CNT 66

CNT - Infos n°7 - Bulletin d’information confédéral

mardi 26 juillet 2011

CNT - Infos N° 7, juillet 2011

- Téléchargez au format pdf :

PDF - 1.9 Mo

PDF - 1.9 Mo

cnt_info_7

................

Au sommaire :

La Bourse des travailleurs
Infos d’ici... et d’ailleurs
International
Communiqués

Édito :

BOUCHONS SUR L’AUTOROUTE DU DROIT AUX VACANCES

Selon un sondage paru cet été, 45 % des français ne partiront pas en vacances cette année. En fait, on retrouve cette proportion (40 à 45 %) chaque année depuis 25 ans. La démocratisation des vacances s’est arrêtée dans les années 80 !
Jusque là un grand effort avait été fourni pour permettre au plus grand nombre de pouvoir sortir de leur quotidien en partant en vacances. On peut peut-être rapprocher cet arrêt d’évolution au fait que le pouvoir d’achat des salariés stagne depuis 1978 (tandis que les richesses n’ont cessé d’augmenter). On arrive donc aujourd’hui à ce chiffre de près de la moitié des français qui ne partent pas en vacances et pire, le même sondage nous révèle que 17 % étaient partis l’an dernier mais qu’ils ne partiront pas cette année.

Or, le fait de partir en vacances est important. C’est un moment de détente, de coupure avec le stress, la morosité et le rythme quotidien. C’est un moment d’apprentissage dans de multiples domaines (géographie, culture, cuisine, musique.....) qui en fait un moment d’ouverture aux autres. Quand on sait que 18 % des français n’ont jamais dormi dans un autre lit que le leur, ça laisse songeur sur les possibilités offertes à une partie de la population pour s’évader du quotidien et sortir de leur milieu. Il y a donc une responsabilité de la société pour permettre à tous et toutes de partir en vacances. Ce qui est une richesse pour chacun l’est pour toute la société. Or cette responsabilité s’est arrêtée il y a 25 ans. Ce que ne dit pas ce sondage en revanche c’est que le droit aux vacances perd du terrain. Il y a effectivement le problème de ne pouvoir partir quand on est en vacances mais il y a aussi le fait pour une part grandissante de la population de ne plus savoir ce que sont les vacances. Cela est dû à cette société du chômage et de la précarité si chère à Mme Parisot. Pour un chômeur, le mot vacances n’a plus de sens tant sa vie rime avec misère et galère. Et dans le monde moderne du travail, on enchaîne stages, cdd, formation, intérim, chômage... et cela sans arrêter de courir de peur d’être éjecté du circuit. Dans cette vie il n’y a pas de place ni d’argent pour les vacances !
Et du côté des 55 % qui partent c’est loin d’être tout rose puisque 33 % des français affirment qu’ils partent une semaine ou moins cette année. Ce qui est court pour pouvoir profiter. Ca ne laisse donc que 22 % des français qui peuvent se payer de vraies longues vacances hors de chez eux. Et gageons qu’ils ne sont pas tous travailleurs loin de là. D’ailleurs, il y a deux secteurs de logement de vacances dont l’activité augmente le plus : il s’agit du camping (+10 %) et des hébergements de luxe (+5 %).
Quand on dit que les écarts se creusent ! Les gens sont de plus en plus obligés d’aller s’entasser dans des campings pendant que d’autres (responsables de la misère) peuvent de plus en plus s’offrir des vacances dans des palaces. Eh oui, les puissants se portent bien. LVMH, leader mondial de l’industrie du luxe, a vu ses profits augmenter de 73 %. En 2010. Quelle crise ? La lutte des classes, oui !

Publié le 21 juillet 2011


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 269 / 284744

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License