CNT 66

2010, l’année de tous les dangers pour nos retraites !

dimanche 6 décembre 2009

Alerte danger sur nos retraites !!

Alors que le patronat et le gouvernement veulent aller vite pour régler le soi-disant problème des retraites en 2010, les salariés et les chômeurs, victimes de l’apathie générale, risquent fort de se faire à nouveau berner par les syndicats réformistes et ces derniers le sont tous actuellement y compris la CGT, même si une base remuante dans certains secteurs professionnels essaie de donner le change. Parisot , patronne du MEDEF, veut relever l’âge du départ à la retraite et panacher les systèmes de répartition et de capitalisation. La CGT et la CFDT sur lesquelles compte Sarkozy pour passer en douceur opposeront une position de principe au départ pour mieux enrober le cadeau empoisonné destiné aux travailleurs.

De trahison en trahison, lorsqu’en 2003 Fillon aligne le secteur public sur les 40 ans du privé (et 41 ans en 2012) grâce à la CFDT et lorsqu’à l’automne 2007 Thibaut de la CGT se présente comme l’homme du compromis (des compromissions plutôt !) sur les régimes spéciaux des retraites, les travailleurs savent dorénavant qu’ils ne pourront en aucun cas compter sur les bureaucraties syndicales pour construire un rapport de force permettant de lutter pied à pied contre la casse des acquis sociaux organisée par le gouvernement au service des intérêts du patronat.

Nous constatons que chaque régression sociale s’effectue sous le couvert d’une réforme qui prétend être mise en place pour sauver notre système de protection sociale, de services publics... Les médias distillent à l’envi ce type d’insanités et une partie de la population de répondre en choeur : « il faut bien sauver les retraites car la population vieillit et puis la crise aggrave le phénomène... », sans voir que le gouvernement et les patrons concentrent leurs efforts dans l’optique stratégique de revenir sur tout le programme du Conseil National de la Résistance de l’après guerre. C’est l’esprit vichyste et celui de la charte du travail qui prédomine actuellement au sommet de l’Etat.

Thibaut et Chérèque se rapprochent ; Sarkozy en fait deux interlocuteurs privilégiés. Tout ce beau monde s’associera au final pour mieux rogner le peu d’acquis qu’il nous reste. Avec une syndicalisation constamment en baisse depuis un quart de siècle, les deux centrales syndicales totalisent un petit million d’adhérents sur la base de 9 timbres par an. Ce syndicalisme d’adhérents encadré par un appareil inamovible de permanents est complètement déconnecté des réalités et des conditions de travail des salariés.

Nous avions déjà signalé que les appareils syndicaux n’avaient plus besoin d’un syndicalisme de masse ; une bureaucratie syndicale recentrée et restreinte, subventionnée par l’Etat , les collectivités locales et le patronat , suffisant à la pérennité du système de reproduction et de contrôle de l’organisme syndical. Nous sommes dans l’ère de la négociation entre partenaires sociaux où la loi nous encadre et nous canalise. La criminilisation du mouvement social en général et du mouvement syndical en particulier font partie de la Tarnaquisation de la société reposant à la fois sur un régime de terreur s’abattant sur des militants et sur la répression de ces derniers (les Conti...), le but du pouvoir étant d’individualiser les gens et de supprimer tout ce qui est collectif et permet la solidarité : conventions collectives, grèves massives...

Un syndicalisme sans rapport de force, c’est un syndicalisme eunuque. Et un syndicalisme sans rapport de force et sans projet de société , c’est une fédération d’amicales dans laquelle est exclue la lutte des classes, ce qui met les travailleurs sous la coupe d’un patronat décomplexé. Après l’entrée de la CGT dans la CES, nous allons assister à l’issue du 49 ème congrès du 7 au 11 décembre 2009 à Nantes à la volonté de la direction syndicale cégétiste d’entrer au club très ouvert maintenant du pôle réformiste UNSA-CFDT-CGC-CFTC-FO.

C’est dire qu’il sera très difficile aux secteurs combatifs de la CGT , de la FSU et aux petits syndicats CNT-SUD de construire l’action interprofessionnelle qui nous est indispensable pour au moins gagner une victoire qui pourrait enfin en amener d’autres.

Toute initiative sera bonne à prendre en 2010 afin de créer la nécessaire mobilisation contre la régression (réforme) portant sur l’évolution du système et sur l’âge de départ à la retraite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 796 / 285512

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License