Secrétariat international de la CNT

Haïti : pour le retrait de la MINUSTAH

Publié le lundi 3 juin 2013

Communiqué de soutien avec le peuple haïtien à l'occasion de la journée pour le retrait de la MINUSTAH

Paris, le 31 mai 2013

Haïti est-il un pays libre, indépendant et souverain ? Sur le papier, oui. Dans la réalité, c'est autre chose. Suite à la « découverte » du continent américain il y a cinq siècles, l'histoire que nous connaissons d'Haïti est faite de violence, de sang, d'exploitation, de mépris.

Premier pays à conquérir son indépendance par lui-même en 1804, Haïti occupe aujourd'hui - avec le Bengladesh - la dernière place du classement des pays en fonction de leur richesse.

Dictatures, occupations militaire de pays voisins (USA...), coups d'État, montant hallucinant de la dette vis-à-vis de l'ex-colonisateur (France), corruption, choléra, 70% de la population au chômage, trafic de drogue ou guerres de gangs, rien n'aura été épargné aux habitants de ce petit pays.
La main d'oeuvre y est la moins chère du coin et des entreprises comme Levi's, Hanes ou les multinationales minières canadiennes en profitent brutalement.

Depuis le 1er juin 2004, deux siècles après avoir conquis son indépendance, Haïti est occupé par l'ONU, en l'occurrence par la MINUSTAH (Mission internationale des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti). C'est la seule force militaire de l'ONU s'interposant dans un pays... non-belligérant. De fait, les casques bleus de la MINUSTAH ne sont pas là pour faire tampon entre deux armées ou permettre aux civils de ne pas se transformer en victimes : il n'y a pas de conflit, pas de guerre. Excepté une guerre de classe, tellement virulente qu'il serait trop gros de la faire surveiller par une armée d'occupation d'un pays présent à Haïti pour du business juteux. Juge et partie, c'est pas terrible pour l'image. La MINUSTAH a visiblement pour objectif de ne rien rendre possible par les haïtiens eux-mêmes, et au contraire de permettre à certains pays vautours de dépecer Haïti comme s'il s'agissait d'une vulgaire charogne : États-Unis, Canada et France y ont des intérêts économiques qui prévalent sur la vie des haïtiens. Le séisme de 2010 n'a pas arrangé les affaires de la population, mais ceux de la classe dominante, si : théorie du choc.

La MINUSTAH assume donc concrètement en Haïti le rôle d'organisation armée des capitalistes, rôle dévolu à l'ONU, et de pacification de la lutte des classes. Mais, en guise de pacification, la MINUSTAH amène son lot d'horreurs, afin non pas de rendre l'exploitation supportable, mais bien en contraignant les haïtiens à se débattre pour survivre.

Nous, CNT-f, ne pouvons donc qu'exiger le retrait de la MINUSTAH d'Haïti,
préalable à une reconstruction du pays et à sa reprise en main par les
haïtiens eux-mêmes.

Pas de guerres entre les peuples, pas de paix entre les classes !

Solidarité internationale !

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :