Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

SOS Soutien ô sans papiers et les No Border veulent porter plainte contre le maire
[Posté le 12/02/2010]

L’association SOS soutien ô sans papiers et les No Border assurent être encore plus déterminées ... après les événements du week-end. Malgré l’arrêté municipal qui leur interdit de recevoir du public dans le hangar qu’ils louent rue de Crondstadt, ils veulent rouvrir le lieu dès aujourd’hui pour "un accueil de jour" des migrants, "qui sont adhérents de l’association", bien que le local ne soit pas aux normes. Détérioré après l’intervention de la police ce week-end, pas chauffé, ouvert aux quatre vents, le hangar a été aménagé avec un coin cuisine, un bureau, des livres, des matelas... "Des matelas, il y en avait aussi dans notre local rue Monseigneur-Piedfort pour les associatifs, ça ne veut rien dire", assure Rodolphe Nettier, de SOS Soutien ô sans papiers.

Les pouvoirs publics, eux, sont prêts à intervenir si le local ouvre à nouveau. "L’arrêté municipal court toujours, nous interviendrons s’il le faut, assure le sous-préfet Gérard Gavory. Ils doivent respecter les règles ; pour accueillir du public, un local doit être aux normes. La commission de sécurité est passée, le local demande des travaux considérables". Les deux associations estiment, elles, "que ce soit un accueil de public ou pas, ce n’est même pas l’objet du débat. On recevait déjà des gens depuis dix jours. On laissera la justice trancher".
Mais pour Gérard Gavory, "ils sont dans la provocation. Derrière ça, il y a un problème de responsabilité. Imaginez qu’il se passe quelque chose, c’est le maire qui est responsable personnellement". Les associatifs, qui s’estiment victimes d’une "campagne de criminalisation de la part de l’État", ont annoncé qu’ils allaient déposer trois recours en justice, dont un au pénal ainsi qu’une plainte contre le ministre de l’Immigration Éric Besson pour diffamation. Ils pourraient faire de même contre le maire, Natacha Bouchart, pour ses propos les qualifiant "d’éléments extérieurs qui marchent sur le ventre et les pieds des Calaisiens".
A. F.

article de La Voix du Nord :
http://www.lavoixdunord.fr/Locales/...

Répondre à cet article