Le mouvement étudiant continue en Grèce contre la privatisation des Universités.

Il doit faire face à une féroce répression, comme ce fut le cas encore vendredi lors d’une manifestation à Athènes avec des centaines de blessé-e-s, des dizaines de personnes envoyé-es en urgence vers les hôpitaux,des dizaines de manifestant-es arrêté-e-s, 62 inculpé-e-s).

La manif a rassemblé plus de 35.000 personnes (étudiant-es surtout, mais des élèves de lycées, des enseignant-es et quelques travailleurs-euses).Il s’agissait là, peut-être, de la plus grande manif étudiante jamais organisée depuis le début du mouvement au printemps 2006.

En même temps, dans les autres villes (Thessaloniki, Patra, Karditsa, Giannena etc.)des manifs de solidarité avaient également lieu avec, là bas aussi, des violents affrontements avec la police qui n’a pas hésité à utiliser des balles en plastique....

Le mouvement continue avec toujours et plus que jamais les mêmes revendications :

- La libération immédiate de toutes et tous les étudiant-es emprisonné-es, et l’abandon de toute poursuite judiciaire

- La libération immédiate de l’étudiant Allemand Timo Behrendt arrêté le 20 février 2007 à Thesallonique et inculpé à la Prison de Komotini

- Le retrait immédiat de la loi de privatisation des Universités

- L’Appel Grève Générale interprofessionelle