Secrétariat international de la CNT

13 décembre 1998 – 13 décembre 2008 : 10 ans d’impunité dans l’Affaire Norbert ZONGO !

Publié le lundi 8 décembre 2008

Le 17 Novembre dernier, nous étions des dizaines de manifestants sur le
parvis des droits de l'Homme à Paris pour protester contre l'accueil
réservé par Nicolas Sarkozy au dictateur Blaise Compaoré.

A cette
occasion, la lettre de Mariam Sankara, veuve de Thomas Sankara,
interpellant le président français sur cette énième caution françafricaine
du pouvoir de Ouagadougou a été rendue publique.

De même qu'ont été
rappelées les nombreuses forfaitures de la justice et des autorités
politiques burkinabé dans l'Affaire Norbert Zongo (ordonnance de non lieu
du 18 juillet 2006, récompenses politiques accordées aux dignitaires du
régime ayant oeuvré pour enterrer le dossier, etc).

Dans nos slogans et
nos interventions , nous n'avons pas manqué de stigmatiser et de condamner
la connivence et la communauté d'intérêts des pouvoirs publics français
avec les dictatures africaines ainsi que les nombreux crimes économiques
et de sang perpétrés tout au long de ses vingt ans de règne par le
commanditaire et le bénéficiaire direct de l'assassinat du président
Thomas Sankara .

Quelques jours plus tard, le régime burkinabé par la voix de son Premier
Ministre Tertius Zongo, a tenté, sur une radio internationale, de
défendre ses nombreux crimes commis au Burkina et dans différentes zones
de conflit en Afrique, en servant à l'opinion publique un tissu de lieux
communs teintés de mépris et d'arrogance.

Le double objectif de cette
opération de communication visait, d'une part, la banalisation du lourd
passif de Blaise Compaoré dans la violation constante et massive des
droits humains et, d'autre part, la décrédibilisation du combat de
nombreuses familles et des démocrates Burkinabé qui exigent, dans un élan
unitaire exemplaire, la vérité et la justice pour le journaliste Norbert
Zongo et ses compagnons d'infortune, assassinés le 13 décembre 1998, pour
Thomas Sankara, Dabo Boukari et pour toutes les victimes des crimes du
régime Compaoré, restés impunis.

Dans cette interview, Tertius Zongo a
tenté par ailleurs de minimiser la vigueur et la portée des luttes
populaires contre la vie chère et les crimes économiques qui se
développent dans le pays : les émeutes de la faim de février 2008, les
luttes estudiantines de mai et juin 2008 sur le campus de Ouagadougou, les
grèves massives de la Coalition nationale contre la vie chère, etc.

Forts du soutien que vient de leur renouveler l'impérialisme français à
l'occasion de leurs récents séjours en France, Blaise Compaoré et son
Premier Ministre sont répartis rassérénés et encore plus déterminés à
poursuivre leur gestion liberticide du pouvoir au Burkina Faso et leurs
missions de serviteurs néocoloniaux en Afrique de l'Ouest.

C'est pourquoi, nos Organisations, déterminées à amplifier leurs actions
de solidarité avec le peuple burkinabé, appellent leurs militants et
l'opinion démocratique à manifester dans l'unité :

• leur dénonciation du soutien multiforme qu'apportent Nicolas Sarkozy et
le réseau françafricain au régime criminel de Blaise Compaoré,

• leur soutien aux démocrates Burkinabé, aujourd'hui engagés dans de
grandes mobilisations populaires commémoratives de l'odieux assassinat du
journaliste Norbert Zongo et ses compagnons d'infortune le 13 décembre
1998, mobilisations qui s'inscrivent dans un vaste front de luttes
syndicales, sociales et politiques contre l'impunité, la vie chère et pour
une véritable démocratie au Burkina ;

• leur exigence de vérité et de justice pour tous les crimes économiques
et de sang commis par le régime de Blaise Compaoré.

TOUTES ET TOUS AU RASSEMBLEMENT DU SAMEDI 13 DECEMBRE 2008 DEVANT
L'AMBASSADE DU BURKINA FASO A PARIS !

Rendez-vous à la Place de l'Eglise à 15h . Métro : Saint Philippe du Roule.

AMPLIFIONS EN FRANCE LA SOLIDARITE AVEC LES LUTTES CONTRE L'IMPUNITE, LA
VIE CHERE ET POUR UNE VERITABLE DEMOCRATIE AU BURKINA FASO !

Contacts : 06 29 46 44 37 / 06 63 97 46 90

Premières Organisations signataires :

La Section de France du Mouvement Burkinabé des Droits de l' Homme et des
Peuples- MBDHPSF
Le Collectif de France Affaire Norbert Zongo – COFANZO- Confédération
nationale du travail-France (CNT)

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :