Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

compte rendu de l’action « que personne ne dorme à la rue »
[Posté le 9/05/2010]

UN TOIT C’EST UN DROIT UN TOIT C’EST LA LOI

rapide compte rendu de l’action de vendredi 7 mai 2010 :

Le collectif « que personne ne dorme à la rue » a investi hier soir un gymnase de la ville pour mettre à l’abri plusieurs familles qui se trouvaient sans hébergement. Les forces de l’ordre sont rapidement arrivées sur place ont tenté de nous intimider (verbalement) pour nous faire sortir.

Nous n’avons pas céder aux intimidations. S’en est suivi de multiples échanges avec la municipalité et la préfecture. Aucun ordre d’expulsion n’a été donné aux forces de l’ordre, le préfet a semble-t-il préféré attendre le déclenchement de l’alarme anti-effraction espérant qu’elle nous ferait fuir. Il a même tenté de nous faire croire que c’était une alarme incendie. Ensuite pendant plus d’une heure, cette alarme qui se déclenche lors du passage devant une cellule infrarouge située dans le hall, était régulièrement réactivée par les forces de l’ordre qui ne se sont pas souciées des enfants qui subissaient cette sirène stridente. Un militant excédé a tenté de déconnecter la cellule de contrôle il a été violemment interpellé et conduit au commissariat de police de FAURIEL nous n’avons à l’heure qu’il est toujours pas de ses nouvelles. Après plus de 1 heure sous le vacarme de l’alarme, le préfet nous autorise à passer la nuit dans le gymnase et demande aux forces de l’ordre de se retirer. Que d’énergie dépensée pour offrir un toit à des familles qui demandent l’asile dans notre pays. Nous vous appelons à interpeller le préfet pour lui réclamer un accueil respectueux de tous ces nouveaux arrivants mais aussi plus largement de ne laisser aucun être humain sans hébergement.

Le collectif « que personne ne dorme à la rue »

Répondre à cet article