Stop aux intimidations et à la répression antisyndicale en Algérie

La Fédération CNT des Travailleurs et Travailleuses de l’Éducation vient d’apprendre que notre camarade Achour Idir, secrétaire du CLA, a été agressé devant son domicile. Nous lui exprimons tout notre soutien et lui souhaitons un prompt rétablissement.

Cette agression nous préoccupe fortement, non seulement parce qu’elle touche l’un de nos camarades, mais aussi parce qu’elle laisse à penser qu’elle est l’œuvre d’un état aux abois prêt à tout pour museler ses opposants, et fait peser sur tous les membres du conseil des lycées d’Algérie (CLA), de nouveaux risques.

Nous saluons le courage de ces camarades qui malgré toutes les difficultés rencontrées font vivre un syndicalisme de lutte de classe dans un pays totalitaire.

CNT-FTE, le 18 mai 2018

 

Turquie : soutien aux enseignant.e.s en grève de la faim. Rassemblement à Paris, place de la République, samedi 1er juillet à 17h.

Entendez leurs voix, Soutenez leur résistance !
En Turquie, 2 enseignants sont en grève de la faim depuis le 9 mars !

Plus de 100 jours…

Nuriye Gülmen et Semih Özakça sont en grève de la faim depuis plus de 100 jours. Ces deux enseignants avaient été licenciés en octobre 2016 à la suite d’un décret publié sous l’état d’urgence. Ils font partie de ces 130 000 fonctionnaires qui ont été démis de leurs fonctions.

A la suite de l’appel à la résistance de Nuriye Gülmen le 8 novembre 2016, Semih Özakça et d’autres professeurs ont rejoint Nuriye Gülmen devant le monument des droits de l’Homme situé dans la rue de Yüksel à Ankara.

Torturés et placés de nombreuses fois en garde à vue, Nuriye et Semih ont entamé une grève de la faim le 9 mars dernier ; ils demandent :

1- La fin de l’état d’urgence ;

2- Que tous les fonctionnaires révolutionnaires, démocrates puissent retrouver leur travail ;

3- La fin des licenciements arbitraires ;

4-la réintégration des droits sociaux des 13 mille chercheurs et chercheuses d’ÖYP ;

5-La science ne peut être travaillée sans une sécurité d’emploi : le droit d’enseigner librement ;

A la suite d’une perquisition orchestrée par le gouvernement Nuriye Gülmen et Semih Özakça ont été emprisonné. Ils sont aujourd’hui dans une face critique de la grève de la faim, ils risquent de mourir à tout moment. La mère et la femme de Semih Özakça ont entamé une grève de la faim à la suite de l’arrestation de Nuriye Gülmen et Semih Özakça. 


Il est urgent aujourd’hui de les soutenir, c’est pour cette raison que nous appelons toutes les organisations, associations, syndicats à se rassembler ce samedi 1er juillet à 17h00 sur la place de la République.

Comité de soutien de 
Nuriye Gülmen et Semih Özakça


-------------------------

Pour être signataire de l'appel vous pouvez nous contacter par e-mail, ou sur facebook :

https://www.facebook.com/events/315677278883672/?active_tab=about


Pour plus d'information :http://direniyoruz.net/category/internatonal/

———————————————

Bien que le durcissement autoritaire du régime date de plusieurs années maintenant, depuis l'été 2016, Recep Tayyip Erdogan et son gouvernement utilise le prétexte de la tentative de coup d’État menée par une partie de l'armée turque pour justifier d'une politique répressive visant une grande partie de l'opposition.
Parmi les personnes visées, des centaines de milliers d'enseignant.e.s licencié.e.s par décret mais aussi arrêté.e.s et mis.es en garde à vue, frappé.e.s, harcelé.e.s. Bien entendu, ces sanctions ont notamment permis de se débarrasser de syndicalistes, de chercheur.es.s indépendant.e.s, democrates opposé.e.s à la politique réactionnaire d'Erdogan. Parmi elles et eux, Nuriye Gülmen et Semih Özakça sont en grève de la faim depuis le 11 mars 2017 pour contester leur licenciement.
L'utilisation de l'état d'urgence, en Turquie comme en France, pour réduire des libertés déjà bien fragiles, est une des méthodes d'un autoritarisme de plus en plus affirmé visant à faire taire toute opposition aux politiques capitalistes et réactionnaires.

La Fédération des Travailleur.se.s de l’Éducation de la Confédération Nationale du Travail leur apporte tout leur soutien et exige leur réintégration immédiate ainsi que la levée de l'état d'urgence.

Nous apportons également notre soutien à toutes celles et tous ceux qui luttent au quotidien pour l'instauration d'une société démocratique et juste dans cette région.

CNT-FTE, 11 avril 2017