Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

Recension de vautours qui se font du fric avec la machine à expulser
[Posté le 29/11/2009]

A chacun le sien...

Recension de vautours qui se font du fric avec la machine à expulser

mercredi 25 novembre 2009

Avant de vous assommer avec des listes fastidieuses de vautours trouvées dans le domaine public (presse, rapports d’ONG, Journal Officiel, tracts, rapport de la Cour des Comptes) et compilées par thème, nous avons décidé de vous engloutir de quelques dates historiques sur la banalité des camps, puis de brèves données juridiques et techniques sur le dispositif actuel. Nous avons effectué cette petite recherche maintenant, parce qu’il nous semblait notamment important de reprendre le fil d’activités passées (campagne Bouygues en 2003 ou Ibis, pour celleux qui lisent comme nous les vieux papiers), tout en se donnant les possibilités de les dépasser à la fois dans l’espace –par la multiplicité des cibles–, et dans le temps –par leur côté permanent.

Si on veut un prétexte pour s’intéresser de près à la question, précisons simplement que se battre contre la « machine à expulser » peut offrir une perspective commune à beaucoup d’exploités et d’enragés : lutter contre un monde qu’on ne veut pas intégrer et qui nous offre une place toujours plus étroite (à travers des boulots de galériens, des logements pourris, une survie extralégale misérable et l’enfermement) entre le bâton et l’enclume.

Et puis, il y aussi une autre motivation, plus immédiate, pour utiliser cette liste : fin janvier 2010 se tiendra le procès des 10 inculpés de Vincennes, accusés d’avoir cramé le centre de rétention en juin 2008. Et c’est pas tous les jours que brûle entièrement une prison, camarades... Reprenons l’initiative dès maintenant, et que chacunE ajoute son propre contenu aux actions qu’ille choisira d’entreprendre !

Deux petits extraits : […]Les centres de rétention administrative (CRA) ont donc été créés le 5 avril 1984 par la gauche, sur décision du Premier ministre, et mis en place par le biais de simples circulaires. La liste des camps de rétention s’allongera par la suite de 12 à 26 (fi xée par arrêté), tandis que le délai maximum de rétention passera succesivement de 2 jours à 7 jours, puis 10 (loi Pasqua de 1993) puis 32 jours (loi Sarkozy du 26 novembre 2003). En métropole, la durée moyenne de rétention effective dans les CRA qui s’établissait autour de 5 jours jusqu’en 2003 est passée à 10,34 jours en 2008 (mais 18 jours à Vincennes avant son incendie de juin). Le nombre de retenus qui était de 24 501 en 2002 a augmenté de manière continue pour atteindre 34 592 en 2008 (et le nombre de « mesures d’éloignement » prononcées de 16 406 à 101 539 !). Aujourd’hui, la fi xation par l’Etat de quotas toujours plus élevés maintient la pression vers le haut. […]

[…]Les Zones d’attente ont quant à elles été créées, à nouveau par la gôche, par la loi n°92-625 du 6 juillet 1992 dans les ports et aéroports, avant d’être étendues aux gares ouvertes au trafi c international (loi du 27 décembre 1994). Il existe une centaine de Zones d’attente en tout (dont 70 outre-mer), créés sur simple arrêté préfectoral. 90 % des placements en Zone d’attente et 96 % des demandes d’asile aux frontières sont enregistrées dans la seule zone d’attente de l’aéroport de Roissy, la tristement célèbre Zapi 3. Enfi n, 16 645 étrangers ont été placés en Zone d’attente en 2007, pour une durée moyenne de 4 jours (mais 500 sont restés plus de 12 jours) szur un maximum de 30 possibles. […]

Liste des principaux collabos de la machine à expulser : Des constructeurs, des architectes, des fournisseurs, des financiers, des négriers, des transporteurs, des caritatifs (et oui !), des sous-traitants, des Hôtels.

texte entier à : http://www.non-fides.fr/spip.php?ar...

Répondre à cet article