CNT 66
Comité de Vigilance Antifasciste des P.O.

A Perpignan comme à Lyon, barrons la route au fascisme ! 29 novembre 2014

mardi 25 novembre 2014

Communiqué de presse…

29 novembre 2014 : A Perpignan comme à Lyon, barrons la route au fascisme !

Ce samedi 29 novembre à Perpignan, le Comité de Vigilance Antifasciste s’adressera à la population des Pyrénées-Orientales, dans le but de faire partager ses analyses, ses positions et ses propositions face à la recrudescence des idées nauséabondes en provenance des différents groupuscules se réclamant de l’extrême droite et/ou du fascisme. Le Front National fait partie de cette galaxie qui n’a de cesse de nous faire revenir en arrière, quand les libertés étaient taillées en pièce, la fraternité se limitait aux seuls ressortissants de l’hexagone et l’inégalité était le fait dominant… Des femmes et des hommes se lèvent contre ce retour bruyant et dangereux de théories qui délaissent l’humain pour s’enfoncer dans la barbarie.

Ce samedi 29 novembre à Lyon des camarades, des compagnes et compagnons manifesteront contre la tenue d’un congrès du Front national dans leur ville, FN qui s’imagine parvenu aux ultimes marches du Pouvoir…

Les organisations qui intègrent le CVA et les autres organisations qui se joindront à nous tiendront des tables de presses en ville, ce samedi 29, de 15h à 17h, et proposeront tracts et « 4 pages » antifascistes à la population.

comitevigilanceantifasciste riseup.net

Le CVA


Antifascisme : projection du film « Bassin miné » le 29 novembre à 18h, au « Casal » de Perpinya

Une projection du film d’Edouard Mills-Affif « Bassin miné » (décryptage de la montée du FN à Hénin-Beaumont) * est organisée par « le Comité de Vigilance Antifasciste des P.O. » le samedi 29 novembre 2014 à partir de 18h, au « Casal » 23, avenue du Lycée à Perpignan

La projection sera suivie d’un débat

L’entrée est gratuite.

Le CVA

« Bassin miné »

« Bassin miné est l’histoire d’une ville du Nord de la France, Hénin-Beaumont, qui s’est donnée au Front national au premier tour des élections municipales de mars 2014. La chronique d’une victoire annoncée, celle de Steeve Briois, l’infatigable bateleur qui a su prospérer sur les failles de ses adversaires ». C’est aussi un long voyage aux racines de la désespérance sociale, dans une terre de gauche blessée, puisque Hénin-Beaumont a basculé du Parti socialiste au Front national.
Edouard Mills-Affif a filmé depuis douze ans cette spectaculaire percée de l’extrême droite. Il dévoile la face cachée et les ressorts de cette stratégie politique qui a fini par porter ses fruits. Avec Bassin miné, nous sommes conviés à analyser la poursuite du travail de décryptage, sur une décennie, d’une méthodique conquête politique engagée par le FN.


Le 23 mars 2014 à Hénin-Beaumont, la liste FN menée par Steeve Briois a obtenu la majorité absolue au premier tour des élections municipales. Parmi les raisons de ce succès, citons la fermeture des mines et la désindustrialisation de la ville (qui ont non seulement paupérisé une grande partie de la population mais qui ont aussi cassé les pratiques de solidarité très ancrées autrefois). Citons bien sûr l’ancrage local de Steeve Briois, ses origines ouvrières, son militantisme de terrain, la sympathie qu’il inspire à un grand nombre d’habitant-e-s et son discours social (qui emprunte beaucoup à la « gauche »). Citons également le climat actuel de recul des luttes, de dépolitisation croissante des classes populaires, d’inculture idéologique (qui brouille les frontières entre « valeurs de gauche » et « valeurs de droite ») ainsi que le phénomène de « dédiabolisation » du FN initiée par Marine Le Pen au niveau national. Enfin, citons le sentiment de trahison de la part de la population à l’égard du PS (cf. les malversations financières de l’ancien maire Gérard Dalongeville) mais aussi du PC (cf. le ralliement de ce parti à la liste PS alors que cette dernière, peu de temps auparavant, faisait l’objet de critiques très vives) ; un sentiment de trahison d’autant plus fort qu’une grande partie de la population a été habituée pendant des décennies à être « protégée » sur le plan social, d’abord par les Houillères (logement, santé…) puis, après la fermeture des mines, par les élus politiques, notamment ceux du PS (qui sont progressivement passés d’une certaine « protection » à un « clientélisme » certain).

Aujourd’hui, à Hénin-Beaumont comme ailleurs, le FN surfe sur le désarroi des classes populaires lassées par la dégradation de leurs conditions de vie. Les habitant-e-s les plus défavorisé-e-s ne doivent pas se laisser abuser par le discours soi-disant « social » du FN (non, le FN n’est pas opposé au capitalisme et à la politique pro-patronale de l’État) ni bien sûr par sa propagande du « bouc émissaire » (non, les immigré-e-s ne sont pas responsables du chômage et de la précarité !). Avec ou sans emploi, les travailleurs/euses ont de nombreux ennemis (à droite comme à « gauche » !) mais, parmi ces ennemis, l’extrême droite a toujours été la pire ! À Hénin-Beaumont comme ailleurs, non au FN ! Face aux dégâts sociaux causés par le capitalisme et par la politique pro-patronale de l’État, organisons-nous dans des syndicats de lutte de classe et ne comptons que sur nos luttes !

Au-delà de la poussée électorale du FN, signalons que l’extrême droite n’hésite plus à investir la rue. En janvier 2014, dans la foulée des « manifs pour tous » et de ses attaques homophobes, des milliers de catholiques intégristes et de militants d’extrême droite ont manifesté contre le droit à l’IVG. Quinze jours plus tard, une manifestation appelée « Jour de Colère » – clairement fasciste dans sa dynamique et ses composantes – a réuni plus de 20 000 personnes à Paris. Nous ne devons pas laisser se développer une telle banalisation de l’extrême droite. Chacune des victoires électorales du FN et chacune des apparitions publiques des groupuscules pullulant dans son sillage légitiment et renforcent les idées nauséabondes qui sont les leurs.

Aujourd’hui plus que jamais : riposte sociale, populaire et antifasciste !


A Perpinyà, a Lió i arreu cal barrar el pas al feixisme

Contra el Front Nacional cal vigilància antifeixista arreu

Tothom contra el Front Nacional

TRAMUNTANA VERMELLA MAIL 25/11/2014 Perpinyà (Rosselló).- A Perpinyà (Rosselló) com a Lió, on hi haurà unes jornades antifeixistes contra el congrés del Front Nacional que es fa en aquella ciutat, i arreu, segons un comunicat del Comitè de Vigilància Antifeixista del Pirineu Oriental, cal barrar el pas al feixisme.

Pel proper dissabte 29 de novembre a Perpinyà, el Comitè de Vigilància Antifeixista departamental s’adreça a la població, amb l’objectiu de fer difusió dels seus anàlisis, les seves posicions i les seves propostes en front la renaixença creixent de les idees nauseabundes que generen diferents grups i grupets que es reclamen de l’extrema dreta i/o del feixisme. El Front Nacional forma part d’aquesta galàxia que no fa altra cosa que fer-nos recular vers altres temps, temps del passat, quan les llibertats es trobaven esclafades, la fraternitat es limitava solament a qui pertanyia a l’Hexàgon i la desigualtat era el fet dominant… Per això, homes i dones s’aixequen contra aquest retrocés manifest i perillós, on regnen teories que denigren el que és humà mentre ens volen enfonsar en la barbàrie.

Aquest dissabte 29 de novembre a Lió hi ha moltes camarades i molts camarades, moltes companyes i molts companys que manifestaran la seva protesta contra la celebració d’un congrés del Front Nacional en aquesta ciutat, ja que el Front Nacional s’imagina que trepitja els últims esglaons per arribar al poder…

Les organitzacions que integren el Comitè de Vigilància Antifeixista i altres organitzacions posaran parades de publicacions, el dissabte 29 de novembre, de 15 a 17 hores, i faran difusió fulls informatius i « 4 pages » antifeixistes entre la gent a Perpinyà.

Antifeixisme : projecció del film « Bassin miné » el 29 de novembre, a les 18 hores, al Casal de Perpinyà

Es tracta de la projecció del film d’Edouard Mills-Affif « Bassin miné » (la descripció de la pujada del Front Nacional a Hénin-Beaumont) en un acte organitzat pel Comitè de Vigilància Antifeixista del Pirineu Oriental el dissabte 29 novembre, a partir de les 18 hores, al Casal de Perpinyà (avinguda del Lycée núm. 23). Una projecció que serà seguida d’un debat.

« ’Bassin miné’, la història sobre una ciutat del nord de França, la ciutat Hénin-Beaumont, on va guanyar les eleccions municipals el març d’aquest any el Front Nacional en la primera volta. Es tracta de la crònica d’una victòria anunciada, la de Steeve Briois, l’infatigable batallador que va saber aprofitar-se dels errors polítics dels seus adversaris ».

Al mateix temps, aquest film constitueix un llarg viatge a les arrels de la desesperació social, en una ferida terra d’esquerres, ja que Hénin-Beaumont ha passat de ser governada pel Partit Socialista a ser-ho pel Front Nacional.

Edouard Mills-Affif a filmat els darrers dotze anys aquest espectacular creixement de l’extrema dreta. En aquest marc desvela la cara oculta i els ressorts d’aquesta estratègia política que finalment dóna els seus fruits.

Amb « Bassin miné » se’ns convida analitzar un treball de desxifrar, en una dècada, una metòdica conquesta política desenvolupada pel Front Nacional a França.

Correu del Comitè de Vigilància Antifeixista del Pirineu Oriental :
comitevigilanceantifasciste riseup.net

http://nordestllibertari.blogspot.fr/


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 416 / 284359

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License