CNT 66

Contre les lois liberticides

vendredi 5 février 2021

Contre toutes les lois liberticides
Rassemblement et piquets d’information samedi 6 février au Castillet à 14h
GRANDE MARCHE DES LIBERTÉS
Samedi 13 février au Castillet à 14h

Le gouvernement développe un arsenal répressif et autoritaire qui remet en cause nos libertés fondamentales.

Face aux licenciements, à la croissance des inégalités, à l’explosion de la pauvreté, le gouvernement se donne les outils pour surveiller, réprimer et écraser la contestation et les luttes sociales.

Un état d’urgence

Opérationnel depuis le 23 mars 2020 et au moins jusqu’à juin 2021, l’état d’urgence sanitaire confie à l’Exécutif des pouvoirs exceptionnels. Le gouvernement en profite pour déroger au Code du Travail, limiter les garanties collectives et s’attaquer aux droits sociaux.

Depuis l’état d’urgence sécuritaire, la France aura été, depuis 2015, gouvernée pendant plus de cinq années sous un régime d’exception qui altère l’état de droit et met en péril la démocratie.

Deux lois

La loi dite de « sécurité globale » organise la surveillance policière de la population et s’attaque à la liberté d’informer. Elle s’appuie notamment sur le nouveau « schéma national du maintien de l’ordre » du ministère de l’Intérieur et renforce les moyens policiers de répression des manifestants.

Avec la loi du séparatisme devenue « confortant les principes républicains » présentée le 9 décembre, le gouvernement s’en prend à la liberté d’association et se drape de soi-disant « valeurs de la République » pour stigmatiser une partie de la population, les musulmans. Qui d’autre après ? L’article 24 de la LSG, si controversé, a été reversé dans cette loi.

Trois décrets

Sous couvert de lutte antiterroriste, trois décrets, parus le 4 décembre au Journal officiel, autorisent de ficher les personnes en fonction de leurs opinions, de leurs activités politiques, de leurs convictions philosophiques et religieuses ou de leur appartenance syndicale.

Un amendement

Au cours du débat parlementaire sur la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), la majorité parlementaire a glissé un article qui criminalise les luttes sociales étudiantes en créant un délit de trouble au bon ordre d’une université.
Même si le Conseil Constitutionnel a censuré sur la forme cet amendement, c’est par la seule mobilisation que nous pouvons nous y opposer sur le fond.

Un code

Le code de justice pénale des mineur·es (CJPM), présenté le 1er décembre à l’Assemblée nationale entrera en vigueur le 31 mars 2021. Il va à l’encontre de l’ordonnance de 1945 qui priorise l’éducation sur la répression. Il aligne la justice des jeunes sur celle des majeurs !

C’est avec toutes ces mesures gouvernementales que les principes républicains de Liberté, Egalité et même Fraternité (la tactique des gouvernants est toujours de nous diviser) sont en danger.

Ces remises en cause de nos droits et libertés publiques individuelles et collectives construisent un avenir où violences sociales, étatiques et répression seront facilitées avec, de plus, une justice au garde-à-vous. Ce gouvernement autoritaire édicte des séries de lois et décrets non démocratiques et liberticides, sous couvert de prétendus « principes républicains », qui seront ses outils pour imposer la régression sociale attendue par les 1% les plus riches (casse de l’emploi, baisse des salaires, destruction des protections sociales…) et pour renforcer sa capacité à réprimer tout mouvement de contestation naissant, qu’il soit syndical, étudiant ou citoyen....

Et pourtant, nous avons gros à défendre dans un contexte de montée du chômage et de la précarité, de démantèlement des services publics (pour le profit des 1%) et de perte progressive de nos droits et garanties collectives.

DÉFENDONS LE DROIT À NOUS DÉFENDRE !
NE NOUS LAISSONS PAS ÉCRASER, MOBILISONS-NOUS !

Exigeons dés maintenant

• Le retrait total des propositions de loi « sécurité globale » et celle contre les séparatismes dite loi « confortant le respect des principes de la république »
• La fin immédiate des états d’urgence sanitaire et sécuritaire
• L’abrogation de toute les lois liberticides
• Le retour aux droits démocratiques, sociaux, syndicaux et aux libertés de circulation, de rassemblement et de manifestation pour toutes et tous

Coordination stop Loi Sécurité Globale : AssembléeGJ66 - ASTI - CGT 66 - Collectif Bas les Masques - CNT - CRI - Femmes Solidaires - Génération.s - FA Pierre Ruff - FSU - Groupes d’Action France Insoumise - LegalTeam 66 - LP 66 - Ligue des droits de l’Homme - NPA - PG 66 – POI - RCP 66 – Solidaires 66 ..
.
Contact : observatoirelibertes66 laposte.net A voir : [>https://kparrot.gitlab.io/securite-globale-de-quel-droit/]


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 169 / 327016

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License