» Accueil » Luttes en cours !
 
Point sur les luttes en cours au 13 juillet 2014.

91 - EPINAY - 54 ème jour de grève...

Il ne manque pas grand chose pour le relevé de décision, mais la direction continue à s’entêter sur les détails définitifs... l’AG de 18h30 des grévistes d’Epinay a décidé la reconduction de la grève pour le 15 juillet....

Decazeville après 26 jours de grève

Les postiers grévistes et la direction de la Poste sont parvenus ce vendredi soir à signer un protocole d’accord de sortie de crise mettant ainsi fin à 26 jours de conflit. C’est après trois jours de médiation avec la préfecture de l’Aveyron que le mouvement des postiers du Bassin s’est achevé.

Plusieurs points ont donc fait l’objet d’âpres négociations. Ainsi, concernant les 54 minutes d’heures supplémentaires jusqu’à présent payées et dont le paiement était remis en cause par la direction, les deux parties ont convenu de s’en référer à la stricte application du Code du travail.

Par conséquent, à compter du mois de septembre, on en reviendra à l’application des horaires collectifs du travail. Les 35heures seront appliquées. Un autre point de désaccord portait sur l’intégration en CDI dans l’entreprise d’un contractuel. La direction a décidé de régulariser la situation de ce salarié contractuel. Enfin, depuis plusieurs mois, quatre postes étaient vacants sur la plateforme de distribution du Bassin avec tout un surcroît de travail pour les autres postiers, des tournées modifiées ou plus longues. Pour Laurence Cahors, déléguée CGT-FAPT, on a gagné sur ce point-là aussi. L’un de ces quatre postes vacants a été attribué durant les négociations. La direction nous a garanti qu’une seconde embauche interviendrait au mois d’août suivie d’une troisième en septembre et d’une quatrième en octobre. »

Ultime point important après un conflit social aussi long, la question des pertes financières pour les grévistes a évidemment fait l’objet de négociations. La direction a fait un geste en décidant de ne pas compter les neuf jours de négociations et d’y ajouter une dixième journée correspondant à un jour où l’ensemble du personnel avait été invité à demeurer chez lui.

Les postiers grévistes se verront donc amputer de seize jours de salaire suite à leur mouvemen long de 26 jours.

http://www.ladepeche.fr/article/2014/07/13/1917919-fin-conflit-plate-forme-courrier-aubin-decazeville.html

Aubigny sur Nere (18) 27 eme jour de grève le 12 juillet

Les postiers d’Aubigny-sur-Nère, d’Argent-sur-Sauldre et de la Chapelle-d’Angillon ont entamé le 12 juillet leur vingt-septième jour de grève. Malgré les nombreuses rencontres entre les syndicats et la direction, aucun terrain d’entente...
Le conflit porte principalement sur le refus de la pause méridienne.

Conflit à la Poste en Corse : les forces de l’ordre échouent à débloquer le centre de tri de Campo Dell’Oro

Les gardiens de la paix, arrivés cette nuit au centre de tri, ont tenté de faire passer les camionnettes de distribution du courrier par les pistes de l’aéroport. Mais cela n’a pas fonctionné. Les grévistes s’en sont vite rendus compte et les véhicules n’avaient pas les autorisations nécessaires.
La tentative s’est rapidement soldée par un échec. Une quinzaine de gardiens de la paix a essayé de débloquer, ce matin, le centre de distribution postal de Campo Dell’Oro, près de l’aéroport d’Ajaccio, occupé depuis hier par les postiers en grève du Vitullo (Ajaccio).

Arrivés dans la nuit, entre 2h30 et 3h00 du matin, les forces de l’ordre ont tenté, constatant le blocage de l’entrée principale par les grévistes, de faire passer les camionnettes en charge de la distribution du courrier par une voie détournée, sur les pistes de l’aéroport.

Seuls deux véhicules ont réussi à partir vers le sud de la Corse

Mais l’absence d’autorisation adéquate ainsi que la réaction rapide des grévistes, qui se sont positionnés devant la sortie, ont rapidement mis fin à la tentative des policiers. Au final, seuls deux véhicules ont réussi à partir vers le Sud de la Corse.

Le reste des véhicules a du être déchargé, peu après le départ des forces de l’ordre, un peu avant 10h.

Après huit semaines de conflit entre les postiers ajacciens et leur direction, toujours aucune solution ne semble émerger. La réunion entre les différents acteurs du dossier, qui devait se tenir hier à la préfecture, a été annulée.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/2014/07/11/conflit-la-poste-les-forces-de-l-ordre-echouent-debloquer-le-centre-de-tri-de-campo-dell-oro-515645.html

Ajaccio : la poste attaque les grévistes en justice

http://www.corsenetinfos.fr/Greve-a-la-Poste-d-Ajaccio-Sept-employes-grevistes-au-Tribunal-delibere-le-17-juillet_a10316.html

http://www.alta-frequenza.com/l_info/l_actu/le_conflit_de_la_poste_a_ajaccio_devant_la_justice_69272

La distribution va reprendre à Questembert (56)

La direction de la plateforme de distribution du courrier de Questembert a signé, ce matin, un protocole de reprise du travail avec la CGT et FO.
La direction de la plateforme de distribution du courrier de Questembert a signé, ce matin, un protocole de reprise du travail avec la CGT et FO.
La direction de la plateforme de distribution du courrier de Questembert a signé, ce matin, un protocole de reprise du travail avec la CGT et FO. La distribution du courrier se fera donc normalement dès demain matin. La nouvelle organisation sera mise en place à compter du mois de septembre en incluant une pause méridienne de 45 minutes.

Résumé du 163ème jour de grève des postiers du 92 (jeudi 10 juillet 2014)

Une nouvelle intervention a eu lieu ce matin à Nanterre. Les grévistes ont interpellé le numéro 2 de la plaque : que va donc faire la direction suite à la décision du TGI mercredi dernier ? Va-t-elle la respecter (et par la même occasion respecter le protocole de 2012) ? Ou va-t-elle une nouvelle fois faire fi de ses engagements ? Le cadre a piteusement admis que lui et le directeur de plaque ne décidaient en rien en la matière, que c’était la direction départementale qui avait le pouvoir de décision. Et il a refusé d’indiquer quand la direction informerait les agents du centre de leur décision concernant le jugement ou non. En réponse, les grévistes ont mis en débat l’idée de se mettre en grève dans les prochains jours si la direction persistait dans son attitude de refus de toute communication.
Déjà vu ?
Par ailleurs, les grévistes ont également prévenu la direction locale qu’elle ferait mieux de ne pas refaire la même erreur qu’en janvier à Rueil : le directeur n’a pas voulu confirmer la titularisation d’une collègue en Contrat d’Insertion qui de l’avis général travaille de manière exemplaire, et qui a son permis… elle aurait pour seul tort « de rentrer trop tard de tournée ». Le prétexte le plus ridicule qu’on puisse imaginer pour refuser de titulariser quelqu’un ! La direction est prévenue : mieux vaut décider dès maintenant de l’embaucher plutôt que la question se règle dans la douleur.
Petits pas en avant dans la négociation
Les grévistes sont passés de nouveau à l’Inspection du Travail, o ils ont été collectivement reçus par 2 directeurs adjoints du Travail qui les ont écouté, et qui ont même laissé entendre qu’ils pouvaient partager certains des points de vue des grévistes… mais qu’ils n’étaient pas en mesure de faire quoi que ce soit pour faire avancer les négociations.
La séance de négociation aujourd’hui a enfin débouché sur un écrit garantissant l’absence de nouvelles procédures disciplinaires non seulement contre les grévistes mais également à l’encontre de leurs représentants (les délégués départementaux ne sont pas officiellement comptés par la direction comme grévistes mais reversent l’équivalent des retenues sur salaires dans la caisse de grève). La direction coince toujours sur les dossiers disciplinaires de Yann et Diego et n’accepte pas mieux pour l’instant mieux que 18% de paiement des jours de grève. Mais elle a accepté une nouvelle audience de négociations pour le lendemain 10h.
Blocage de la PFC et du Port de Gennevilliers par les intermittents-précaires-chômeurs
Les intermittents-précaires-chômeurs ont de nouveau organisé une action de soutien aux grévistes du 92. Ils ont bloqué l’entrée de la Plate Forme Colis aux camions chargés de colis (tout en laissant passer les camions vides qui sortaient de la PFC ainsi que les salariés qui finissaient le travail ou prenaient leur service), sous les yeux d’un groupe de grévistes qui étaient venus pour distribuer un tract à l’entrée de la PFC. Les camions coincés se sont alignés sur un kilomètre, et la circulation a été perturbée dans une bonne partie du Port de Gennevilliers ! Les policiers n’ont pas osé intervenir pendant les deux heures de l’action mais ont tenu à faire une démonstration de force (une bonne quinzaine de camions de CRS…) manque de bol, c’est juste au moment où les intermittents/précaires/chômeurs avaient décidé de repartir jusqu’au métro.

Et toujours depuis le 21 mai, les agents de Paris 15 PDC sont en grève contre la casse de leur régime de travail prévue pour la prochaine réorg.