» Accueil » La Poste » Tracts du syndicat CNT Poste 95. » Le Postier Affranchi (publication du syndicat CNT Poste 95).
 
HERBLAY PDC : EXPERTISE INDEPENDANTE D’UNE REORGANISATION OU QUAND TOMBENT LES MASQUES !!
LE POSTIER AFFRANCHI 16 - Special section Ermont Franconville

HERBLAY PDC : EXPERTISE INDEPENDANTE D’UNE REORGANISATION OU QUAND TOMBENT LES MASQUES !!

Les expertises indépendantes menées à la suite d’une saisine des CHSCT et traitant des conditions de mise en place de réorganisations, des méthodes utilisées, sont riches d’enseignements. C’est en effet un regard extérieur qui formule un avis, une analyse fondée sur la prise en

Télécharger le tract ici

considération de tous les éléments : charge de travail, conditions réelles de distribution, communication interne, modalités de calcul, ressenti des agents. Il ne s’agit plus du langage formaté de la DOTC dont le discours est partiel, partial et au service d’un seul objectif : réaliser des gains de productivité. De ce point de vue les conclusions de l’expertise traitant de la délocalisation de la distribution de Franconville à Ermont, et qui ont été communiquées lors d’un CHSCT extraordinaire le 27 Août 2013, sont révélatrices et discréditent la Direction. On ne peut une nouvelle fois que condamner les élus CFDT du CHSCT d’Eaubonne qui se sont opposés à cette expertise indépendante pour le cas du regroupement à Sannois-Saint-Gratien.

L’image du facteur proche des usagers n’est pas intégrée en interne lors des réorganisations.

La Poste aime souligner l’image du préposé proche de la population et, à ce titre, apprécié par le public, même si dans la réalité cette proximité est de plus en plus aléatoire du fait de la dégradation des conditions de travail et relève souvent du passé. Là l’expert constate que le temps significatif passé avec les clients pour établir un lien de proximité n’est pas pris en compte dans le cadre de l’organisation. En clair cela signifie que la Poste devrait chiffrer un temps forfaitaire par exemple, intégré à la charge de travail, correspondant à cette fonction de proximité auprès des usagers.

Sur le plan humain et en matière de communication : de graves manquements.

Les experts constatent qu’il y a une contradiction entre le souhait affiché de se préoccuper de la santé au travail (Ah les ateliers, réunions, palmes de bronze et médailles en chocolat consacrés à ce thème) et le refus d’évoquer en CHSCT les changements des conditions de travail. Ainsi le refus de présenter un projet de découpage des tournées, qui a nécessairement des conséquences sur la santé au travail, prouve que la DOTC et ses relais sur le terrain ignorent le risque humain d’une réorganisation.

Il est également mis en évidence que la succession de réorganisations permanentes fait que les agents n’ont plus de repère, point que notre Fédération a dénoncé depuis longtemps. NotammeAnt pour la raison qu’ils ignorent les modalités de calcul de leur tournée. Il est donc préconisé la mise à disposition sur chaque tournée d’un carnet de bord qui comprendrait l’histoire de la tournée , avec toutes les évolutions, avec textes et photos à l’appui.

La Poste coupable de rétention d’informations : Ainsi il est reproché aux dirigeants , lors des communications des nouveaux découpages de ne pas donner toutes les informations chiffrées au personnel. Mieux des questions que nous posons souvent et qui ne rencontrent habituellement que mépris, haussements d’épaules ou ricanements sont ici pointées du doigt comme le fait de ne pas tenir compte des particularités de chaque tournée comme des obstacles éventuelles comme les poubelles, le stationnement le long des trottoirs, les immeubles sans ascenseur et autres points concrets. De même quand nous disons que si le nombre de lettres baisse il est nécessaire d’intégrer d’autres éléments qui sont mis en avant par l’expert : accroissement de la publicité et de l’apparition de petits colis avec la lettre Max. L’accent est mis sur la charge que peuvent supporter les V.A.E. car ce type de véhicules, en cas de surcharge, peut générer des accidents car devenant moins maniables. La question de dépôts relais en nombre suffisant est posée. Le calcul de la charge se base sur des données non fiables. Un réquisitoire contre les tableaux indigestes projetés ici et là.
Le flou entretenu sur l’organisation dans le futur bureau d’Ermont ne permet pas de savoir si la gestion des objectifs annuels sera identique pour tous les agents, si le rôle des facteurs qualités, des facteurs d’équipe ou des rouleurs va être modifié.

Le rapport réfute le discours formaté du DOTC et de son staff qui depuis des années nous répètent jusqu’au radotage « Oui mais quand vous rentrez avant l’heure... ». Il est ainsi noté que ceux qui rentrent parfois plus tôt sont les plus expérimentés et surtout que le fait de déclarer qu’un agent rentre avant la fin théorique du service ne s’appuie sur aucune donnée statistique. Cela est donc considéré comme un jugement, un point de vue subjectif qui n’a rien à faire dans une réorganisation qui se veut objective voire scientifique. Ainsi un expert indépendant déclare que le fait de rentrer, pour certains, tôt de tournée n’est pas un indicateur fiable de la charge de travail assurée par un facteur.

Le cabinet d’experts enregistre une démarche de communication approximative, parfois orale alors qu’il faudrait des écrits. Il met en évidence les délais trop courts donnés aux agents pour se prononcer sur leur nouveau bulletin d’itinéraire sans accorder d’heures supplémentaires pour cette étude faite après la tournée. En fait c’est une opacité qui est mise en évidence.

L’absence de suivi quotidien du ratio trafic/effectif présent est une carence des Ressources Humaines. Et le volant de remplacement serait de 10% environ, inférieur au 25% exigés, mais cela permet de faire des économies, d’atteindre les objectifs annuels. La sécabilité à tout bout de champ est mise en avant à cause du manque de moyens de remplacements.

Comme nous le dénonçons depuis des mois le responsable de cette méthodologie est le DOTC qui impose une démarche à ses subalternes qui n’ont d’autres choix que d’obéir ou être éjectés. C’est lui qui dicte un timing serré générant des pressions pour aller vite, communiquer au rabais, en clair, passer en force. Analyse qui démontre le caractère bidon du pseudo dialogue social. C’est lui qui produit ces tensions, cette pression, ce mépris des règles de communication qui devraient être fondées sur le respect. Au terme de cette expertise c’est donc lui qui est sur le banc des accusés. L’arrêt immédiat de cette réorganisation devrait s’imposer, nous savons que le dirigeant suprême du 95 poursuivra sa course en avant, comme il le fait pour la PIC de St-Ouen-l’Aumône au mépris des décisions de justice.

Aussi nous exigeons la mise en place immédiates des revendications suivantes :

Arrêt de la réorganisation en cours.

Recrutement immédiat pour combler le volant de remplacement.

Prise en compte de la charge maximale d’un V.A.E. pour prévenir tout
accident.

Révision du nombre de dépôts relais.

Formation des nouveaux agents.

Création d’un carnet de bord de tournée avec historique de l’évolution.

Paiement d’heures supplémentaires pour le temps passé à étudier les nouvelles tournées, 8 heures pour chaque agent.