» Accueil » La Poste » Tracts du syndicat CNT Poste 95. » Le Postier Affranchi (publication du syndicat CNT Poste 95).
 
LE POSTIER AFFRANCHI 18 - octobre 2013.
Bilan de la grève illimitée sur la plaque d’Ermont.

UNIS, SOLIDAIRES, DETERMINES, EN LUTTE : CE SONT LES CONDITIONS POUR SE FAIRE ENTENDRE !!

Notre préavis de grève illimitée, soutenue par les syndicats CNT, CGT, SUD, lancée à compter du 17 septembre, a cessé lors de l’Assemblée générale des grévistes du 19 septembre au matin. Une grève très forte sur le bureau d’Eaubonne ( 19 grévistes sur 20 agents), avec une petite participation sur Ermont. Et il était logique de trouver les facteurs

Tract a télécharger ici

d’Eaubonne à la pointe du combat : cette grève était l’aboutissement de plusieurs mois d’actions contre la délocalisation. Comme pour toute action il est nécessaire de faire un BILAN de ce conflit, à son stade actuel. Faire un bilan c’est voir nos résultats, nos points forts, nos points faibles, pour faire mieux la prochaine fois.

DES ACQUIS REELS ET NON NEGLIGEABLES :

Alors que depuis des mois les luttes globales de 24 heures ne donnent aucun résultat concret le protocole de fin de grève enregistre les points suivants :
1 Embauche d’un CDI sur Eaubonne.
1 Embauche d’un CDD pour un remplacement maternité.
400 € pour la délocalisation au lieu des 150 € prévus au départ. (sous réserve qu’un accord département ne soit pas plus élevé).
3 heures sup. pour l’apprentissage du nouveau TG.
6 heures supp. pour chaque agent afin de s’approprier les nouveaux MOLOC, les nouveaux matériels, les nouveaux parcours HLP et le nouvel environnement
1 journée de grève n’est pas retirée pour tous les agents d’Eaubonne grévistes.
Commande de matériel si besoin.

Ceci ce sont des ACQUIS, modestes certes, mais que nous avons arrachés. Nous sommes conscients que des points sont insuffisants, en particulier le temps compensé pour l’apprentissage du nouveau TG, mais nous restons mobilisés. Nous avons obtenu des résultats en économisant nos forces.

D’AUTRES ACQUIS ENCORE PLUS PRECIEUX :

Nous sommes partis en grève UNIS comme les doigts d’une même main, 19 sur 20 en grève, et nous avons choisi de rentrer ensemble, nous ne voulions pas d’un grève qui s’effiloche. Nous avons donc gardé des forces, Cela n’a pas de prix : l’unité entre nous dans la lutte. Nous sommes délocalisés certes et, sur ce point, ils peuvent dire « nous avons gagné » mais nous avons montré entre nous une solidarité, un véritable esprit d’équipe, celui de facteurs et de factrices qui restent DEBOUT, ayant LA TETE HAUTE. Nous ne sommes pas soumis à toute la communication bidon, au pseudo dialogue social dans lequel des gens qui ne travaillent pas sur le terrain décident de ce qui est bon ou mauvais pour nous, sans même connaître la réalité d’une tournée.
Et la meilleure reconnaissance de notre action ce sont aussi les applaudissements de nos nouveaux collègues de Sannois-Saint-Gratien-Enghien lors de la reprise, eux qui ont mené il y a plusieurs mois des luttes sur les mêmes questions. Cette estime entre nous est un bon départ pour apprendre à se connaître, car maintenant que nous sommes dans la même galère nous allons ramer ensemble et dans l’avenir nous lutterons au coude à coude selon le principe « Un pour tous et tous pour un ». Ces applaudissements ce sont nos palmes d’argent à nous, les seules qui comptent.

RESTER VIGILANTS ET MOBILISES

Sur le terrain la situation est catastrophique, nous y reviendrons dans un prochain tract. C’est pourquoi nous devons rester mobilisés et vigilants. On n’a pas mené une grève où nous demandons des emplois pour pallier au manque d’effectifs par des HS.
La compensation pour l’apprentissage : 3heures cela fait 15 minutes sur 12 jours de travail.
Nous appelons également chacun à rester souder, à ne pas répondre individuellement aux provocations d’encadrant qui utilise des formules comme « ici on n’est pas à Eaubonne » (comme si Eaubonne ne relevait pas de l’autorité de la PDC d’Ermont avant le 17 septembre), et qui semble animer par une volonté de représailles. D’une part le droit de grève est encore un droit constitutionnel qui a été conquis par les luttes , parfois dures, de nos parents, grands-parents, d’autre part nous n’accepterons pas les intimidations, remarques déplacées, pressions. Nous serons vigilants sur les manifestations de discriminations antisyndicales comme de toute tentative de pression ou harcèlement moral sur le lieu de travail. En ce sens une audience unitaire SUD-CNT a eu lieu le 24 septembre auprès du D-E.
Un suivi de l’application du protocole de fin de grève est à réaliser, nous y veillerons.

AUJOURD’HUI COMME HIER : TOUS ENSEMBLE.

DEMAIN COMME HIER : RESPECT DE L’ACCORD, RESPECT DES AGENTS.