Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

à Saint-Etienne :privé public même galère !
[Posté le 17/10/2010]

À leur troisième jour de mobilisation, les lycéens du public ont hier été rejoints par plusieurs établissements de l’enseignement privé. Signe d’une contestation qui se généralise, c’est surtout pour les leaders du mouvement une marque d’encouragement. Ils envisagent de battre à nouveau le pavé la semaine prochaine

Chaque matin, depuis mercredi, la Grand’Rue a laissé place à la marche revendicative de centaines de lycéens stéphanois. Jusqu’à présent, le pavé n’était battu que par des élèves du public.

Mais, hier, des dizaines de lycéens de Sainte-Barbe, Saint-Louis et de La Salésienne ont aligné leurs pas sur ceux de leurs collègues. « C’est un grand motif de satisfaction de voir que le privé se mêle au cortège. Cela montre bien l’ampleur que le mouvement est en train de prendre », commente Dimitri Paraskevaïdis, responsable de l’union des étudiants communistes de la Loire et leader du mouvement lycéen. Outre leur présence à la manifestation, les élèves du privé avaient effectué un blocus au lycée Saint-Louis durant toute la matinée. A La Salésienne, les cours ont purement et simplement été annulés, faute d’élèves et de professeurs, bloqués à l’entrée de leur établissement. Au lycée Sainte-Marie Thérèse, c’est dans l’après-midi que l’entrée des élèves a été perturbée, sans pour autant faire sauter des séances de travail.

Lors de la manifestation d’hier matin, ce renfort était certes apprécié, mais largement inattendu. « Nous sommes vraiment surpris par la mobilisation constante depuis mercredi. Chaque jour, ce sont au moins 500 lycéens qui manifestent dans les rues de Saint-Etienne. », indique le leader lycéen. Un effectif qui, pour une fois, ne semble pas contesté par la police.

Si le mouvement se radicalise en entraînant dans sa course les élèves du privé, il s’organise aussi. Hier, les lycéens avaient programmé une jonction avec des grévistes du centre technique municipal de Saint-Etienne. Elle s’est effectuée au pied de la préfecture, peu avant midi. [...]

suite à : http://www.leprogres.fr/fr/region/l...

Répondre à cet article