Lycées pro.

Les personnels des lycées pro multiplient les  grèves. Après le 27 septembre, 9 octobre et 12 novembre, ils et elles seront à nouveau en actions dans la semaine du 26 au 30 novembre avec un appel à la grève en région parisienne mardi 27 novembre…

Notre dossier en 3 pdf :

Un témoignage saisissant sur l’école de la république et la voie professionnelle

À l’âge de 7 ans, avec ma mère nous avons été expulsés de notre maison, à cause de dettes que ma mère n’avait pas faites et dont elle n’avait profité d’aucun centime, et tout cela avec la complicité d’avocats et d’huissiers corrompus (leurs différentes magouilles ont été prouvées de nombreuses années plus tard sur plusieurs affaires). J’ai d’ailleurs vu ma mère passer sa vie à combattre cette injustice, jusqu’à mes 25 ans, ou elle obtint gain de cause, mais aucune réparation pour raison de prescription…

Après quelques mois hébergés chez de la famille, nous avons emménagé en maison de HLM. Vint alors une période de scolarité importante dans l’avenir de tout enfant, celle de l’école primaire, ou entre deux fables de La Fontaine, on commençait à nous inculquer les premiers fondements de la République Française, à nous expliquer que grâce à cela nous vivions dans un pays de justice et de paix… Mon histoire n’ayant rien d’extraordinaire en France, et ne l’étant pas non plus dans mon école de campagne, je commençais donc déjà à perdre confiance en l’école et en l’enseignement qu’on nous y donnait, et j’étais bien loin d’être le seul dans ce cas.

Puis arriva le temps du collège, souvent vu comme un tournant dans la vie d’un élève. A l’époque, l’éducation nationale avait une politique élitiste un peu moins finement dissimulée qu’aujourd’hui, à l’entrée de la sixième, les classes étaient identifiées par des lettres allant de la 6A à la 6F. Les 6F étaient les élèves en gros échec scolaire, les 6A étaient ceux qui étaient vus comme une sorte d’élite, les plus prometteurs. Un premier tri était déjà fait, les quelques uns qui n’avaient pas été mis dans le bon sac le seraient au prochain tournant, celui du lycée. Bizarrement, plus on avançait dans l’alphabet plus le pourcentage d’élèves issus de milieux modeste augmentait, alors que dans ma classe, les 6A, nous n’étions que 2 sur 25 à venir d’un milieu modeste. Et toujours aussi bizarre, de A jusqu’à C, il n’y avait aucun prof en commun avec les classes E et F, seuls les D avaient des profs en commun avec les deux côtés, mis à part le prof de musique et un prof qui enseignait les arts plastiques (ou plutôt le dessin à la gouache exclusivement) pour les classes de A à D, et les mathématiques pour les autres… . Ce fut ainsi pendant les 4 années de collège, avec quelques exceptions certaines années. Ces exceptions étaient des profs qui étaient nouveaux dans le collège, et en général, on entendait très vite des rumeurs disant qu’ils avaient des problèmes avec la direction et certains autres profs. Comme par hasard, ils ne faisaient rarement plus d’un an ou deux dans le collège. Et toujours du même hasard, ils avaient des méthodes d’enseignement et de gestion des classes bien différentes des autres profs et de ce qui se faisait dans ce collège. En général, c’était avec ces profs que des élèves comme moi qui ressentaient de plus en plus de dégoût et de révolte envers l’enseignement, étions les plus à l’aise et avions le moins de problèmes en cours.

Pour ma part, plus je ressentais l’injustice de la société et plus je me rendais compte des aberrations de l’école dans laquelle j’étais, moins je faisais mes devoirs et moins j’apprenais mes leçons, au point de refuser presque tout enseignement sur les deux dernières années. Mais refuser l’enseignement ne voulait pas dire ne pas apprendre, j’avais juste décidé d’apprendre ce qui m’intéressait. Je préférais donc passer du temps à la bibliothèque plutôt que dans des livres scolaires qui m’expliquaient que tout était bien ainsi et que nous vivions dans une société idéale.

C’est en quatrième, que j’ai décidé qu’après le collège je n’irais pas dans une filière générale, puisque je savais que je serais obligé de continuer l’école jusqu’à seize ans. J’ai pris cette décision suite à une forte altercation avec un prof d’éducation civique. C’était en période de grève des profs. Après qu’il nous ait fait un cours sur la république et nous ait expliqué que grâce à la république française, plus tard nous aurions tous la chance d’avoir un travail dans de bonnes conditions, grâce aux lois qui nous protégeaient, je lui ai posé une question qu’il n’a pas appréciée. Je lui ai demandé pourquoi les autres professeurs faisaient grève si le travail était si bien que ça… Il s’est énervé en disant que les profs qui faisaient grève étaient des imbéciles et des feignasses, et qu’au lieu d’être profs ils auraient mieux fait de devenir femme de ménage ou secrétaire. Ma mère étant femme de ménage, je me suis à mon tour énervé, et je lui ai dit que je venais de lire un livre qui parlait de la grève, et que ce n’était pas ce qu’il disait, mais plutôt le contraire, et qu’un prof d’éducation civique qui ne comprenait pas ça était à la fois le roi des imbéciles, mais aussi qu’il ne méritait pas d’être prof ou devrait apprendre à lire… J’ai pris là ma première leçon de justice bourgeoise, car j’ai eu droit à 3 heures de retenue de sa part, et 3 autres de la part du directeur. Pendant ces heures de colle, on m’a demandé de copier des lignes, une phrase du genre « je ne dois pas contredire les professeurs ». A la place, j’ai écrit « Contredire un professeur stupide ne suffit pas, même quand on a raison, je ne dois plus écouter ses mensonges ». Cela m’a valu de passer en conseil de discipline, et si je n’ai pas été renvoyé du collège, c’est grâce à l’intervention de deux profs, des profs qui avaient fait grève d’ailleurs, des profs qui n’étaient plus là l’année suivante non plus. Ils faisaient partie de ces profs de passage dont je parlais plus haut…

A partir de ce moment, j’ai commencé à chercher ma future orientation après le collège, mais je ne me posais pas de question sur les études où le métier que je ferais, je cherchais surtout un moyen de subir le moins possible l’école, c’était ça pour moi, ma notion d’orientation. J’ai découvert qu’il existait l’apprentissage, mais il fallait avoir seize ans, je ne pourrais pas faire ça après le collège. Puis j’ai découvert qu’il y avait la filière de l’enseignement professionnel, je me suis dit que ça devait être un peu mieux, car le temps que je serais en cours de travaux pratiques, je ne serais pas obligé de suivre d’autres cours. Puis j’ai même trouvé mieux encore, l’alternance mais sans être en contrat d’apprentissage, non seulement il y aurait des cours techniques donc moins d’autres cours traditionnels, mais en plus je n’irais à l’école que deux semaines par mois.

L’année suivante, en troisième,  les conseillers d’orientations faisaient comprendre à ma mère et à moi que je ne pourrais pas aller dans des études générales à cause de mon attitude et aussi, si malgré tout ça se passait bien, à cause du fait que après le général, pour faire des études il faut avoir les moyens, et on tentait déjà de me pousser vers la filière professionnelle. J’ai donc dit que j’étais d’accord à condition qu’il s’agisse d’enseignement par alternance. C’est là que la question du métier s’est posée, « heureusement » elle ne s’est pas posée longtemps puisqu’il n’y avait que très peu d’école de ce type, et qu’en plus il fallait que je sois accepté et que ma mère puisse m’y envoyer.

 

L’année suivante j’entrais donc dans une école pour préparer un BEP gestion et protection de l’environnement par alternance…

Effectivement, je subissais moins l’école, mais j’ai aussi pu me familiariser avec le monde du travail, ce qui n’était guère mieux en fait. Après ces deux années de BEP, quitte à travailler deux semaines par mois, autant être payé, je suis donc entré en contrat d’apprentissage. Là encore, il n’y avait pas beaucoup de choix d’orientation. Il fallait rester dans une continuité, et en plus trouver un patron qui acceptait d’exploiter des mineurs sans demander à trouver des apprentis déjà formés, ce genre de patron avide est très fréquent, mais il est plus difficile d’en trouver un qui n’ait pas encore rempli son quota maximum d’apprentis…. Je me suis donc retrouvé en apprentissage en espaces verts, pour un bac pro travaux paysagers. En plus d’être toujours à l’école, et d’être toujours au travail, on devient aussi salarié. On nous expliquait en classe que c’était une chance de pouvoir gagner 310 euros par mois pour deux semaines de travail et que les patrons qui nous donnaient ce généreux salaire étaient des passionnés voulant transmettre leur métier… Bizarrement on ne nous parlait jamais des aides et subventions qu’ils touchaient pour nous avoir embauchés…

 

Une fois sorti d’un bac pro que je n’ai pas eu, j’ai eu le droit à une très longue période de chômage et d’intérim. Lorsque je travaillais en intérim, dans la plupart des missions où nous étions plusieurs intérimaires, il s’agissait d’autres personnes de mon âge, qui sortaient aussi de la filière professionnelle et ne trouvaient rien derrière, et jamais issues de classe sociale favorisée. En comparant nos parcours, on constatait toujours que même si nos raisons pouvaient être différentes, les chemins empruntés étaient toujours les mêmes, la filière de l’éducation professionnelle n’était jamais un vrai choix, mais plutôt la seule option, l’accompagnement reçu était toujours fait pour les pousser vers cette direction, il y avait toujours des professeurs qui sortaient du lot dans la vie de chacun et qui avaient fait du mieux pour les aider, mais toujours en vain car le système avait complètement lié les mains de ces professeurs pour qui enseigner ne signifiait pas formater, et certains profs qui avaient tenté de ne pas plier face à ce système mais avaient fini par devenir les ennemis de leur hiérarchie et de leurs collègues qui eux, acceptaient de ne pas laisser les choses évoluer.

 

Une véritable éducation digne de ce nom, ce n’est pas un bourrage de crâne et un conditionnement mental des élèves, ce n’est pas trier les élèves par catégories, ce n’est pas transformer les enseignants en robots juste bon à répéter un cour ! Une éducation digne et bénéfique,  c’est une éducation qui recherche avant tout le bonheur et l’épanouissement des élèves dans ce qu’il font, c’est une éducation qui offre aux professeurs la possibilité de vivre leur métier avec passion, un métier qu’ils ont rarement choisi au hasard (même si certains d’entre eux l’oublient parfois)

C’est chaque professeur digne de ce nom qui doit se battre pour pouvoir réellement éduquer et faire avancer les élèves, et chaque parent qui veut le bien de son enfant qui doit soutenir les professeurs qui tentent d’améliorer la condition des élèves, car un professeur qui refuse de voir ses conditions de travail se dégrader et tente de les améliorer, c’est un professeur qui tente d’obtenir plus de moyens pour accompagner et aider ses élèves, c’est un professeur qui pense à leur avenir et veut se battre pour les aider à le rendre meilleur.

Si les profs n’ont pas les moyens et les conditions nécessaires pour faire tout cela, qui d’autre pourra aider réellement les élèves et leur permettre de se préparer une vie sereine et épanouissante ???….

E.

Stains (93) : un gendarme au lycée Utrillo

Communiqué de presse des personnels du lycée Maurice Utrillo à Stains mobilisés contre l’arrivée prochaine d’un nouveau proviseur adjoint GENDARME! Préavis de grève déposé pour le 5 novembre!

Tout au long de l’année 2017-2018, notre lycée a été frappé par des faits d’extrême violence qui ont eu lieu sur le parvis, devant l’établissement. C‘est dans ce contexte menaçant que nos élèves sont pourtant revenus en cours, ont continué d’apprendre, ont rendu leurs devoirs. Ils sont nombreux à avoir obtenu leur bac, avec tous les honneurs qu’on doit à ces héros ordinaires qui continuent d’étudier envers et contre tout et, il faut bien le dire, contre tous.

L’année scolaire se terminant tant bien que mal, un CLSPD – conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance – ainsi que des «cellules de veille» rassemblant différents services de l’État ont été réunis : hélas, nous n’avons pas été collectivement associés à cette démarche. Pour le moment, nous n’avons aucun retour de cette instance, ni recommandations, ni solutions.

À la rentrée, nous avons appris que les moyens accordés par le rectorat pour l’année 2018-2019, ne nous permettaient pas de couvrir les besoins liés à l’augmentation du nombre d’élèves dans le lycée.

Alors que le rectorat et le ministère se félicitent régulièrement des très bons taux de réussite de nos élèves, on continue à nous supprimer toujours plus de moyens comme la possibilité d’organiser des devoirs de quatre heures le samedi matin ou des stages de vacances. Nos institutions se disent impressionnées de l’attention que l’équipe éducative accorde à chaque élève mais elles nous suppriment plusieurs dédoublements de classes nous empêchant de travailler en petits groupes avec eux. On nous encourage à favoriser l’ouverture à la culture et aux arts mais on nous supprime la possibilité d’enseigner le théâtre et l’histoire des arts en seconde. Autant de dispositifs à l’origine de très bons résultats au baccalauréat et qui participaient à réduire les inégalités face à la réussite scolaire. En parallèle, nous avons été confrontés ces dernières années à une baisse régulière des moyens horaires accordés au lycée et à la suppression de nombreux postes d’adultes dans l’établissement, principalement sur des contrats aidés mais pas seulement : des secrétaires de direction, des assistants d’éducation, des agents d’entretien, des médiateurs. Moins il y a d’adultes dans un établissement, plus le climat scolaire et les conditions d’éducation se dégradent. Parce que nos élèves subissaient cette double violence : celle d’une institution qui ne leur donne pas les moyens de réussir et celle extérieure au lycée, l’ensemble de la communauté éducative s’est fortement mobilisée pour réclamer davantage de moyens humains et éducatifs. On nous a promis que les institutions – la région pour le matériel et les locaux, le rectorat pour les postes et les heures supplémentaires – seraient particulièrement attentives au lycée Maurice Utrillo en cette rentrée 2018.

La situation est pourtant toujours alarmante. En effet, à ce jour, en dehors de la pérennisation du poste d’assistant d’éducation (obtenue de haute lutte après plusieurs jours de grève et une mobilisation massive des personnels), nous n’avons obtenu aucune aide pour enrayer cette violence. Le Conseil Régional a pris la décision, unilatéralement, de rehausser les clôtures du lycée quand bien même toutes les violences qu’on a connues se sont déroulées à l’extérieur de l’établissement. Nous n’avons jamais connu de problèmes d’intrusion et sommes réticents à enseigner dans une forteresse.

Alors que nous réclamons à cor et à cris plus d’assistants d’éducation, plus d’infirmières, plus d’assistantes sociales, plus de médiateurs et d’éducateurs à Stains et à Pierrefitte, on nous a annoncé à la rentrée la création d’un troisième poste de proviseur adjoint chargé des questions de sécurité.

La lettre de mission de ce nouvel adjoint ne nous a pas été communiquée et nous nous posons donc de nombreuses questions sur ce qu’on nous a présenté comme «une expérimentation». Nous avons appris que ce nouvel adjoint n’était jamais intervenu en milieu scolaire et qu’il occupait précédemment des fonctions dans la gendarmerie. Que connaît-il des problématiques spécifiques à l’éducation prioritaire? À quoi pourraient servir ses compétences dans un contexte où les problèmes de sécurité s’observent non à l’intérieur mais à l’extérieur de l’établissement?
Cette nomination suscite de vives inquiétudes au sein de toute la communauté éducative et nous sommes prêts à réagir. Nos élèves ont moins besoin d’un proviseur adjoint supplémentaire issu de la gendarmerie que :

  • De professeurs (en SES, en mathématiques, en vente, en anglais, certains élèves n’ont pas eu de professeur pendant un mois);
  • D’équipes stables, formées et expérimentées;
  • D’assistants d’éducations, de CPE, d’assistants pédagogiques, d’infirmières, d’assistantes sociales, de psychologues.

Nous ne le répéterons jamais assez, nous ne le crierons jamais assez fort : c’est d’éducation que nos élèves ont besoin. Les réponses proposées par l’institution sont, une fois de plus, largement en deçà de ce que nos élèves méritent.

Les personnels mobilisés du lycée Maurice Utrillo de STAINS

____________________________

Contre le SNU : insoumission générale

Contre le Service national, version Blanquer et Macron : SNU : en marche vers l’insoumission

———————————

Pas de police, pas d’armée dans les écoles

Le communiqué : à diffuser

Suite à l’incident ayant eu lieu au lycée Edouard-Branly de Créteil et les réactions médiatiques qui ont suivi (lire ci-dessous notre précédent communiqué), Nicole Belloubet, Jean-Michel Blanquer et Christophe Castaner, respectivement ministres de la Justice, de l’Education nationale et de l’Intérieur, ont annoncé une série de mesures le vendredi 26 octobre.

Sans surprise, il n’était pas question de revenir sur les suppressions de poste, sur les dotations insuffisantes en personnel médico-social, sur la suppression des aides aux associations de quartier ou, pourquoi pas, sur les inégalités et les violences induites par le capitalisme.

Au lieu de cela, de la répression, de la répression et encore de la répression : ouverture de centres éducatifs fermés, des « centres d’accueil de jour » potentiellement encadrés par des militaires ou des policier·e·s, le renforcement des Equipes mobiles de sécurité (EMS), cow-boys des rectorats… Autant de mesures parfaitement inefficaces lorsqu’il s’agit de construire un climat serein permettant de travailler à l’émancipation individuelle et collective de nos élèves.

Cerise sur le gâteau, le gouvernement nous promet l’augmentation de la présence policière dans nos établissements. Cela n’est pas nouveau, depuis 1982, les conventions se multiplient entre l’Education nationale, l’armée et la police. La circulaire du 16 août 2006 instaurait des références « police / gendarmerie » pour chaque école. Depuis cette année, à Nice, ville du très droitier Christian Estrosi, une permanence policière peut être assurée dans les écoles primaires…

La CNT Education réaffirme son opposition à toute présence policière sur nos lieux de travail, que nous partageons avec une jeunesse déjà trop souvent confrontée aux abus des forces de police. Nous n’acceptons pas d’abandonner notre mission d’éducation pour satisfaire, à peu de frais, les besoins électoraux d’un gouvernement multipliant les coups aux classes populaires.

La réponse aux problèmes rencontrés dans nos établissements sera éducative, pas répressive.

C’est pourquoi la CNT Education appelle l’ensemble de nos collègues à :

signifier leur refus de la présence de policier·e·s et de militaires au sein de nos écoles ;

  • à arrêter de travailler en cas de présence de policier·e·s et de militaires ;
  • à favoriser les discussions entre collègues pour trouver, ensemble, des initiatives pédagogiques et éducatives afin de permettre à chacun·e de construire les conditions de son émancipation.

——————————-

Le sécuritaire ne sera jamais la solution

En version à télécharger

Depuis quelques jours, l’émotion est vive dans la sphère médiatique suite à la diffusion d’une vidéo montrant un élève du lycée Edouard-Branly à Créteil (Val-de-Marne) pointer une arme factice sur sa professeure afin qu’elle le note « présent ». Suite à cela, de nombreux et légitimes messages de soutien à notre collègue ont été publiés ainsi que plusieurs témoignages d’autres situations de violence ayant eu lieu dans des établissements scolaires où insultes, bousculades, dégradations, incidents se multiplient, entre élèves mais aussi contre les adultes.

Pour la Fédération des Travailleuses et Travailleurs de l’Education de la Confédération Nationale du Travail, la réponse ne pourra jamais être sécuritaire. Ces actes sont à relier à la dégradation des conditions de vie de millions de travailleuses et travailleurs dont les enfants ont pour seul horizon le chômage ou de nouvelles formes d’exploitation comme l’auto-entreprenariat, les Uber et autres emplois mal rémunérés et avilissants.

Ces violences sont le produit d’un système violent, le capitalisme, dont l’Etat est l’un des instruments de mise en œuvre. Chaque jour, des personnes sont licenciées de leur travail ou contraintes à exercer plusieurs emplois précaires pour survivre ; chaque jour, des travailleuses et travailleurs subissent des conditions de travail dégradées entraînant blessures, dépressions et, parfois, la mort ; chaque jour, des personnes sont obligées de renoncer à des soins essentiels faute de couverture médicale suffisante ; chaque jour, des personnes sont l’objet de l’acharnement de la police, des services sociaux, désignées comme des délinquantes potentielles.

Surtout, chaque jour, des jeunes des quartiers populaires et des régions rurales délaissées, sont soumis·e·s à un système scolaire dont les classements internationaux et les évaluations permanentes qui en découlent sont l’unique boussole. Les appels à « rétablir l’autorité », à renforcer les sanctions sont une impasse. Nos élèves subissent déjà la présence de la police, des contrôleuses et contrôleurs et des militaires dans leurs quartiers pour ne pas avoir à les subir de nouveau dans leurs établissements scolaires, même lorsqu’elle est estampillée « Éducation Nationale » comme les EMS.

Dans ce contexte, l’école ne peut pas tout car l’école n’est pas tout. Certain·e·s agissent pour favoriser l’émancipation autant que possible. Pourtant, les moyens alloués sont dramatiquement insuffisants : classes surchargées, personnel de vie scolaire en sous-effectif et peu formé, manque d’assistants sociaux, d’assistantes sociales et de personnel médical, dispositifs inadaptés pour les nombreuses et nombreux élèves en difficulté, non-francophones, en situation de handicap…

Si nous réclamons plus d’adultes dans nos établissements, conscient·e·s que nos élèves ont besoin de présence humaine avant tout, nous voulons plus d’enseignant·e·s, d’assistant·e·s d’éducation, de CPE, d’infirmier·e·s, d’assistantes sociales et assistants sociaux.

Le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé un « plan d’actions ambitieux » pour que les violences ne se reproduisent pas, quelques semaines après l’annonce de la suppression de 2600 postes à la prochaine rentrée. La CNT-FTE a, elle aussi, des propositions claires pour faire des écoles des lieux où l’émancipation culturelle, sociale, intellectuelle a sa place, dans le respect de chacune et chacun, adulte comme élève :

  • la diminution du nombre d’élèves par classe ;
  • la mise en place de réels temps de concertation afin de mettre en place des dispositifs et projets permettant aux élèves de trouver un sens à leur scolarité mais aussi de temps « d’analyses des pratiques » pour se former entre pairs ;
  • le recrutement massif d’assistant·e·s d’éducation formé·e·s et bénéficiant d’une réelle titularisation ;
  • un plan de recrutement conséquent pour doter tous les établissements d’assistants sociaux et assistantes sociales, d’infirmier·e·s et d’assistant·e·s pour les élèves en situation de handicap.

Il n’y a pas de recette miracle mais le sécuritaire ne sera jamais la solution. Nous, enseignant·e·s, animateurs et animatrices, personnels administratif, de vie scolaire, médico-social, technique continuerons de lutter, là où nous sommes présent·e·s pour construire, avec nos élèves et étudiant·e·s, un autre futur.

_________________________

Contribution au débat paru dans le Chat du neuf-Trois, bulletin du syndicat éducation de Seine-St-Denis

Faire entrer la police dans les écoles n’est évidemment pas anodin, notamment lorsqu’il s’agit de les faire intervenir au cours d’opérations de« prévention ». Ces dernières participent ainsi à la construction d’une analyse répressive de certains problèmes sociaux, présupposant ainsi des réponses à y apporter.

Il ne s’agit pas, ici, de faire la liste des nombreuses incursions de la police nationale ou de leurs compères gendarmes dans les écoles pour y dénicher des délinquants en puissance, par exemple en y recherchant des drogues en pleine classe, ou les plaintes plus inutiles les unes que les autres déposées en cas de conflit entre parents/élèves et professeurs, voire entre élèves, transférant la responsabilité du règlement de ces conflits de l’institution scolaire aux commissariats. Nous ne parlerons pas non plus du projet de la ville de Nice d’affecter des policiers municipaux armés à l’intérieur des écoles, en plus des nombreux cameras et contrôles aux entrées… Mais plutôt d’évoquer ces cours magistraux donnés par des policiers, en activité ou non, afin de parfaire les connaissances des élèves sur des sujets aussi importants que les incivilités, le harcèlement, la fabrication de la loi ou l’usage de drogues.

Pivots de ces interventions, les délégués à la cohésion police-population. Fonction créée sous la présidence de Nicolas Sarkozy en 2008 afin de « renforcer le lien entre la population des quartiers sensibles et la police » dans le cadre du plan Espérances banlieues, il s’agit d’une réserve de gradés de la police à la retraite mobilisables quelques jours par mois. Ces délégués seraient donc des « référents » pour les habitants des quartiers « difficiles » mais auraient également une tâche d’éducation à la citoyenneté, dans les établissements scolaires notamment.

Les habitants des quartiers populaires, dont beaucoup sont immigrés ou descendants d’immigrés et connaissant des situations économiques difficiles, sont régulièrement vus comme étant une population à « éduquer » dans le but de mieux les « intégrer » (en réalité désintégrer). Les intégrer au marché du travail, d’abord, mais aussi à la société voire à une culture françaises. Or, la police, délégataire du « monopole de la violence légitime » qui appartient à l’Etat selon le sociologue Max Weber, n’est-elle pas la mieux indiquée pour faire entrer, de force s’il le faut, la jeunesse de ces quartiers dans les cases étroites du capitalisme ?

Ainsi, ils interviennent dans nos classes pour délivrer la bonne parole sur des thèmes particulièrement divers, au point que nous sommes en mesure de nous demander quelle légitimité ont-ils en dehors de leur expérience dans la police, c’est-à-dire dans une institution pratiquant le contrôle au faciès, les propos racistes et sexistes, les interpellations violentes allant parfois jusqu’à la mort. Au regard du bilan de la présence policière dans les quartiers populaires, il est effectivement de bon ton de s’interroger sur le niveau de cohésion entre cette police et la population.

Ce serait donc à celles et ceux qui participent d’une institution structurellement raciste, sexiste, violente et oppressive, d’apprendre les bonnes manières à la jeunesse. Curieux paradoxe.

En réalité, ce type d’interventions a pour objectif de normaliser la présence de la police à l’école, en la chargeant d’une tâche honorable. Cela doit servir, comme pour la « police de proximité », à donner une bonne image, proche et au service de la population, ne s’en prenant qu’à ceux qui ne respecteraient pas la loi. Eux seront passés au karcher, comme l’avait délicatement promis Nicolas Sarkozy.

Nous devons affirmer que la police n’est pas une institution neutre. Nous ne sommes pas dupes, l’école de la République accentue la reproduction des classes sociales à travers son processus de certification duquel sortent quelques exceptions permettant de donner un contenu artificiel à l’expression creuse de « l’ascenseur social ». Pour autant, il réside encore des îlots de résistance, des marges de manœuvre dans lesquels nous pouvons faire autrement. Pour cela, nous devons être libérés des contraintes hiérarchiques et de ses injonctions contradictoires mais aussi de l’habitude sécuritaire promue par ces interventions.

Des réactions sécuritaires s’illustrent au quotidien par des sanctions incohérentes, disproportionnées et, rarement comprises par les élèves, lorsqu’ils adoptent un comportement conflictuel. Et la tentative de normalisation de l’intervention de la police dans nos établissements ne fait qu’empirer la situation.

Nous, travailleurs de l’éducation, n’avons pas vocation à servir de faire-valoir à un policier monologuant dans nos salles de classe pendant une heure ou deux. Bien entendu, nous ne nous opposons pas à des interventions extérieures ; mieux, nous les considérons nécessaires afin d’ouvrir nos écoles sur leur environnement. Nous souhaitons recevoir des juristes, des travailleurs de la santé comme ceux exerçant auprès de personnes toxicomanes, des éducateurs de rue et autres. Mais il est hors de question pour nous de recevoir des gardiens dits de la paix.

En définitive, nous croyons que l’école doit être une institution émancipatrice, permettant aux élèves de se questionner et, à terme, d’agir sur des problèmes de société effectivement présents dans nos quartiers. L’émancipation ne peut passer par la répression, elle doit passer par une démarche constructive et collective. Et que celle-ci ne peut se faire avec le bras armé de l’Etat et du capital.

Le 27 septembre : grève dans les lycées pro.

La CNT éducation, au côté de nombreuses intersyndicales départementales, appelle l’ensemble des collègues à la grève jeudi 27 septembre.

Mais pour la CNT, il est évident qu’une seule journée de grève de 24h ne suffira pas à faire entendre les revendications de la profession. Le CSE (conseil supérieur de l’éducation) se réunit le 10 octobre pour entériner le nouveau cadrage horaire qui annonce des pertes énormes pour les élèves et des suppressions de postes du côté des enseignant-e-s. D’ailleurs les 2600 suppressions de postes annoncées par Blanquer vont toucher de plein fouet les LP pour la rentrée prochaine.

La décision du CSE le 10 octobre, si nous ne mettons pas la pression pour l’empêcher, permettra de lancer la refonte des programmes qui seront mis en place à la rentrée de 2019. Il y a donc urgence à se mobiliser et à construire un rapport de force solide et durable.

Seule la grève nous permet de nous faire entendre de manière sérieuse. Mais pour cela, la grève doit être massive et reconductible !

Quelques points doivent soulever notre colère :

Paris : un prof de philo sanctionné par le ministère

Pascal Verrier est professeur de philosophie au Lycée Montaigne à Paris. Militant syndical trop dérangeant, il vient d’être sanctionné par le ministère : « mise à la retraite d?office ». Il est accusé de « harcèlement ». Pourtant, la commission académique paritaire, après un débat contradictoire de 14 heures (!), n’avait pas jugé les faits « crédibles et établis ». Il est victime de rumeurs diffamatoires entretenues par un parent d’élève se vantant d’avoir quelques accointances avec des gens « hauts placés » au ministère. Conflit d’intérêt ? Un comité de soutien s’est constitué. Des recours en justice vont être engagés. Cela va nécessiter des frais importants. Pour le soutenir dans sa lutte, vous pouvez participer à la cagnotte en ligne qui lui permettra de financer la bataille judiciaire dans laquelle il est contraint de se lancer. : http://www.lepotcommun.fr/pot/9eul6rd6

Pouvoir dire non !

Communiqué des associations d’éducation nouvelle et des syndicats CEMEA, CGT, CNT, CRAP-cahiers pédagogiques, Émancipation, GFEN, ICEM-pédagogie Freinet, Ligue de l’enseignement,  SE-UNSA, SGEN-CFDT, SNUIPP-FSU,  SNPI-FSU, SUD éducation . Communiqué unitaire

La fin de l’année scolaire 2017-2018 a été marquée par une augmentation des contraintes exercées sur les équipes enseignantes d’écoles maternelles ou élémentaires pour qu’elles s’engagent dans des actions d’apprentissage de la lecture conduites par l’association Agir pour l’École. Tout en tenant un discours affirmant le respect de la liberté pédagogique, des autorités départementales ou académiques ont usé de moyens divers pour exercer des pressions qu’il s’agisse d’initier ces actions ou de contraindre à leur poursuite.

Nos associations et organisations syndicales protestent contre ces contraintes. Elles rappellent que les enseignants sont, dans le cadre des programmes nationaux, les professionnels concepteurs de leur enseignement et que les projets collectifs doivent s’inscrire dans le projet d’école proposé par l’équipe pédagogique et adopté par le conseil d’école .

Nos associations et organisations syndicales apporteront leur soutien aux enseignants et aux équipes qui refusent de mettre en œuvre ces actions ou veulent les interrompre. Elles demandent que cessent toutes les formes de pression exercées.

Paris, le 31 août 2018

Rentrée 2018. L’école selon Blanquer : contrôles, inégalités, sélections et injonctions

Communiqué de rentrée

____________

A l’école des médias, le ministre de l’Education nationale est le premier de la classe. Rentrée oblige, mercredi 29 août, il a organisé sa conférence de presse : « Ensemble pour l’Ecole de la confiance ». En saturant l’espace médiatique par ses annonces, en entretenant d’inutiles polémiques et sous couvert d’une approche scientifique grossièrement instrumentalisée, Jean-Michel Blanquer déploie une authentique offensive idéologique contre l’égalité à l’école, les conditions de travail et les pédagogies émancipatrices(1).

Les mesures pour cette rentrée 2018 se résument à « décoder, évaluer, sélectionner ». De la Maternelle – un chantier est annoncé pour « clarifier » les programmes et imposer des « repères annuels de progression » –  à l’Université, le ministre veut développer une véritable culture de l’évaluation.

Les classes de CP, les CP à 12 élèves en REP et REP+ subiront deux évaluations, une fin septembre, une autre en février-mars 2019. Un bilan d’entrée en CE1 sera organisé en lecture, écriture et numération à l’automne.

Entre le 1er et le 19 octobre, ce sera au tour des élèves de 6è. Une plate-forme en ligne vérifiera les compétences acquises en français et en maths.

Mi-septembre, les élèves de Seconde générale, professionnelle et technique se verront aussi proposer deux séquences de 50 minutes en français et une en maths via une autre plate-forme numérique.

Mesurer, contrôler, il s’agit bien de soumettre élèves et enseignants à une culture du résultat. La loi votée le 1er août par l’Assemblée Nationale portant sur la réforme de la formation professionnelle et l’apprentissage (2),  la loi ORE, Parcoursup (3), la réforme du bac, le projet de lycée « modulaire » (4) donnent une cohérence à la multiplication de ces injonctions.

Une école contre le peuple, pour les élites.

A la presse encore, le premier ministre a annoncé la suppression de 4500 postes dans la Fonction publique l’an prochain. Blanquer envisage une réforme de la formation initiale pour 2019, une économie possible de 25.000 postes dans l’Education nationale. Ajoutés aux 166.000 postes de « contrats aidés » qui seront encore supprimés, l’école publique est aussi « prioritaire » pour faire des économies.

La liberté pédagogique est remise en question par le ministre, relayé sur le terrain par l’association «Agir pour l’école », qui tente d’imposer des méthodes de lecture et la culture de l’évaluation.  Des associations et des syndicats se sont réunis cet été et ont écrit un communiqué unitaire (lire ci-dessous) pour soutenir toutes celles et ceux qui ne se plieront pas aux injonctions ministérielles.

Car, nos priorités ne sont pas celles de Blanquer. L’émancipation par le savoir ne se mesure pas par des compétences à  atteindre, des hiérarchies, des sélections.

Ses méthodes conservatrices autoritaires et inégalitaires doivent être combattues. En cette  rentrée ce sera, à nouveau, la tâche de toutes celles et ceux qui défendent un service public d’enseignement égalitaire et coopératif.

CNT-FTE, 31 août  2018

(1) A lire dans notre mensuel électronique Classes-En-Lutte n°189, juin 2018, notre motion de congrès : « L’école de Blanquer : contrôle, inégalités, sélection et soumission au programme » (rubrique Classes-En Lutte).

(2) A lire, le six pages : « Lycée professionnel : danger de mort » sur les sites de la CNT.

(3) Loi ORE, Parcoursup / les luttes du printemps 2018. Textes et analyses à lire sur le site de la CNT-FTE, rubrique sup-recherche.

(4) Réforme du lycée général : le lycée modulaire. Analyse à lire dans le Classes-En-Lutte de septembre à paraître.

Vendredi 25 et samedi 26 mai, la fédération CNT tenait son XIè congrès à Paris… Communiqués

Communiqué 1.

Répression, mutilation et prison : les armes du capitalisme ne nous feront pas taire

Des nervis cagoulés qui expulsent des étudiant.e.s d’un amphi avec la complicité d’un doyen à Montpellier, des CRS qui expulsent sans ménagement des étudiant.e.s pacifistes, en les insultant, les gazant et les frappant…

A Beaumont sur Oise, le 28 avril, des militaires de l’opération Sentinelle présents contre  l’après-midi « boxe et jeux gonflables » organisée par la famille et les proches d’Adama Traoré. Le 30 avril 2018, Ismaël Bokar Deh, un travailleur sans-papiers qui vendait des bibelots aux touristes pour survivre,  tué par la police de Versailles…

A Paris, le 22 mai, 128 gardes à vue à l’issue de la manifestation « fonction publique » suivie de l’occupation du lycée Arago : 88 majeurs, 40 mineurs, contre une Assemblée Générale dans un établissement scolaire…

Toujours le 22 mai, une main arrachée sur la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes… 40000 grenades, des chars, des drônes et des hélicos contre des projets collectifs…

Le 25 mai, encore, deux syndicalistes en garde à vue après avoir été mis en joue et menottés pour une action symbolique et pacifique de 300 camarades CGT Énergie, Cheminots, devant le siège national de La République En Marche…

La criminalisation des résistances est bien la seule à être en marche. Une marche forcée pour casser toutes les initiatives collectives, toutes les oppositions, toutes les tentatives pour vivre autrement.

La fédération CNT des travailleuses et des travailleurs de l’éducation réunie  pour son 11 è congrès à Paris dénonce une nouvelle fois ces répressions. Elle exige l’amnistie de toutes les réprimées du mouvement social et elle sera aux côté des migrants et des sans-papiers le 2 juin contre le projet de loi Collomb « asile-immigration ».

_____________________________________

Communiqué 2.

Parcoursup : algorithmes aux services de la sélection et de la concurrence

 Depuis quelques années, les algorithmes sont à la mode. Faut dire que ce sont des outils pratiques pour « traiter », c’est-à-dire automatiser le classement, le croisement et l’interprétation de données nombreuses et diverses. Les gouvernements font développer et appliquent des algorithmes pour mettre en place leurs politiques publiques. Au point de soumettre ces politiques publiques aux logiques de ces algorithmes ?

Mais quelles sont ces logiques ? Deux programmes ont été employés dernièrement pour appliquer ces politiques : APB ( Application Post-Bac)  jusqu’à l’an dernier et Parcoursup’ cette année. Quelles différences entre les deux ?
APB était un algorithme qui ventilait les bachelières et les bacheliers dans le supérieur alors que Parcoursup’ est une plate-forme où les données des élèves sont accessibles par tout établissement du supérieur et chaque établissement met en place son propre algorithme. Sur APB, les vœux des élèves étaient ordonnés par ordre de préférence, sur Parcoursup’ non.
Quel est l’effet de l’absence de hiérarchisation des vœux sur Parcoursup’ ? L’algorithme d’APB était basé sur l’algorithme de Gale-Shapley. Sans rentrer dans le détail, c’est un algorithme qui permet de répartir les élèves dans les universités en respectant l’ordre des vœux.
Sur Parcoursup’ les établissements du supérieur doivent trier tous les dossiers de tous les élèves alors que l’algorithme d’APB permettait de minimiser le nombre de dossiers.
Pourquoi proposer un système qui est juste plus coûteux en nombre de dossiers à traiter ?
Quel est l’effet du passage d’un algorithme sur APB aux multiples algorithmes sur Parcoursup’ ? Normalement l’État doit diffuser ses algorithmes, même si cela n’a pas été complètement fait concernant APB. En revanche, les établissements du supérieur ne sont pas dans l’obligation de communiquer le détail de leurs algorithmes. On ne sait pas comment ils sont faits mais on a quelques remontées de ce qui se passe lors des commissions des universités : coefficient par établissement, coefficient en fonction du département ou de la ville, déclassement des boursiers… En effet, ces algorithmes étant secrets, les critères de classement les plus puants peuvent être utilisés.
Nos camarades du supérieur ne sont pas moins dignes que les collègues du secondaire. Cependant, on ne peut pas exclure le pire à partir du moment où la direction de l‘établissement garde l’algorithme secret.
Il semble donc que Parcoursup’ soit aussi sélectif qu’APB. En outre, Parcoursup’ met en concurrence les établissements du secondaire. Il offre la possibilité aux universités de hiérarchiser les lycées. Sur quels critères ? On n’en est pas sûr, mais certainement du plus « nul » au « meilleur ». Il en découlera une mise en concurrence des établissements du supérieur qui doivent choisir des stratégies de recrutement. De plus en plus « autonome », en vérité soumise à des impératifs de concurrence à l’échelle globale (type classement de Shanghaï), la libéralisation de l‘université en France va s’intensifier. Le savoir universitaire en théorie accessible à tous et toutes restera élitiste.

Les syndicats de la FTE réunis en congrès, exigent l’ouverture des universités (au moins 100 000 places) à tous les élèves et d‘en finir avec ces différents systèmes sélectifs.

____________________________________

Communiqué 3        Contre les violences sexistes et patriarcales

Il faut en finir avec les violences sexistes et patriarcales

La CNT a été confrontée à des affaires de violence sexiste. La CNT – FTE, réunie lors de son 11e Congrès tenait à rappeler qu’elle ne pourrait accepter de ses camarades la moindre violence de ce type.

Il ne suffit pas de se revendiquer « anti-sexiste » pour faire disparaître les discriminations, agressions et comportements sexistes. Les engagements anti-patriarcaux ne se réduisent pas aux discours mais impliquent de se défaire de toutes les représentations et attitudes sexistes que nous avons pu intégrer malgré nous.

Si les violences physiques sont les plus visibles, les violences symboliques sont tout autant destructrices, qu’elles soient verbales ou qu’elles relèvent de stéréotypes toujours véhiculés dans notre société.

Il est crucial que suite à des cas de violence sexiste se mette en place une gestion collective car il est plus que souhaitable que ce genre de situation ne conduise pas à l’isolement des victimes et de toutes les personnes touchées qui doivent bénéficier d’une protection et d’un soutien.

Cette réflexion ne doit pas servir qu’à nous donner bonne conscience. Elle n’est pertinente et utile que si elle aboutit à nourrir la lutte anti-patriarcale concrète à travers la mise en place d’actions dans nos syndicat, sur nos lieux de travail, dans nos quartiers. Ces actions doivent viser à protéger toutes et tous de toute forme d’agression et à faire évoluer nos comportements. Il est fondamental que nous trouvions tou-te-s le temps de discuter de ces problématiques afin de développer les outils nécessaires pour répondre à ces situations, en aval et en amont.

La Fédération des Travailleu-r-se-s de l’Éducation décide de poursuivre sa réflexion avec ses syndicats et d’amplifier son engagement contre toutes les formes de domination.

zad générale, grève partout !… Zads toujours…

 

 Le 20 mai, direction Le Gourbi…

 Le 20 mai à Montreuil (93)

3000 manifestant.e.s ont marché pour dénoncer un autre projet « tout en béton » dont Bouygues aurait la gestion sur des parcelles classées « patrimoine d’intérêt national »…

Dimanche 20 mai : zad vitam aeternam !

Rendez-vous à 12h à Bellevue sous le hangar de l’avenir : repas syndical…

Puis, fabrication d’épouvantails à gendarmes et plantations sur les champs de la zad pour qu’ils ne reviennent jamais…

  • Cultures : départ sur divers jardins et champs pour des travaux de printemps et semis entravés des semaines durant par le dispositif policier. Amenez des outils de jardin.

- Balades et ballades sur les chemins du bocage

- Assemblages et travail de charpente pour que la zad se reconstruise

A partir de 16h :

- Quolibets : En cas de restes égarés de membres du dispositif policier, grand concours d’insultes littéraires ! – Apéro prolongé

A partir de 18h :

- Repas prolongé – Début de la fête, danses, concerts

A la nuit tombée :

- Feu de camps – Projections, popcorn. jean-luc Godard a snobbé Cannes, il sera parmis nous.

Au petit matin :

- l’important c’est d’être là pour le petit dej’

Le gouvernement annonce une seconde vague d'expulsion sur la zad de
Notre-Dame-des-Landes. L'opération pourrait être lancée dès le 15 mai.
Nous n'avons aucune idée de son ampleur et de sa durée. Ce qui est
certain, c'est que nous ne pouvons avoir aucune confiance dans les
annonces officielles et que nous nous mobiliserons face à tout nouveau
tri et expulsion des habitats de la zad. Malgré ceux qui, du côté du
gouvernement ou parfois même malheureusement du mouvement, tentent
d'ancrer des divisions, catégories et de faire monter la tension, nous
maintiendrons une position de défense commune la plus large possible des lieux de vie, réalités et activités qui s'entremêlent sur la zad. 

C'est cette ligne que nous avons souhaité tenir autant dans le cadre des négociations qu'avec les diverses formes de résistance et mobilisations sur le terrain depuis plusieurs semaines. Nous convions en ce sens à être prêt.es à réagir de nouveau sur la zad et partout ailleurs dès le 15 mai.

Concrètement, nous appelons :

- A un rassemblement devant la préfecture à Nantes à 18h suite à une
journée d'expulsion

- A des rassemblements et occupations sur les places des villes et
devant les mairies et préfectures. Les comités de soutien peuvent
signaler leurs rendez-vous et actions au site zad.nadir afin qu'ils soient relayés.

- A une manifestation le samedi après une semaine d'expulsion à Nantes

- A une convergence sur la zad le dimanche après une semaine d'expulsion

Divers espaces d'accueil seront mis en place, sur la zad, voir infos sur zad.nadir.org

Nous appelons les soutiens qui nous rejoignent pour résister sur place à :
- faire attention à la possibilité d'une diversité de pratiques et de
présences sur le terrain.
- faire attention à nos voisins des bourgs alentours, aux travaux
paysans et à laisser la circulation libre sur les routes hors des
moments de résistance aux expulsions.

Vous pouvez suivre les infos sur zad.nadir.org ou en vous abonnant au
compte twitter ZAD_NDDL

Des habitant.es de la zad.

__________________________

Retrouvez ci-dessous le dernier communiqué du collectif de soutien d’Île de France : Notre-Dame-Des-Luttes

Et toutes les infos, communiqués ici :

https://zad.nadir.org/spip.php?article5651

Quelques photos prises sur la zad les 15, 16 avril, à Nantes et le 19 avril… à Paris…

  Paris, le 19 avril, en tête de cortège

  Infos Zad devant la préfecture de Nantes

 Infos Zad, Nantes, le 17 avril

  Sur une barricade le 16 avril

 En direction du Gourbi, le 15 avril…

 

 La radio de la zad : 107.7 FM

 Il n’y a pas que des cabanes à la zad

 Le bateau barricade

 Ils sont 25OO armés et violents

  L’espace totems au Chêne des Perrières

   Toujours les totems…

 … A l’ouest de la zad

 11.000 grenades et lacrymos…

Des dizaines de blessé.e.s…

Stop aux intimidations et à la répression antisyndicale en Algérie

La Fédération CNT des Travailleurs et Travailleuses de l’Éducation vient d’apprendre que notre camarade Achour Idir, secrétaire du CLA, a été agressé devant son domicile. Nous lui exprimons tout notre soutien et lui souhaitons un prompt rétablissement.

Cette agression nous préoccupe fortement, non seulement parce qu’elle touche l’un de nos camarades, mais aussi parce qu’elle laisse à penser qu’elle est l’œuvre d’un état aux abois prêt à tout pour museler ses opposants, et fait peser sur tous les membres du conseil des lycées d’Algérie (CLA), de nouveaux risques.

Nous saluons le courage de ces camarades qui malgré toutes les difficultés rencontrées font vivre un syndicalisme de lutte de classe dans un pays totalitaire.

CNT-FTE, le 18 mai 2018

 

Exigeons le renouvellement de tous nos contrats

Dans l’Éducation nationale 1 personnel sur 4 est contractuel (soit 300 000 CDD). AED, AVS en CUI CAE, AESH, professeur.e.s contractuel.le.s, nous sommes soumis.e.s à des conditions de travail précaires, à la merci de toutes les pressions hiérarchiques possibles, mal-formé.e.s et sous-payé.e.s. Les logiques budgétaires adoptées par l’Éducation nationale redéfinissent en permanence nos contrats, qu’ils soient de droit privé ou de droit public, CDD renouvelables ou services civiques, sans pour autant remettre en question leur nature précaire. Alors que plus de 20 000 personnes en CUI ont vu leur contrat supprimé l’été dernier par le gouvernement, une nouvelle vague de suppression devrait avoir lieu avec la fin de l’année pour celles et ceux qui avaient pu conserver leur poste.

L’Éducation nationale entretient ce système d’emplois subalternes, proposant des contrats à peine plus élevés que le RSA. Par le recours à des contrats précaires, elle fragilise nos droits. En réduisant les postes, elle nous met en concurrence, nous isole et nous contraint à accepter ses conditions. De plus, elle délègue le renouvellement de nos contrats à d’autres volontés que les nôtres : celles des gestionnaires du budget, notamment ceux de nos établissements. Ainsi, nous sommes soumis.e.s à l’arbitraire et aux représailles de nos chefs d’établissement, jusqu’à être puni.e.s par le licenciement pour avoir exigé de voir nos droits respectés. Nous voulons que notre recrutement puisse relever du Rectorat, non plus des chefs d’établissement, afin que nos contrats soit renouvelés sans arbitraire. À plus long terme, nous voulons la titularisation de tout-es celles et ceux qui le souhaitent, sans conditions de concours, de diplôme, de nationalité, de formation ou de stage.

Les conditions de précarité contre lesquelles nous luttons ne sont pas limitées à l’Éducation nationale. Aux postes précaires du premier et du second degré il faut ajouter les milliers de précaires de l’ESR (Enseignement supérieur et la recherche) : situations de travail gratuit, vacations payées des mois plus tard, dépassement des heures de service sans rémunération complémentaire. Ce recours systématique et massif à des contrats précaires et à des formes d’emploi associatif qui tournent vite à l’exploitation agit partout à l’intérieur de la fonction publique, la pliant à des logiques de plus en plus libérales. C’est pourquoi notre mobilisation ne doit pas restée isolée. Nous sommes solidaires et nous nous joignons au mouvement qui s’oppose à l’adoption du projet de loi Vidal-Blanquer (sélection à l’entrée à l’Université, réforme du bac et du lycée) contre lequel étudiant.e.s et personnels se mobilisent depuis plusieurs mois.

Sans compter l’ensemble des travailleur.euse.s municipaux qui interviennent dans les établissements, qu’ils/elles soient animateur.trice.s, agents d’entretiens, de cantine, etc, et dont un grand nombre se trouve embauché sur des conditions de contrat et de paie similaires aux nôtres, ou pour des vacations encore plus précaires, remises en questions chaque jours, et faisant d’elleux, en pratique, des travailleur.euse.s journalières.

Plus généralement, nous soutenons les divers secteurs actuellement en grève contre la détérioration des conditions de travail (cheminot-e-s, postier-e-s, éboueur-e-s, …) Nous nous inscrivons dans ce même refus d’un État capitaliste qui pilonne les acquis sociaux tous azimut, réformes sur réformes, accroit les inégalités sociales et la précarisation du travail.

Car l’incertitude professionnelle tue, rassemblons-nous pour exiger le renouvellement de nos contrats ! Réclamer nos renouvellements c’est réclamer nos droits !

Ne restons pas isolé.e.s, organisons-nous !
Rassemblement mercredi 30 mai 2018 devant chaque rectorat

Pour exiger :

  • le renouvellement de tous nos contrats ;
  • refuser la politique du non renouvellement sanction ;
  • l’embauche et affectation par le rectorat plutôt que par les chef.fes d’établissement ;
  • le droit à la conversion des tous les CUI CAE en contrat de droit public ;
  • la titularisation de tou.te.s les précaires de l’éducation, sans conditions de diplôme, de concours ou de nationalité.

Mail : precaires.education@riseup.net Facebook : Assemblée des précaires de l’éducation – IDF Twitter : @Precaires_Educ

A Paris : 15h, 12 Boulevard d’Indochine, 75019 Paris