Secrétariat international de la CNT

Espagne : présentation de la CGT nettoyage

Publié le dimanche 6 décembre 2009

Jose Maria PI est membre du syndicat CGT-nettoyage de Terrassa (BCN). Lors de la fête de la CNT nettoyage à Paris, le 21 novembre, il nous a présenté le travail effectué par nos camarades espagnols sur ce terrain.

local/cache-vignettes/L300xH144/huelga_limpiadorasCGT2009-52776.png?1423166782

La fédération nettoyage de la CGT revendique 8 à 9000 adhérents, répartis sur
6 gros syndicats (Madrid, Vigo, Barcelone, Valence, Bilbao et Girona),
et sur une cinquantaine de petits groupes ou dans des syndicats interco
(officios varios) dans toute l'Espagne. Ces adhérents sont
principalement des immigrés marocains, sud américains et sénégalais.

Comme en France, les salariés du nettoyage ont peur de revendiquer dans
les boites. Ils font beaucoup d'heures sup'. le taux de syndicalisation
est faible, l'exploitation très forte. De nombreuses entreprises
emploient des étrangers aux conditions de leur pays d'origine, ce qui
est bien sûr illégal. Jose Maria parle de milliers de travailleurs, dont
beaucoup d'enfants et de femmes, employés illégalement dans les champs
et les serres d'Andalousie (région d'Almeria en particulier).

Les principaux groupes "action sociale" qui travaillent à la solidarité
avec les sans-papiers sont en Catalogne (Reus, Lerida, Terrassa) et en
Andalousie (Cordoue, Malaga, Séville). Ils sont composés de militants de
la CGT et d'avocats adhérents ou sympathisants. Ils agissent avec des
groupes sociaux de ce secteur un peu partout.

Beaucoup de similitudes avec la situation en France ont été constatées,
comme d'habitude (c'est l'Europe !) même si les lois restreignant les
entrées et séjours des étrangers n'en sont pas tout-à-fait au même
point. La Sarkozy a de l'avance, mais le gouvernement Zapatero
s'efforce de le rattraper. En ce moment, une nouvelle loi est en
discussion en Espagne qui va augmenter la durée de rétention des
sans-papiers arrêtés, augmenter les difficultés de régularisation et de
regroupement familial.

En octobre et novembre derniers, ils ont organisé une marche de
Barcelone à Madrid qui a duré un mois, à raison de 25 kms par jour.
Cette marche, co-organisée avec quelques cénétistes espagnols, a
concerné un millier de personnes qui ont participé à un moment ou un
autre. Elle a traversé de nombreuses villes et des villages où des
rencontres et des débats ont été organisés, pour "semer des graines" de
révolte et de courage à lutter contre l'injustice faite aux étrangers en
Espagne.

Fabrice, CNT STE 75

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :