Secrétariat international de la CNT

Belém, Brésil, un mouvement social au cœur du quotidien : le MOB (Mouvement d’Organisation de Base) du Pará

Publié le jeudi 25 juillet 2019

Grande ville du nord brésilien, en pleine Amazonie, Belém du Pará est une ville marquée par l’incompétence de sa gestion municipale et par les résistances à la direction fascisante qu’a pris le pays avec l’élection de Jair Bolsonaro. Le MOB fait partie intégrante de ces luttes et développe ses actions éducatives dans la continuité du mouvement libertaire brésilien. Ce texte présente donc ce contexte ainsi que ce mouvement qui s’inscrit avec ténacité dans la tradition de l’éducation libertaire et des mouvements sociaux latino-américains.

Dire de Belém qu’elle est la périphérie de la périphérie n’est pas, dans mon esprit, marque d’arrogance post-coloniale mais répond à une définition (qu’on peut cependant critiquer ou contester sur d’autres plans) macro-économique du système capitaliste : le Brésil est une périphérie de ce système et Belém, de par sa position géographique éloignée des centres d’influences économiques et culturels tels que São Paulo ou Rio, en est un point délaissé sur la carte de ce pays continental. Et il semble que son maire n’a cure d’améliorer les conditions de vie de ses administré(e)s à observer l’état de tous les services de base que devraient recevoir sa population de près de 1,8 millions d’habitant(e)s : installations sanitaires de base, hôpitaux, écoles, services sociaux, tout est en piteux état après presque 15 ans de gestion désastreuse du PSDB ( Parti de la droite brésilienne : Parti Socio-Démocrate Brésilien (ne pas se laisser tromper par la signification du sigle qui pourrait laisser penser à un parti de centre-gauche bon teint) . Et pourtant la région est riche, l’Amazonie tant convoitée par les entreprises du monde entier est la cible des menaces de vente à la pièce du nouveau président d’extrême-droite qui prétend qu’elle « est à tout le monde »… Productrice de nombreuses matières premières, la Chine en achète désormais même l’eau par bateaux entiers. Et ce n’est qu’un triste exemple qui démontre que bien gérée, cette ville pourrait apporter bien plus à ses citoyens.
Dans ce contexte, le MOB travaille, en tant que mouvement social libertaire, à construire des alternatives au recours aux institutions pour rendre plus acceptable le quotidien de certains quartiers où il intervient. L’un d’entre eux, la Pratinha, constitue (à l’image de poupées russes) la périphérie la plus extrême de la ville. Ici, on appellerait ce quartier une favela, là-bas on parle plutôt de baixada (terre inondable qui accueille malgré tout de très nombreuses populations sans titre de propriété des terrains occupés). Maisons de bois précaires, installations électriques hautement dangereuses et qui sont branchées de manière sauvage sur le réseau officiel, absence de réseau d’égouts, etc., chacune des fortes et fréquentes pluies équatoriales laisse les habitants dans l’impossibilité de se déplacer et dans des conditions d’insalubrité désastreuses. Le MOB, intervient là depuis 6 ans, à l’Institut Bianca et Adriele (en mémoire de deux petites filles assassinées là en 2006) et construit, de manière totalement autogestionnaire et autonome, un centre éducatif pour les enfants du quartier. De nombreuses actions y sont développées chaque semaine et les manques matériels sont grands.
Afin d’aider le MOB à avancer dans ses projets, j’ai lancé dès 2016 une cagnotte ( https://www.lepotcommun.fr/pot/dmuzyp1t) qui a pour but de permettre d’envoyer aux camarades du MOB un peu de cette ressource sans laquelle on ne peut pas encore trouver briques, tuiles, chaises ou tables : quelques euros venus d’Europe (le plus possible serait le mieux) peuvent faire au final une différence notable pour que des cours de soutien scolaire, de guitare, de compréhension des genres textuels, de sérigraphie, un potager solidaire, etc. puissent se faire là où sinon il n’y a que la rue et ses dangers.

Xavier (SSEC 59)

octobre 2019 :

Rien pour ce mois

septembre 2019 | novembre 2019

S'abonner à notre lettre d'information :