CNT 66
Sécurité sociale, retraite, chômage

Débat conférence avec Bernard Friot : Sécurité sociale, retraite, chômage Comment reprendre l’offensive

CNT 30
vendredi 2 janvier 2015

Sécurité sociale, retraite, chômage

Comment reprendre l’offensive face aux attaques du patronat et des gouvernements successifs ?

Dette de l’Etat, « trou » de la Sécurité sociale, « déficit » dans les caisses des retraites et celles de l’UNEDIC, licenciements massifs, boom du chômage, blocage des salaires, précarité, etc. Mais aussi violences policières et répression du mouvement social...

Ce sont là des choix de société : celui d’un capitalisme triomphant. Celui d’un monde où les possédants et dirigeants politiques ne cherchent qu’à maintenir, voire augmenter, leurs profits, au détriment de tous et de toutes, en particulier des plus fragiles : salariés-es sans-emploi, retraité-es, femmes, immigré-es, etc. Un monde où l’on ne parle plus que de « coût du travail », de « charges sociales », de « libre concurrence », de « rentabilité », de « flexibilité ».

Ces dernières années, les gouvernements successifs et le MEDEF intensifient des réformes à l’encontre de l’ensemble des salarié-es du public comme du privé. Les accords ANI de janvier, la loi du 14 juin 2013 furent déjà l’illustration des premières attaques de ce gouvernement contre les intérêts des travailleurs-euses. La dernière en date est l’application depuis le 1er octobre de la convention UNEDIC signé en mars dernier. Elle constitue une attaque frontale envers les plus précaires. Après le soi-disant « coût du travail » à travers le « pacte de responsabilité », le gouvernement s’en prend donc au prétendu « coût du chômage ».

Ces mesures traduisent le positionnement d’un gouvernement inféodé au patronat, sacrifiant les systèmes de financement des caisses des travailleur-euses, et préparant le terrain pour l’arrivée massive des fonds de pensions.

Face à cela, n’est-il pas devenu indispensable de renverser le discours et l’analyse ?

C’est pourquoi nous vous invitons à venir débattre avec Bernard Friot*, à partir de cette idée : seul le travail crée de la richesse et c’est donc le-la travailleur-euse qui doit être au centre des projets de société. Comment ? Avec la cotisation répond Bernard Friot : cotisations sociales, voire cotisation économique.

Un moyen, selon lui, de régler les questions de la dette, d’assurer un salaire (et non un revenu) garanti, de financer retraites et sécurité sociale, d’assurer la reconversion industrielle et la formation, de lutter contre les licenciements économiques, mais aussi de créer des modalités de décisions plus démocratiques, où enfin celles et ceux qui produisent les richesses nécessaires à la société pourraient choisir quoi produire, pour qui et comment.

Débat chômage retraite 100115.pdf


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 310 / 284762

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License