CNT 66

CNT - Infos N° 9, octobre 2011

vendredi 21 octobre 2011

Téléchargez au format pdf :

PDF - 290 ko

PDF - 290 ko
cnt_info_9

Lire en ligne

Au sommaire :

- La Bourse des travailleurs
- Infos d’ici... et d’ailleurs
- International
- Communiqués

Édito :

Reprendre aux riches !

Chaque année, en automne, les parlementaires étudient et votent le Projet de loi de finance et le projet de loi de financement de la sécurité sociale. C’est un moment où sont donc discutés les évolutions des prestations sociales, des diverses allocations, de la fiscalité. Bref, c’est un moment où se joue aussi les inégalités sociales de ce pays. Concernant la fiscalité, on a vu ces dernières années que l’orientation était à la baisse des dépenses et à la baisse de l’imposition des plus riches. Cependant la bataille n’est pas finie puisque les impôts et les prestations sociales jouent toujours un rôle essentiel dans la réduction des inégalités de niveaux de vie. Par ailleurs, selon une étude de l’INSEE*, on constate que 70 % de la réduction des inégalités de revenus est due aux services publics

La bataille n’est pas finie, disions-nous. La fiscalité a pris un tournant rétrograde ces dernières années assurant de plus en plus la fortune des riches. Les gouvernements sabrent de plus en plus dans les prestations sociales. A nous de relever la tête pour inverser la tendance. Par ailleurs, on assiste à un véritable saccage des services publics ces dernières années. Travailleurs et usagers de ces services ne s’y trompent pas puisqu’on voit surgir de partout de multiples luttes de résistance contre la destruction de ces services publics (contre la fermeture d’hôpitaux, de classes d’école, de bureaux de poste...). La lutte pour la défense des services publics est un axe important dans la répartition des richesses comme nous le confirme cette étude de l’INSEE. Nous devons tout faire pour défendre nos services publics y compris pour pouvoir mieux les dépasser par la suite car ils sont un beau tremplin pour la socialisation de l’économie.

Que ce soit dans toutes ces luttes sur les services publics ou dans la rue le 11 octobre, le mot d’ordre est bien : pour une répartition égalitaire des richesses ! Le problème, c’est que ça fait des années que les syndicats institutionnels nous baladent avec des journées d’action ou de grève éparpillées sur l’année. L’automne dernier, la pression de la base a permis de déborder et d’ébaucher ce que pourrait être une véritable grève générale, c’est à dire un blocage complet de l’économie. Mais cela a été trop long à se mettre en place. L’heure n’est plus à des démonstrations de force épisodiques mais bien à la construction d’une véritable grève générale avec des syndicats servant à son élaboration, sa stratégie (organiser le planning des grèves), sa logistique (caisse de grève, cantine...), sa dynamique (organisation d’actions).
C’est dans ce sens que nous devons agir ! Pour la fin de la course au profit sur le dos des travailleurs, pour la redistribution des richesses, la CNT travaille à la construction d’un syndicalisme anticapitaliste et anti-autoritaire, pour la transformation révolutionnaire de cette société. Si nous ne détruisons pas le capitalisme, c’est lui qui nous détruira !

* Source : Insee, France portrait social édition 2008. Année des données : 2006, France métropolitaine

Publié le 20 octobre 2011


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 269 / 292712

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License