Cette protection :

  • couvre les frais non pris en charge par le régime de base sous certaines conditions et limites,
  •  permet d’être dispensé de l’avance de l’ensemble des frais.

La CMU complémentaire permet la gratuité :

  •  des soins, consultations médicales et soins de ville,
  •  des médicaments remboursés par la sécurité sociale,
  •  des examens de laboratoire,
  •  des frais d’hospitalisation.

Les prothèses dentaires, lunettes et appareils médicaux sont pris en charge selon un barème fixé par arrêté ministériel.

Conditions d’attribution :
Les ressources prises en compte pour l’attribution de la Complémentaire santé solidaire sont celles des 12 mois précédant la demande. On est concerné par la Complémentaire santé solidaires si nos ressources annuelles ne dépassaient pas 8 951 € pour une personne seule au 1er avril 2019.  [1]

Pour bénéficier de cette protection complémentaire, s’adresser à la caisse d’assurance maladie.

Les professionnels de santé n’ont pas le droit de refuser de nous soigner au prétexte qu’on est bénéficiaire de la Complémentaire santé solidaire.