Nous ne lâcherons rien !

Les syndicats CNT du Maine-et-Loire appels à construire la grève générale et à rejoindre massivement les cortèges le 27 janvier prochain.

Précaire un jour, précaire toujours ? STOP !

On lâche rien !

Après la mobilisation réussis du 13 janvier dans l’éducation, et fort du soutien de l’opinion public il nous faut maintenir la pression. La CNT 49 appel à soutenir et rejoindre les journées de grève du 18, 20 et 27 janvier.

Mardi 18 janvier grève de l’éduc, rdv 9h30 pour l’AG à la bourse du travail à Angers.

Jeudi 20 janvier, grève des AED.

Jeudi 27 janvier, grève interprofessionnelle. (Angers 10h30 place Leclerc, Cholet 10h30 place Travot, Saumur 10h place Bilange, Segré Rond point de Super U 10h.)

Instruire pour révolter

Les syndicats CNT du Maine-et-Loire appellent à se mobiliser fortement le 13 janvier pour mettre un terme à la situation ubuesque dans l’éducation nationale. Nous demandons des moyens permanent, des écoles co-gérés et plus au service de patronat !

No Pasaran !

Nous n’accepterons jamais le fascisme au pouvoir, dans la rue, dans la presse, nul part ! Les syndicats CNT 49 appels à se mobiliser le 18 décembre prochain !

Le régime colonial gagne en « Nouvelle-Calédonie »

À la CNT 49, nous ne sommes pas surpris de voir M Macron jubiler que la Nouvelle-Calédonie restera française. Ce Monsieur, oublis de dire que les Kanaks dans leur grande majorité n’ont pas voté et ont boycotté ce scrutin. Seuls les Calédoniens d’origine française ou les expatriés depuis 20 ans se sont déplacés pour voter. Pour cette communauté, le statut actuel leur convient. Mais pour les Kanaks, c’est un régime colonial, une occupation illégale de leur terre. Les chefferies coutumières, les organisations de la société civile, politiques et syndicales avaient été claires : REPORT ! La France sera seul responsable si la situation se dégrade. Tout notre soutien à la Kanaky !

Publié le mercredi 17 novembre 2021

Depuis les accords de Nouméa (1998), l’Etat français s’est engagé à organiser des consultations sur l’indépendance. Deux référendums ont été organisés, en 2018 avec 43,3% de votant·es pour l’indépendance et en 2020 avec cette fois-ci 46,7% de votes pour. Une troisième consultation sur la question de l’indépendance de la Kanaky est unilatéralement prévue par l’Etat français pour le 12 décembre 2021.

Cette consultation que les indépendantistes souhaitaient historique s’annonce catastrophique. En effet, la Kanaky est frappée de plein fouet par la pandémie de Covid 19. Le nombre de décès est important (environ 300 pour une population de 270 000 insulaires) et les mesures de confinements ou de distanciation empêchent la vie sociale et politique de l’archipel. D’autant que le débat sur la vaccination fait rage et qu’il divise les populations comme en France.

Les responsables du FLNKS (Front de Libération National Kanak et Socialiste) et leurs partenaires, réuni·es au sein d’un Comité stratégique indépendantiste de non- participation ont déclaré :
« Nous, les partisans du oui [à l’indépendance], souhaitons que cette ultime consultation de l’accord de Nouméa se déroule dans un climat serein et apaisé […] ce ne sera pas le cas ».
Ils elles ont précisé que si cette consultation était maintenue dans ces conditions ils et elles ne « respecteront pas le résultat » et « si nécessaire ils et elles, pointeraient devant la communauté internationale les manquements d’un État qui ne tient pas parole ».

Les représentant·es de l’USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanak et Exploités) assurent que les populations ne sont plus disponibles pour ce scrutin car elles sont trop absorbées par leur propre survie. De plus, les cultures millénaires des peuples océaniens nécessitent des périodes rituelles et de deuil que le délai du référendum ne permettent pas.
L’USTKE a été touché de plein fouet par la pandémie. Plusieurs militant·es sont décédé·es en laissant un vide chez leurs camarades de lutte. Nous saluons ici la mémoire et les combats des camarades Wallès Wallès et Qenenoj Felix, membres fondateurs de l’USTKE, Gidro Maniqe, militante de l’USTKE et de toutes celles et ceux qui continuent la lutte.

La CNT apporte son soutien à l’ensemble du mouvement indépendantiste Kanak dans sa demande de report de la consultation du 12 décembre au deuxième semestre de 2022. Nous dénonçons l’envoi de militaires et de gendarmes de l’Etat Français en Kanaky. En souhaitant que les routes de l’indépendance soient devant eux et nous, nous envoyons tout notre soutien et notre solidarité au peuple Kanak.

Le secrétariat international de la CNT-F

http://www.cnt-f.org/international/Kanaky-POUR-LE-REPORT-DU-REFERENDUM.html

Revaloriser tout un secteur, on lâche rien !

Les syndicats du Maine-et-Loire CNT apportent tout leur soutien à cette mobilisation. A l’appel de plusieurs collectifs, France Animation en Lutte et des fédérations CGT, SUD, et CNT du secteur les travailleurses et travailleurs de l’animation sont appeler à la grève le 14 et 15 décembre. La première grève du 19 novembre n’était qu’un coup de semonce, ce secteur comme les autres ne lâchera rien.

Le Figaro Magazine est réactionnaire ?

La CNT 49 publie le communiqué de ses camarades de la fédération des travailleurs-euses de l’éducation (CNT FTE),  » Instruire pour révolter « . Nous savions que le Figaro était un journal de droite et conservateur, il semblerait qu’il soit devenu réactionnaire. Nous l’écrivons, le fascisme c’est ni dans les urnes, ni dans la rue, ni dans la presse ! No Pasaran !

La honte de l’Europe

L’Europe voulue par ses pères était une « Europe des peuples, pour mettre fin aux guerres ». Ça, c’était pour le grand public, la réalité, l’Europe est un grand marché ou l’argent est Roi ! La situation vécue par les migrants-es à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne est inacceptable et démontre cette volonté de l’argent d’abord, l’humain après. Au XXIe siècle, on se fait la guerre en se servant de femmes, d’enfants et d’hommes qui non plus rien et que l’on jette sur les barbelés de l’adversaire. Nous n’avons qu’une réponse à adresser aux gouvernants du monde entier pour tous les migrants, WELCOME !

Toutes et tous Guadeloupéens-es !

Le gouvernement a trouvé la réponse à la crise qui secoue la Guadeloupe : envoyer des militaires du GIGN ! Présenté comme des violences « anti-vax » par les médias, la Guadeloupe se soulève contre un sous-développement qui dure depuis 40 ans. Une région française oubliée, marginalisée. La vie chère, pas d’avenir. Les Guadeloupéens-es se révoltent ! La goutte de trop a été la critique répétée de l’exécutif contre la « sous-vaccination » du territoire. Comme si cela était une priorité dans une région où on se bat tous les jours pour manger ?

Selon le président du conseil régional de Guadeloupe, Ary Chalus*, « ce mouvement n’est pas seulement à cause de l’obligation vaccinale » mais aussi la conséquence d’un « retard de 40 ans en matière de développement économique et social ».

Source AFP

La CNT 49 apporte son plein soutien Guadeloupéens-es, demande le retrait immédiat des troupes envoyées sur place.

*Le président du conseil régional de Guadeloupe ne peu pas être traité d’islamo-gauchiste, alors si même lui dit que l’état ne fait rien… Pour info il est encarté LREM…

Grève générale en Guadeloupe