Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

En solidarité avec les paysan-ne-s et les citoyen-ne-s argentin-e-s qui se battent contre un projet de Monsanto, les Faucheurs volontaires ont occupé, dimanche 18 juillet 2016, une usine de Monsanto à Trèbes, dans les Pyrénées audoises.
[Posté le 23/07/2016]

Alors qu’en Argentine, le blocage du projet de la plus grosse usine de Monsanto, sur le site de Malvinas Argentinas (Córdoba), se poursuit depuis presque trois ans, en France, les faucheurs volontaires ont décidé, en solidarité avec les paysans et les citoyens argentins, d’occuper un des sites de Monsanto, l’usine de Trèbes, dans l’Aude. Un concert sauvage avec pour tête d’affiche HK et les Saltimbanques et la chanteuse argentine Leila, s’est improvisé dans l’enceinte de l’entreprise, où un campement a été installé pour la nuit.

Alors que la préfecture de police a jugé cette action « irrespectueuse » en période de deuil national, les Faucheurs précisent : « comme tout le monde, nous sommes affectés par ce qui s’est passé à Nice le 14 juillet. C’est donc important pour nous de redire, ce soir, que notre mouvement et nos actions ont pour but de dénoncer la violence et d’œuvrer pour la vraie paix, pas celle du dominant ! C’est donc en solidarité avec toutes les victimes de violences, de haine et d’injustice en France et ailleurs dans le monde que nous sommes là pour dénoncer les crimes commis par un système, un système dont Monsanto est un acteur essentiel qu’il est urgent d’arrêter ! » .

Suite à l’action que nous avons menée à Trèbes, un journal local a relayé les propos tenus par le dir cab du préfet de l’Aude, les FV ont envoyé le communiqué de presse suivant en droit de réponse.

Bonjour, Votre journal a bien rendu compte de notre action à l’usine Monsanto de Trèbes, ainsi que de sa raison d’être : soutien à ceux qui se battent en Argentine contre Monsanto. Suite au propos du directeur de Cabinet du Préfet de l’Aude, Il nous semble légitime de vous demander de faire paraître cette mise au point.

Les FV soulignent le caractère infamant et récupérateur des propos du représentant de la préfecture lors de l ’action non violente du 17/07 à Monsanto Trèbes. "l’indécence et l’incongruité" d’un tel rassemblement pendant la période de deuil national. Il a également rappelé l’ordre du préfet d’annuler les événements festifs jusqu’à lundi."

Ces propos soulèvent toute l ’incompétence de l’état, la non reconnaissance des mouvements de la société civile et surtout l’absence du moindre désir d’écoute de la voix populaire.

De par le monde, les victimes appartiennent à ceux qui les pleurent et les enterrent, en silence ou en musique, selon les volontés des familles et selon la diversité des pratiques culturelles liées aux décès.

Les faits :

-Le mouvement des Faucheurs Volontaires est un mouvement de désobéissance civile et non violente qui défend le vivant, de la nature à l ’être humain, et qui utilise les moyens non violents qu’il peut pour pousser les autorités et les multinationales à respecter la "vie".

-Si les attentats sont une abomination insupportable, la destruction chronique et permanente du monde vivant par les multinationales est également intolérable puisque acceptée et légalisée par L’État. La mort violente bouleverse et nous révolte tous mais la mort lente et massive des êtres vivants est aussi intolérable car voulue et pensée par un système qui n’a de valeur que le profit.

-L’action du 17 juillet était une action de soutien aux Argentins en lutte contre l’installation d’une grande usine Monsanto à Malvinas et le groupe de musiciens venu partager cette action portait la parole des luttes populaires, une parole de résistance et de paix. Il y avait parmi eux une argentine qui nous a permis de rentrer en contact avec les résistants de MALVINAS.

Le Collectif des Faucheurs Volontaires