Secrétariat international de la CNT

Allemagne : pour en finir avec la sous-traitance à la fondation des « Verts » allemands « Heinrich Böll » ! Pour la réintégration de tous les salariés !

Publié le lundi 2 septembre 2013

Bien que, au niveau politique, la fondation allemande « Heinrich Böll » soit proche du parti Bündnis90 / Die Grünen (les Verts), elle utilise, en contradiction avec les positions publiques de ce parti, la sous-traitance et l’intérim depuis des années. En conséquence, les salariés concernés touchent un salaire inférieur à ce qu’ils gagneraient s’ils étaient embauchés directement, et l’ensemble du personnel est divisé. Certains salariés se sont syndiqués, et ont alors été licenciés. Nous appelons à une semaine d’action internationale contre la sous-traitance et la répression antisyndicale à la fondation écologiste « Heinrich Böll ».

En Allemagne, depuis des années, la sous-traitance, et tout particulièrement l’intérim, sont couramment utilisés pour mettre les salariés sous pression, pour contourner leurs droits et pour diminuer les salaires. Publiquement, le parti écologiste-vert et la fondation « Böll » critiquent la précarisation croissante des conditions de travail ; dans leur campagne électorale actuelle, ils revendiquent un salaire minimum – jusqu’ici inexistant– de 8,50 euros par heure. Cependant, la fondation « Böll » profite, depuis des années, de la précarisation : en sous-traitant le nettoyage, la restauration et la gestion des conférences, et en favorisant par-là l’emploi précaire – certains des salariés travaillant chez « Böll » ne gagnent même pas le montant du SMIC revendiqué. Après que certains d’entre eux se sont syndiqués à la FAU Berlin et ont (depuis le mois de mai) fait connaître cette situation scandaleuse, ils ne sont plus employés (depuis le mois d’août) par la fondation « Böll » qui, elle, a simplement engagé une autre entreprise de sous-traitance. En Allemagne, il n’est normalement pas possible de licencier comme cela des salariés ; mais grâce à la sous-traitance, cela ne pose pas de problème à la fondation « Böll » : ceux qui résistent peuvent être tout simplement remplacés. La FAU Berlin considère que le comportement de la fondation « Heinrich Böll » est tout simplement antisyndical et revendique la réintégration des salariés sur la base d’un CDI respectant les conventions collectives.
C’est pourquoi nous appelons à une semaine d’action internationale du 2 au 9 septembre 2013 ! La fondation « Heinrich Böll » a plusieurs bureaux à l’étranger, comme à Bruxelles, Prague, Varsovie,Belgrade et Moscou (cf. http://boell.org/web/364.html). Exigez de la direction de la fondation « Heinrich Böll » la réintégration de tous les salariés ! Suite à la plainte de l’un d’entre eux, une audience se tiendra au Tribunal du Travail de Berlin le 5 septembre : la fondation « Heinrich Böll » doit abandonner sa politique de sous-traitance et réembaucher ce salarié dans le cadre de la convention collective.

Secrétariat international de la FAU-IAA



Écologie et exploitation font bon ménage à la fondation Heinrich Böll

(communiqué de solidarité de la CNT-f)

La fondation allemande Heinrich Böll se définit elle même comme faisant partie du mouvement politique « Verts.» Elle dit se préoccuper de la démocratie, des droits de l’homme et de l’émancipation sociale. Louables préoccupations, qu’elle aimerait certainement voir se développer - chez les autres. En effet lorsqu’une organisation syndicale allemande, la FAU, eut la mauvaise idée de dénoncer l’exploitation des salariés des entreprises de sous-traitance auxquelles elle fait appel, la fondation à immédiatement réagit… en licenciant les salariés et les syndicalistes.
Si, en façade, cette fondation est contre la précarisation du travail et l’exploitation salariale, dans ses pratiques de gestion elle s’arrange très bien avec celles-ci : sous-traitance à tous les étages ! Nettoyage, restauration, gestion des conférences, etc.. et cela en faisant appel à des entreprises qui pratiquent le dumping salarial en ne payant même pas leurs salariés au minimum qu’imposent les conventions collectives du secteur. En mai, quand des travailleurs se sont syndiqués et ont protesté contre ces conditions de travail, la fondation à montré sa « solidarité » et sa vision de l’« émancipation sociale » en virant les travailleurs et en changeant d’entreprise. Utiliser la sous-traitance pour précariser l’emploi et faire taire toute protestation est une pratique indigne relevant du capitalisme exploiteur le plus primaire. Il est d’autant plus choquant de la retrouver au sein d’organismes sensés promouvoir une autre société plus juste.

La CNT est solidaire de la revendication des salariés et exige leur réintégration dans le cadre d’un CDI rémunéré aux tarifs conventionnels en vigueur et s’associe à la semaine d’action et de protestation du 2 au 9 septembre appelée par la FAU Berlin pour faire aboutir ces revendications.

Un coup contre l’un d’entre nous est un coup contre tous !
Solidarité internationale !


Le Secrétariat international de la CNT-f

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :