Secrétariat international de la CNT

Appel à signatures contre les nouvelles agressions subies par les bases de soutien zapatistes

Publié le dimanche 7 septembre 2008

Vus les derniers événements au Chiapas, avec la nouvelle agression de
l'OPDDIC dans le MAREZ d'Olga Isabel, nous avons pensé mettre en place une
campagne de signatures urgente pour dénoncer ce qui s'est passé et en
rendre responsables les gouvernements fédéral et étatique.

Nous demandons que, si vous êtes d'accord avec le texte, vous le signiez
et le fassiez circuler dans vos listes et parmi vos contacts. L'idée est
que, une fois les signatures réunies, ce texte, en plus de le rendre
public et de l'envoyer aux médias, soit envoyé à Jaime Sabines
(secparticular chiapas.gob.mx) comme à Felipe Calderón
(felipe.calderon presidencia.gob.mx). Ce serait aussi une bonne idée,
qu'en plus de signer cette lettre, chaque groupe, personne ou collectif
l'envoie aux courriers de ces deux personnes, pour remplir leur boîte.

Nous pensons aussi que cette appel à signature ne peut pas attendre
longtemps, nous avons donc pensé donner un délai jusqu'au mardi 9
septembre.

Vous pouvez envoyer les signature à : cedoz cedoz.org ou à
info europazapatista.org

Nous vous communiquons le texte à signer avec les premières signatures.


Les organisations, collectifs et personnes signataires

DÉCLARONS QUE

Récemment, la Caravane nationale et internationale d'observation et de
solidarité avec les communautés zapatistes du Chiapas, qui s'est rendue
dans cette région, a pu constater la récupération de la terre et du
territoire par une partie des communautés zapatistes, rendant ainsi
possible la construction de l'autonomie avec des formes de gouvernement
propres, où c'est une réalité que le peuple décide et le gouvernement
obéit.

Mais ils ont aussi constaté que le harcèlement, les menaces et les
provocations persistent dans une tentative de freiner dans un premier
temps, pour ensuite mettre fin à ce processus autonome. La militarisation
de la zone et la réactivation des groupes paramilitaires sont les
principaux instruments dont se dote le gouvernement pour y parvenir. À ces
plans, le gouvernement de l'État, dirigé par le gouverneur Jaime Sabines,
n'est pas étranger, malgré ses déclarations de bonne volonté qui non
seulement ne sont pas mises en application, mais au contraire qui
fonctionnent comme une couverture, un visage aimable qui prétend occulter
une réalité qui est très éloignée de celle qu'ils veulent présenter : non
seulement il existe des paramilitaires au Chiapas, mais en plus, ils
agissent en total impunité et ils ne peuvent le faire, comme dans les
époques antérieures, que sous le couvert et la protection d'un
gouvernement étatique complice.

Une démonstration de tout cela sont les agressions subies par les bases de
soutien zapatistes qui étaient en train de mesurer des terrains récupérés
appelés K'an Akil, dans la Municipalité Autonome Olga Isabel, le 29 août
dernier, ou les tentatives d'expulsion de 30 hectares de terrain des bases
de soutien zapatistes d'Aldama, Municipalité Autonome de Magdalena de la
Paz, dénoncées le 25 du même mois, pour ne mentionner que les dernières
agressions.

Nous ne pouvons pas non plus oublier les dénonciations réalisées par les
prisonniers politiques de « La Voz del Amate », adhérents à l'Autre
Campagne et le « Groupe Zapatiste », à propos des injustices et de la
démagogie du gouvernement étatique qui ne met pas en œuvre leurs demandes
de remises en liberté et qui nie, en plus, l'existence de prisonnières et
de prisonniers politiques.

Pour tout cela, NOUS EXIGEONS des gouvernements de Jaime Sabines et de
Felipe Calderón :

- le démantèlement immédiat des groupes paramilitaires

- la démilitarisation de la zone

- l'arrêt du harcèlement et des agressions aux zapatistes et à leur
territoire

- la fin de l'impunité des responsables des agressions

- le respect des processus d'autonomie des communautés indigènes

- la libération des prisonniers et prisonnières politiques au Chiapas et
au Mexique.

Signatures :

Centro de Documentación sobre Zapatismo (CedoZ).

Acción Social Sindical Internacionalista – Plataforma de Solidaridad con
Chiapas de Aragón.


Texte à envoyer

Las organizaciones, colectivos y personas abajo firmantes

DECLARAMOS QUE

En fechas recientes, la Caravana Nacional e Internacional de Observación y
Solidaridad con las Comunidades Zapatistas de Chiapas que se desplazó por
esta región, pudo constatar la recuperación de la tierra y el territorio por
parte de las comunidades zapatistas, haciendo posible así, la construcción
de la autonomía con formas de gobierno propias, dónde es una realidad que el
pueblo manda y el gobierno obedece.

Pero también comprobaron que el hostigamiento, las amenazas y las
provocaciones persisten en un intento de frenar primero y acabar después,
con ese proceso autónomo. La militarización de la zona y la reactivación de
los grupos paramilitares, son los principales instrumentos de los que se
dota el gobierno para conseguirlo. A estos planes, el gobierno estatal
presidido por el Gobernador Juan Sabines, no es ajeno, por mucho que haga
declaraciones de buena voluntad que no sólo no se llevan a la práctica, sino
que funcionan como una tapadera, una cara amable que pretende ocultar una
realidad que dista mucho de la que quieren presentar : no sólo existen
paramilitares en Chiapas sino que estos actúan con total impunidad y sólo lo
pueden hacer, al igual que en épocas pasadas, bajo el amparo y la protección
de un gobierno estatal cómplice.

Muestra de todo ello son las agresiones sufridas por las bases de apoyo
zapatistas de estaban midiendo unos terrenos recuperados llamados K'an Akil,
en el Municipio Autónomo Ólga Isabel, el pasado 29 de agosto o los intentos
de despojo de 30 hectáreas de terreno de bases de apoyo zapatistas de
Aldama, Municipio Autónomo Magdalena de la paz, denunciado el 25 del mismo
mes, por sólo mencionar las últimas agresiones.

Tampoco podemos olvidar las denuncias realizadas por los presos políticos de
"La Voz del Amate" adherentes a la otra campaña y el "Grupo Zapatista",
sobre las injusticias y la demagogia del gobierno estatal que no cumple con
sus demandas de libertad y que niega, además, la existencia de presas y
presos políticos.

Por todo esto EXIGIMOS a los gobiernos de Jaime Sabines y de Felipe
Calderón :

- la inmediata desarticulación de los grupos paramilitares.
- la desmilitarización de la zona.
- el cese del hostigamiento y las agresiones a las y los zapatistas y a
su territorio.
- el fin de la impunidad de los responsables de las agresiones.
- el respeto a los procesos de autonomía de las comunidades indígenas.
- la liberación de todos los presos y presas políticas en Chiapas y en
México.

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :