CNT 66
Solidarité avec les étudiants et travailleurs Grecs

L’ETAT ASSASSINE

AFFRONTEMENT DE CLASSE CONTRE LE PATRONAT ET L’ETAT QUI EXPLOITENT ET ASSASSINENT
mercredi 10 décembre 2008

AFFRONTEMENT DE CLASSE CONTRE LE PATRONAT ET L’ETAT QUI EXPLOITENT ET ASSASSINENT

L’assassinat d’Alexandros Grigoropoulos qui avait 16 ans par les assassins errants de la Police Grecque n’est ni un incident hasardeux ni un incident isolé. Seulement les derniers mois il y a eu des morts à Kalamaria de Toni Onoua, à St Panteleimonas de Mohamed Asraf et à Leukimi de Maria Koulouri qui sont le résultat de l’action policière ; Tout cela n’est pas le résultat d’un comportement de quelques flics qui sont chauds mais le résultat de la tactique globale des forces répressives. Celui qui continue à parler des fait hasardeux n’e devient pas seulement ridicule mais complice du système.

Les assassinats de la part de l’Etat viennent dresser la scène de la répression globale. Les derniers mois, la plupart de ceux qui sont sortis dans la rue, qui ont lutté qui ont revendiqué et qui ont contesté la paix des classes ont été traités avec de la violence gratuite de la part de l’Etat. Les bombes lacrymogènes et les armes chimiques étaient le type de répression le plus doux. Plus souvent on a eu à faire avec les passages à tabac, les arrestations, même les tortures à ceux qui passaient un peu de temps dans commissariats.

La foi au faux bien-être que le capitalisme a promis, se détruit avec la crise économique que nous vivons, tous les travailleurs depuis des années, avec l’attaque de la part de l’Etat et du patronat à travers des lois contre le monde du travail et se termine avec la répression barbare de toute protestation. La démocratie du patronat, des industriels et des autoritaires ne ressemble pas à une dictature, c’est la dictature.

Les réflexes de la classe ouvrière quant à l’assassinat de l’élève étaient directs et nous font nous retrouver tous ensemble dans les rues.

Toute réaction sociale est justifiée et accumule la violence qu’on accepte tous les jours : et on la retourne à ceux qui la pratiquent tous les jours.

Nous répondons par la réponse de classe contre l’Etat et le patronat parce que c’est le seul chemin qu’on nous laisse suivre, le seul chemin qu’on connait.

QUE NOTRE RAGE DEVIENNE INSURRECTION POPULAIRE.

ESE- Eleftheriaki Sindikalistiki Enosi (Union Syndicaliste Libertaire)

http://athens.indymedia.org/front.php3?lang=el&article_id=936665


info portfolio

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1293 / 284701

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License