CNT 66
Kurdes sans papiers en grève de la faim au CRA de Perpignan.

NON AUX EXPULSIONS - SOLIDARITE AVEC LES SANS PAPIERS - AUCUN ETRE HUMAIN N’EST ILLEGAL

Deux Kurdes en grève de la faim depuis deux semaines au centre de rétention de Perpignan
dimanche 30 novembre 2008
PDF - 64.9 ko
comuniqué kurdes grève
PDF - 40.8 ko
comuniqué LDH Montpellier

Communiqué de presse du 30 novembre 2008

Deux Kurdes en grève de la faim depuis deux semaines au centre de rétention de Perpignan

Mehmet Can Kalkan et Erol Sonduc, deux Kurdes de Turquie, ont entamé une grève de la faim le 17 novembre à Montpellier avec neuf de leurs compatriotes, pour demander leur régularisation. Les onze hommes ont été interpellés violemment par la Police le 21 novembre. Sept d’entre eux ont été dispersés dans les centres de rétention de Marseille, Sète et Perpignan.

Placés au centre de rétention de Perpignan le soir-même, Mehmet Can et Erol continuent à ne pas s’alimenter. Au 1er décembre, cela fera donc deux semaines qu’ils sont en grève de la faim. Qu’attend le Préfet de l’Hérault pour les libérer et réexaminer favorablement leur dossier ? D’avoir un mort sur les bras ?

Mehmet Can et Erol vivent et travaillent à Montpellier comme maçons. Accusés par les autorités turques d’avoir aidé le PKK (parti des travailleurs du Kurdistan), ils craignent les menaces physiques voire l’emprisonnement s’ils retournent dans leur pays. Pourtant, leurs demandes d’asile à l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) et de titres de séjour auprès de la Préfecture ont toutes été rejetées. « Menaces non prouvées », prétextent les autorités françaises. Risquer sa vie en France pour ne pas avoir à la perdre en Turquie, n’est-ce pas une preuve suffisante ?

Nous, amis, familles et soutiens des retenus, demandons que leur rétention soit levée, que leur situation soit réexaminée et qu’enfin un titre de séjour leur soit fournit.

Contacts :
Mehmet Can (au CRA de Perpignan) : 06.98.06.33.59
Elsa : 06.37.90.08.10

Bonjour,

Vendredi 21 novembre, 11 Kurdes de Turquie sans-papiers qui étaient en grève de la faim depuis 4 jours ont été arrétés par la police sur décision du Préfet de Région. Sept d’entre eux ont été placé en centre de rétention en vue d’une expusion vers la Turquie. Ils ont été dispatchés dans plusieurs centres de rétention de la région : Marseille, Sète et Perpignan-Rivesaltes. Deux d’entre eux ont été expulsés depuis Marseille vers la Turquie en fin de semaine. Les trois de Sète sont sorties du centre de rétention. Deux la semaine dernière sur décision du juge des libertés, le troisième à l’issue de six jours d’une grève de la soif qui l’a conduit à l’hôpital.

Les deux derniers, Mehmet et Erol sont toujours au centre de rétention de Perpignan. Ils continuent à ce jour leur grève de la faim et entameront demain leur troisième semaine. Ils ont tout les deux demander, avec le concours de la cimade du centre de rétention, un réexamen par l’Ofpra de leur situation de réfugié politique. Leurs amis, familles et soutiens ont demander à étre reçu par la Préfecture de Montpellier, sans réponse à ce jour. Un rassemblement devant la Préfecture de l’Hérault est en préparation pour mardi. Nous vous demandons de faire circuler l’information sur Perpignan. Nous vous joignons le communiqué que nous avons envoyé à l’Indépendant ce jour, ainsi qu’un communiqué du 23 novembre sur la grève de la faim, et un communiqué de la LDH sur l’intervention policière.. Enfin,nous pensons que toute initiative sur votre ville pourrait être la bienvenue. Cordialement.

Les amis, familles et soutiens de Mehmet et Erol.


titre documents joints

comuniqué kurdes guève

30 novembre 2008
info document : PDF
64.9 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1259 / 286446

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License