EXIGEONS LE RETRAIT DU PROJET DE RÉFORME DES LP

Les mobilisations des personnels ont obligé Carole Grandjean à un premier recul : la réforme ne s’appliquera
pas à l’ensemble des établissements à la rentrée 2023. Cependant, elle ne renonce pas et tente dorénavant
de l’imposer plus insidieusement par des expérimentations qu’elle généralisera, à coup sûr, sans bilan et
rapidement malgré une contestation toujours vive des personnels. Olivier Véran, porte-parole du
gouvernement, a d’ailleurs réaffirmé le 21 décembre dernier que le gouvernement avait engagé une réforme
du lycée professionnel. Carole Grandjean est donc toujours déterminée à sacrifier l’avenir des jeunes, de nos
métiers et de nos lycées professionnels – quitte à contourner le dialogue social en ayant recours à des cabinets
de conseil malgré les scandales.
Les préconisations qu’elle doit émettre en février seront basées sur un bilan complètement tronqué de la
réforme Blanquer qui affirme, en particulier, que le chef-d’œuvre est un dispositif « structurant au résultat
encourageant » et sur des postures extrêmement réactionnaires de la formation professionnelle des jeunes.
Augmenter les périodes de stages, même progressivement, comme développer à tout crin l’apprentissage,
c’est tout simplement priver les élèves, mineurs et les plus fragiles scolairement, d’un enseignement global
et ambitieux. C’est mettre en péril leur avenir scolaire comme professionnel. C’est aussi les exposer aux
dangers multiples, en particulier de sécurité, inhérents au monde du travail. Exiger des établissements qu’ils
décident localement des horaires disciplinaires c’est aussi mettre à mal l’égalité entre les jeunes. Enfin,
réviser la carte des formations au prisme des besoins économiques locaux et immédiats des entreprises, c’est
entraver leur possibilité de choisir la formation à un métier de leur choix. Il s’agit d’une volonté réactionnaire
qui projette de renvoyer la formation professionnelle des décennies en arrière.
Carole Grandjean décide donc bien de mépriser la colère des personnels et de passer outre leur expertise.
Pour mener à bien ce projet dévastateur, elle envisage aussi de détruire nos métiers prônant notamment un
vaste plan de reconversion des enseignantes et enseignants et le recrutement massif de professeur·es
associé·es. En parallèle, le ministère s’obstine à vouloir imposer son « pacte » – dispositif qui revient à
conditionner une valorisation du pouvoir d’achat à des missions supplémentaires révélant ainsi son mépris
pour nos conditions de travail déjà dégradées. Quant à la réforme des retraites menée à marche forcée par
le gouvernement contre l’avis des salarié.es, elle participe de cette même logique du travailler plus !
Face à l’ensemble de ces attaques, l’intersyndicale est déterminée à ne rien laisser passer. Elle combattra la
réforme des retraites et s’engagera dans les luttes pour de véritables revalorisations salariales.
L’intersyndicale soutient les personnels en lutte pour sauver les lycées menacés de fermetures et ne lâchera
rien non plus sur la réforme Grandjean des lycées professionnels. Elle s’engage à construire, ici aussi, les
mobilisations indispensables pour empêcher la mise en place des expérimentations Grandjean et obtenir le
retrait de ce projet dévastateur pour l’avenir des jeunes, de nos métiers et de nos lycées professionnels.
Pairs, le 6 janvier 2023