Secrétariat international de la CNT

Exigeons la liberation d’Esmail Abdi, Secretaire General de l’Association des Instituteurs de Teheran (ITTA), condamne a 6 ans de prison, et de tous les syndicalistes emprisonnes-ees en Iran.

Publié le mardi 6 décembre 2016

titre documents joints

Exigeons la libération d’Esmail Abdi, Secrétaire Général de l’Association des Instituteurs de Téhéran (ITTA), condamné à 6 ans de prison, et de tous les syndicalistes emprisonnés-ées en Iran.
La décision prise le 7 octobre 2016 par la Cour d’Appel de Téhéran de confirmer la condamnation à 6 ans de prison d’Esmail Abdi s’inscrit dans une double continuité. En premier lieu l’acharnement contre un syndicaliste conséquent et déterminé qui, détenu à Evin, a mené une grève de la faim en avril et mai 2016, avec Djafar Azimzadeh, autre figure du mouvement syndical iranien réprimée, pour dénoncer les conditions de vie et de travail faites aux travailleurs-ses d’Iran. Par ailleurs cette sentence exprime la volonté de museler celles et ceux qui s’opposent à la politique de l’Etat iranien qui met les travailleurs-ses en situation de pauvreté extrême, de précarité. Dans l’éducation l’enseignement public et gratuit est progressivement liquidé au profit d’écoles privées. Cet Etat, particulièrement agressif à l’encontre du mouvement social entend interdire toute expression syndicale autonome et toute forme de protestation ouvrière. Cette offensive se traduit par l’arrestation massive et la condamnation de centaines d’opposants, accusés « d’atteinte à la sécurité nationale ». Et aux incarcérations s’ajoutent une répression sanglante : en 2015 Shahrokh Zamani, fondateur du syndicat des peintres, est retrouvé mort dans sa cellule. Des travailleurs coupables d’avoir protesté contre la suppression de leur emploi sont condamnés à recevoir des coups de fouet.
La répression s’avère cependant insuffisante pour éradiquer les luttes sociales et la résistance populaire comme l’attestent les combats des enseignants, des infirmières, des ouvriers de la pétrochimie, du bâtiment, luttes avec grèves, occupations, blocages de routes.
La CNT-F affirme sa totale solidarité militante avec les luttes des travailleurs-ses d’Iran. Elle demande :
- La libération immédiate d’Esmail Abdil.
- La libération de tous/toutes les syndicalistes et militants-es politiques incarcérés/ées.
- La reconnaissance de la liberté syndicale et d’association en Iran.

Secrétariat International de la CNT-F.
Pour tout contact : international cnt-f.org

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :