Petits maraîchers, répressions des fraudes et rassemblement

vendredi 27 décembre 2013

** Nous diffusons - malgré nos réserves - un appel à rassemblement, qui est l’occasion d’échanger et d’être solidaire avec nos collègues.* *

Rappel des faits,

Le 17 mai dernier, sur le marché de Lavelanet en Ariège, quelques petits maraîchers ont reçu la visite d’un agent de la répression des fraudes. Parce que ces maraîchers ont une activité saisonnière annexe
de vente de plants (tomates, poivrons, courgettes, aubergines...), cet
agent leur a signifié qu’ils devaient avoir la carte du GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants) et ne vendre que des plants de variétés inscrites au catalogue, sinon ils seraient passibles d’une amende de 450€. Bien que pour eux qui vendent moins de 10.000 plants par an, cette carte soit gratuite (pour le moment du moins), cette visite a causé un certain émoi, d’autant plus que jusqu’ici cette activité annexe était tolérée et que ces maraîchers ignoraient même que cette carte était obligatoire. Sur le même marché tous considèrent qu’il s’agit là d’un abus s’inscrivant complètement dans une logique de généralisation du fichage de toutes les activités et de toutes les personnes qui échappent au contrôle des multinationales. Ces maraîchers ont alors décidé de refuser de
prendre cette carte GNIS.

Par la suite, la solidarité s’est organisée : rassemblements, lettres,
etc... . Aujourd’hui, il n’y a pas de réponse de la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes).

**_Un nouvel appel à rassemblement_**

Il a donc été décidé par un collectif de signataire d’appeler à nouveau à un rassemblement devant la même délégation régionale de la répression des fraudes.

Lors du 1er rassemblement (le 4 juin 2013) il y avait environ 200. Il nous faudra être beaucoup plus nombreux le 15 janvier 2014 !
Pour plus d’infos voir *Lorsque la répression des fraudes s’en prend aux petits maraîchers* :
http://www.semonslabiodiversite.com/?page_id=2498&gt

** Vous ne trouverez pas la FTTE comme signataire de la lettre ouverte à l’adresse ci-dessus car, si nous soutenons évidemment les collègues, nous ne pouvons pas être en accord direct avec les revendications du collectif.* *

En effet, nous ne pouvons pas reconnaitre "l’intérêt du contrôle de la chaîne alimentaire” par la DGCCRF et la nécessité de “collaborer au mieux avec vos services afin d’éviter les incompréhensions, de corriger de telles anomalies et de permettre ainsi que leur travail se déroule dans un climat plus serein”.

Ces revendications vont à contre-sens des luttes en cours sur le
puçage
et sur la voie mâle qui atomise les travailleurs de la terre.

** Néanmoins, nous diffusons l’appel à rassemblement qui est
l’occasion d’échanger et d’être solidaire avec nos collègues.* *

_Rassemblement devant le siège de la répression des fraudes
*5 esplanade Compans Caffarelli à Toulouse*
*le mercredi 15 janvier*