Suite à la grève "sauvage" de novembre 2006 dans plusieurs centres de tris (Gdansk, Varsovie, Poznan ...), l’Administration de la Poste polonaise (Poczta Polska) entend réprimer les militant-es syndicalistes les plus actifs lors du mouvement.

C’est le cas, entres autres, de notre camarade, Bartosz KANTORCZYK, militant d’Initiative des Travailleurs (anarcho-syndicaliste), "coupable" d’avoir été à la pointe de la lutte dans sa ville Gdansk.

Ce militant, connu pour sa combattivité, a été, du jour au lendemain, sommé de quitter son Centre de tri pour être transféré dans un bureau de poste d’un petit village. Cette technique qui consiste à se débarasser des syndicalistes en les "délocalisant" est une tradition à la Poste. En France aussi, nombres de militant-es de la CNT-PTT ont été victimes , dans le passé, du même procèdé patronal.

D’autres militant-es polonais sont, aussi, menacés de représailles pour leur participation active à la grève de novembre.

Pour rappel, cette grève, longue d’un mois, avait été déclarée illégale par la Poste, du fait qu’elle était partie de la base. Les syndiqué-es des syndicats institutionnels (Solidarnosc, Aout 80) avaient répondu à l’appel de mobilisation d’Initiative des Travailleurs et ce contre l’avis de leurs bureaucraties syndicales.

C’est donc, à travers le cas de Bartosz KANTORCZYK, un mouvement radical et basiste qui est visé.

Le Secrétariat International de la CNT se solidarise des militant-es victimes de l’arbitraire patronal.

A Paris, comme à Gdansk,

Un coup contre l’un-e d’entres nous est un coup contre nous toutes et tous !!!

Solidarité internationale !

Envoyez vos messages de soutien (en anglais ou en polonais) à Jarek (coordinateur d’Initiative des Travailleurs) : urbanski post.pl