Secrétariat international de la CNT

Espagne : La Coordination anti privatisation de la santé publique "contre l’erreur capitaliste"

Publié le dimanche 31 mai 2009

Manuel, est le coordinateur de Solidaridad Obrera (SO) de Madrid (anarcho-syndicaliste). Il revient sur l'expérience de la Coordination Anti-privatisation de la Santé Publique (CAS) qui réunit nombre d'organisations basistes.

Pourquoi cette plateforme unitaire ?

Cette coordination réunit des travailleur-ses du secteur sanitaire et des patients organisés syndicalement ou socialement pour la défense de la santé publique.

Notre but est d'annuler les effets de la loi 15/97 qui permet la privatisation de la santé et qui est passée au parlement en 1997 avec les voix du Parti Populaire(droite), du Parti socialiste ouvrier espagnol, de C et U (centre) et du Parti nationaliste basque… Seuls Gauche Unie et Bloc galicien ont voté contre.

local/cache-vignettes/L100xH100/casmadrid-a715b.jpg?1423922495

Cette loi est en train d'être utilisée dans les différentes Communautés Autonomes de l'État espagnol pour privatiser de grands secteurs de la Santé publique.

A Madrid, la néo-libérale Esperanza Aguirre, Conseillère à la santé de la Communauté madrilène, a déjà privatisé 8 hôpitaux (de construction récente) et s'apprête à s'occuper des grands hôpitaux des années 60 : La Paz, Gregorio maranon, 12 Octobre... Et elle tente aussi de faire de même avec les dispensaires et les centres médicaux spécialisés (deux d'entre eux « Pontones » et « Quintana » appartiennent déjà à Capio).

Quelles organisations composent la plateforme ?

La coordination Anti-privatisation (CAS) de la Santé Publique (www.casmadrid.org) est composée :

- du
SAS, Syndicat Assembléeiste de la santé (compagnons anarcho-syndicalistes, ex-CGT). Ils sont implantés dans la zone de Vallecas, Rivas VaciaMadrid, etc)

- de la CNT (Arts graphiques, transports, Villaverde et Aranuez). La Fédération locale de Madrid a prétendu torpiller la CAS au maximum puisqu'ils sont "LES SEULS ANARCHO-SYNDICALISTES DU MONDE ENTIER" !!!

- de la Plateforme syndicale de l'EMT, de bons camarades syndicalistes combatifs dont plusieurs d'entre eux sont très sympathisants de Solidaridad Obrera (SO). Ils sont majoritaires dans l'entreprise municipale des autobus madrilènes et ont de bonnes relations avec de nombreuses organisations du transports dans tout le pays. Les réunions de CAS se font dans leur siège, rue Travesia de Tellez.

- de Solidaridad Obrera (SO) : nous sommes dans le CAS depuis le départ et c'est une des rares coordinations à laquelle nous participons car les règles du jeu entre organisations sont saines.

- d'Écologistes en action , est également présent du moins au plan des signatures des tracts et des appels.


Quelles ont été les actions menées par la CAS ?

A la fin de l'année passé, nous avons commencé à obtenir un certain poids dans nos mobilisations. Nous avons mobilisé plus de 8000 travailleurs devant l'Hotel Ritz contre une vente aux enchères que la Conseillère de la santé était en train de diriger.

Nous avons organisé une manifestation avec plus de 20 000 personnes de Cibeles à Sol (place centrale de Madrid) avec des interventions en fin de manif de toutes les organisations qui avaient appelé. Cette manifestation était un moment fort pour nous : c'était la première fois que des organisations syndicales (en dehors de l'UGT (socialiste) et des CCOO (communiste) mobilisaient aussi massivement.

En janvier 2009, nous avons manifesté devant le siège du Parti Populaire et celui du Parti Socialiste exigeant l'abrogation de la loi 15/97.

En mars, nous avons organisé une autre manifestation de plus de 20 000 personnes à nouveau de Cibeles à Sol et le 7 mai dernier, nous étions 3000 personnes devant le parlement pour déposer plus de 400 000 signatures contre cette loi 15/97 qui permet les privatisations.

Nous continuerons à nous mobiliser contre l'erreur capitaliste.

Propos recueillis par Jérémie (SI de la CNT) et traduits par Roland (CNT archéo).

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :