Soirée 20 ans du soulèvement au Chiapas - 17 janvier 2014

Vendredi 17 janvier - 19h30

Dans le cadre du 20e anniversaire du soulèvement au Chiapas, une pose d’une plaque commémorative aura lieu à l’entrée du 33 rue des Vignoles rappelant que le lieu fût déclaré « Aguascalientes » (territoire zapatiste) en 1996 et que depuis 1995 s’y développe la solidarité avec la lutte des communautés zapatistes.

Cette pose sera suivie de la projection du film La terre est à ceux qui la travaillent et d’un débat sur la gentrification et la lutte pour garder nos espaces de vie. La soirée se terminera par un concert de cumbia avec le groupe Cumbia bamba.

Confédération nationale du travail
33 rue des Vignoles
Paris XXe
M° Avron ou Buzenval

Vingt ans de révolte et de résistance contre le néolibéralisme
Vingt ans d’autogestion et de construction de l’autonomie

Samedi 18 janvier - 14 heures

Affiche pour les 20 ans du soulevement au Chiapas

Le 1er janvier 1994, date d’entrée en vigueur de l’Alena (Accord de libre-échange nord-américain), les sans-terre, les sans-voix, les « oublié-es de toujours » que sont les Indien-nes, descendent des montagnes et, au cri de « ¡ ya basta ! » (ça suffit !), occupent plusieurs villes du Chiapas, État riche en ressources, où la population est la plus pauvre du Mexique. L’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) apparaît publiquement pour la première fois et, avec elle, tous les Indien-es en lutte réclament la dignité, la justice et la démocratie pour tou-tes, la reconnaissance de leurs droits et de leur culture.

Face à eux-elles, le « pouvoir », à tous les niveaux, a toujours répondu par le mépris et par les armes des militaires et des groupes paramilitaires, pour menacer, expulser, harceler, assassiner.

Mais les zapatistes restent fermes et continuent à construire leur autonomie pacifiquement, sans chercher à prendre le pouvoir, sur la base d’assemblées communautaires, s’organisant en communes autonomes. De nombreuses réalisations pour la mise en place d’une autonomie solide voient le jour – écoles, cliniques, coopératives, transports, agriculture, artisanat – dans une région où la plupart des paysan-nes sont privé-es des services de base comme l’eau, l’électricité, l’éducation, la santé.

Leur exemple et leur expérience peuvent nous inspirer aussi ici, car c’est la même logique de domination et d’exploitation qui nous opprime et nous réprime. Au Chiapas comme ailleurs, la résistance continue !

20 ans après, les zapatistes sont toujours là, et nous sommes là pour manifester notre solidarité avec eux

Manifestation le 18 janvier 2014
14 heures au Trocadéro


Télécharger le programme complet

Voir le programme complet