CNT 66
Solidarité Palestine

17 journalistes tués à Gaza cet été … Qui en parle ?

jeudi 11 septembre 2014

Pour interpeller le public de « Visa pour l’image » sur le sort de la société civile palestinienne à Gaza, 1300 exemplaires du tract suivant ont été distribués en 2 jours aux professionnels du journalisme et aux amateurs présents au festival.

L’action était menée au nom du Collectif 66 Paix et Justice en Palestine, durant la première semaine du festival parce que c’est la semaine des professionnels, journalistes venant du monde entier.

Le tract a eu un franc succès

Le samedi soir, après la projection sur Gaza, quelqu’un a lu le verso de notre tract, la partie informative, au micro devant les 2500 personnes installées sur les gradins.

Des journalistes espagnols qui s’offusquent de la chape de plomb qui étouffe l’affaire en France, une journaliste tunisienne qui nous a laissé sa carte....

Le contenu du tract (Recto)

D’après Press Emblem Campaign, ONG de surveillance de la liberté des médias, 95 professionnels de la presse ont été tués dans le monde depuis le début de l’année. Dont 17 à GAZA – 16 en 5 semaines...

Le collectif 66 Paix et Justice en Palestine s’interroge : Où est la Palestine dans Visa ? Qui parle des massacrés de l’été ? La loi du silence est-elle à ce point intégrée ? Ou bien les journalistes ont-ils TOUS été exterminés ?

Pour une question de délai de programmation, aucune exposition ne parlera d’un des sujets les plus offusquant de l’été.

QUI RENDRA HOMMAGE AUX JOURNALISTES PALESTINIENS CIBLÉS ET TUÉS PAR L’ARMÉE ISRAÉLIENNE ?
Qui s’interrogera sur les programmateurs de frappe, les priorités de ciblage ? La destruction systématique des sièges de médias ? de l’unique centrale électrique ? du système de traitement des eaux ? des hôpitaux ? mosquées pendant le Ramadan ? lieux de culte ? écoles ? refuges de l’ONU ? de la Poste ?...

On arrive, hors délai, à rendre hommage à un journaliste américain décapité. Mais les Gazaouis ? Ce n’est pas un scoop ? Ils souffrent depuis trop longtemps ? On est habitué aux crimes de guerre qu’ils endurent ?
Il faut sortir de la grille de lecture occidentale qui domine le monde, qui dit le bien, le mal, et ne considère comme êtres humains dignes de compassion que les Occidentaux.

Une vie est une vie, le petit assassin uniformisé de l’armée israélienne avec son « joystick » pilotant un drone qui exécute un journaliste à Gaza n’est pas moins un coupable, moins un salaud que le boucher tranchant la tête d’un journaliste ailleurs.
L’un serait barbare et l’autre civilisé ? Lequel ? le boucher mis en scène ou le boucher masqué propre sur lui ?
L’un serait terroriste et l’autre justicier ?
Les sélectionneurs de cibles, la chaîne de décision israélienne, quoi d’autres sinon de basiques terroristes, de très évidents criminels contre l’humanité ?

DE QUOI LE JOURNALISME EST-IL LE « NON » ?

À GAZA la presse est une CIBLE

Le 17ème professionnel des médias tué à Gaza a, aussi, été placé sur la liste des journalistes ASSASSINÉS de l’UNESCO - 29 août 2014

La Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a dénoncé vendredi le meurtre du journaliste palestinien Abdullah Murtaja, décédé le 25 août.

« Je condamne le meurtre d’Abdullah Murtaja », a déclaré Mme Bokova dans un communiqué de presse. « Les journalistes doivent être capables d’exercer leur fonction dans un environnement sûr et leur statut de civil doit être respecté à chaque instant. La société doit être maintenue informée de ce qui se déroule, et davantage lorsqu’elle évolue dans l’ombre du conflit. »

Abdullah Murtaja, qui était en mission pour la chaine satellite Aqsa, a été touché lors du pilonnage du quartier de al-Shujaiyya dans la ville de Gaza. Il figure désormais sur la liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO.

COLLECTIF 66 PAIX et JUSTICE en PALESTINE

// English //

According to the Press Emblem Campaign, the NGO in charge of observing the freedom of the world’s media, 95 journalists have been killed since the start of 2014, 17 of them in GAZA – 16 within the space of a mere 5 weeks.

The Collectif 66 Paix et Justice en Palestine wonders : where can you find Palestine in the festival ? Who speaks about the slaughtered of the past summer ? Is the law of silence integrated by every one ? Or have the whole journalists been exterminated ?

For a question of time and progamming no exhibition will show about one of the most shocking event of the summer.

WHO WILL PAY TRIBUTE TO THE PALESTINIAN JOURNALISTS TARGETED AND KILLED BY THE ISRAEL DEFENSE FORCES ?
Who will investigate the systematic destruction of the media’s head offices ? The power plant, the sewage infrastructure, the hospitals, the mosques attacked during Ramadan, the churches, the schools, the United Nations’ refufes, the post office...?

We manage, out of programming, to pay hommage to a beheaded american journalist. What about the Gazaouis ? They don’t offer a scoop ? The’ve been suffering for too long ? We are used to the war crime they endure ?
We have to escape from the straight jacket of Western interpretation of the news, which decides (for us) what is good and what is evil, and only recognises Westerners as human beings worthy of compassion.

A life is a life. The anonymous murderer wearing the uniform of the Israel Defense Forces who pilots a drone with his joystick on Gaza is no less a criminal, but just as guilty as the butcher seen on video, who is, neverthess, considered to be the more barbarous of the two.

Aren’t the people who decide what the Israelis should target – terrorists themselves, and perpetrators of crimes against humanity ?

WHAT IS JOURNALISM PREPARED TO DENOUNCE, AND WHAT NOT ?

COLLECTIF 66 PAIX et JUSTICE en PALESTINE

Verso du tract :

Tract rédigé le 30/08/2014


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 255 / 289097

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License