mardi, 10 mai 2011|

6 visiteurs en ce moment

 

Octobre 1917 : le Thermidor de la révolution russe, la revue de presse

- Le Monde libertaire, n°1345 (5-11 févr. 2004)

Octobre 1917

Celles et ceux de l’après-68 peuvent se réjouir : plus besoin de compulser les vieux numéros de Solidarité ouvrière [2] pour connaître les méandres et les avatars du bolchevisme selon René Berthier. Octobre 1917 : le Thermidor de la révolution russe, paru aux Éditions CNT-Région parisienne en novembre de l’année dernière, s’ajoute aux ouvrages de Voline, Rocker, Archinov, Lehning et Skirda, etc.

Comme il est nécessaire de comprendre le passé pour envisager l’avenir, le livre de Berthier n’est pas un énième livre sur Octobre et ses suites. Car, bien sûr, on peut légitimement se demander ce qu’il y a à ajouter à La Révolution inconnue de Voline ou aux autres témoignages de première main. Dans la première partie de son livre (l’Histoire) Berthier replace les événements principaux en parallèle avec les positions des anarchistes (entre autres sur le traité de Brest-Litovsk). Et citons pour la bonne bouche Léon Troski : « C’est une obligation élémentaire de dénoncer les éléments hostiles au parti. » Dans la deuxième partie (les questions), Berthier décortique le bolchevisme et ses conflits internes (Lénine, Troski, Zinoviev, Boukharine, Staline, etc) sans oublier la question paysanne et l’« implantation profonde » de l’anarchisme.

C’est donc l’histoire d’Octobre 1917 avec les personnages manquant sur la photo « officielle » qu’on nous présente ici. à la fin de son ouvrage, René Berthier traite des « Leçons d’Octobre » (ce qui aurait pu faire l’objet d’un seul livre) rappelant comment les événements russes étaient perçus en France et dans le reste de l’Europe. Il rappelle aussi la plate-forme d’Archinov (opposée à la synthèse), la rapprochant de la charte de Lyon de la CGT-SR, plus complète, « formulant un véritable programme politique ». Que faut-il en penser quatre-vingts ans après ? Le débat reste ouvert !

Bakounine disait que le socialisme « ne trouve une réelle existence que dans l’instinct révolutionnaire éclairé, dans la volonté collective et dans l’organisation propre des masses ouvrières elles-mêmes, et quand cet instinct, cette volonté, cette organisation font défaut, les meilleurs livres du monde ne sont que des théories dans le vide, de rêves impuissants ». C’est ce que rappelle Berthier à la fin de son livre.

Thierry Porré

* **

- Sur le site Anarlivres

Il n’est pas inutile de revenir sur les événements d’octobre 1917 qui ont en partie façonné le monde pendant plus de soixante-dix ans. C’est ce que fait, à sa façon, René Berthier en relatant les principaux événements de la révolution et en y intégrant l’activité des libertaires russes, généralement gommée par l’historiographie officielle. S’il laisse de côté l’insurrection de Krondstadt et le mouvement makhnoviste, c’est pour mieux traiter le reste, trop souvent ignoré… même par les libertaires. Pourquoi revenir sur cette révolution qui a échoué dans la dictature bolchevique ? Parce que les problèmes rencontrés hier se poseront de nouveau demain, certainement sous d’autres formes. Et des leçons d’Octobre, il faut tirer les graines pour le futur. C’est valable pour tous les révolutionnaires et sans conteste pour les anarchistes, afin de comprendre leur échec malgré une forte audience et une réelle sensibilité aux idées libertaires de certaines franges de la population. Pas d’organisation structurée au niveau du pays, pas de programme établi, trop peu de cadres formés, insuffisance de la formation, trop de divisions, des intellectuels coupés des réalités… tous ces maux restent malgré tout terriblement actuels !

 
A propos de éditions CNT-RP
Michel Bakounine, présentation de Frank Mintz, 2006, 72 pages. Ce court livre, le second de la collection « Classiques » des Éditions CNT, rassemble deux textes essentiels de Bakounine, « La politique de l’Internationale » (paru en 1868 dans L’Égalité) et « Organisation de l’Internationale » (publié (...)
En savoir plus »