syndicale pour toute organisation de salariés en Allemagne, un des plus importants partenaires commerciaux français.

De même le samedi 27 février à 15h00, l'Union Régionale Rhône-Alpes de la CNT appelle à un rassemblement devant l'Institut Goethe, 16 Rue François Dauphin.

local/cache-vignettes/L300xH97/faub-soli_pologne_2010-01-11-83111.jpg?1422584771

La mobilisation continue après l'interdiction confirmée

La Confédération nationale du travail (CNT) continue ainsi la mobilisation mondiale qui a vu des protestations dans 20 pays du globe les 29 et 30 janvier dernier, ainsi la France a connu des mobilisations à Marseille, Lille et Paris.

La dernière décision juridique, datant du 16 février 2010, démontre la nécessité de maintenir, voire d'augmenter la pression publique. En effet, un tribunal a confirmé l'arrêt interdisant au syndicat berlinois de la Freie Arbeiter-Union (FAU) de poursuivre le conflit social dans un cinéma de la capitale allemande. Le juge aurait reconnu, d'après un témoin, que dans n'importe quel pays européen les droits syndicaux de la FAU ne seraient pas remis en cause. Mais selon lui, la tradition allemande exigerait le maintien des interdictions contre la FAU.

« C'est une lutte contre les structures établies »

La FAU a d'ores et déjà annoncé qu'elle allait se battre dans toutes les instances afin de faire reconnaître ses droits comme l'a dit l'avocat Klaus Stähle : « C'est une lutte contre les structures de pensée juridique établies qui est menée ici.»

Point de vue partagé par le nouveau-né Comité pour la liberté syndicale regroupant notamment des militants des syndicats DGB – comme ver.di et IG Metall – et d'autres citoyens défendant les droits civiques. Ne partageant pas forcément la conception anarcho-syndicaliste de la FAU, ils appellent malgré tout leurs adhérents et permanents de syndicats ainsi que tous les défenseurs du droit fondamental à la fondation d'organisations de salariés libres et indépendantes à défendre la liberté syndicale et à revendiquer l'annulation de la décision interdisant à la FAU Berlin toute activité syndicale.

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :