» Accueil » Tracts de la fédération
 
Affaire Reynaud : La Poste demande la révocation d’un gréviste de Marseille...

L’AFFAIRE REYNAUD

Dans quelques heures, notre collègue Serge Reynaud, militant CNT/PTT et facteur à Marseille Colbert, passe en Conseil de Discipline. La Poste demande sa REVOCATION.

Lors d’un tract précédent, nous évoquions le cas de notre camarade accusé dans un premier temps d’avoir effectué une prise de parole non autorisée pendant une grève, d’avoir incité ses collègues à envahir la Direction de La Poste des Bouches du Rhône, ainsi que d’avoir sorti la porte d’un SAS de sécurité de son rail.


Comme cela faisait un peu léger pour une révocation, nos chers dirigeants marseillais sont allés chercher dans les archives une altercation datant de plusieurs mois, avec un encadrant pour alourdir le dossier et le rendre ainsi plus « consistant ». En transformant au passage la dite altercation verbale en : Agression Physique ! Ni plus ni moins... Alors, que l’on sait très bien que si cela s’était produit l’agent aurait été suspendu sur le champ. Mais pour La Poste, il s’agit avant tout de se débarrasser d’un militant gênant et si possible avant un éventuel mouvement du personnel contre le projet de privatisation de La Poste.

Et qu’importe la manière... Quitte à faire témoigner des cadres, pas vraiment présents sur les lieux, au moment des faits. D’ailleurs, dans le lot, se trouvait ni plus ni moins la tête de liste du MNR (scission du FN).

No Comment. Les seuls « vrais » témoins directs n’étant que de simples agents n’ayant rien vu de ce qui est reproché à Serge. La parole d’un cadre absent compte plus que celle d’un agent présent...

Une plainte a néanmoins été déposé pour faux témoignages. Ils ne nous font pas de cadeau, on ne va pas leur en faire. Derrière l’attaque portée contre Serge, c’est tout le personnel que La Poste veut intimider. Elle rêve de le voir soumis, corvéable à merci et représenté par des syndicats à genoux. Elle veut nous dicter sa manière de concevoir le syndicalisme, qui bien sûr n’est pas la nôtre.

Ceci est un avant goût de ce que peut être La poste privatisée et de ce qui en découle.
Aujourd’hui Serge est inquiété pour ses activités syndicales,
mais demain cela peut être n’importe lequel d’entre nous et pour d’autres raisons.

Postiers, syndiqués ou non syndiqués, nous somme tous concernés,

Car un coup porté contre l’un d’entre nous est un coup contre tous !

On ne peut pas continuer à laisser agir ainsi nos dirigeants. Il est temps de relever la tête.


Serge ne doit pas être révoqué !
L’Arbitraire ne doit pas triomphé !
Face à l’infamie, soyons Tous Présents pendant le Conseil de Discipline :
Le vendredi 26 septembre de 13h30 à 19h30
devant leur sinistre « Tribunal Postal »
41 rue Romain Rolland
75014 PARIS
Métro : Porte d’Orléans (L4)

LA SOLIDARITE EST UNE ARME.

Document au format .pdfAffaire Reynaud : La Poste demande la révocation d’un gréviste de Marseille...