Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

ZAD NDDL : Communiqué d’habitant-e-s de la zad en réponse à l’appel d’offres du gouvernement
[Posté le 31/10/2015]

vendredi 30 octobre 2015, par zadist

Suite à l’annonce publiée ce jour par le gouvernement d’un nouvel appel d’offre pour la construction d’un aéroport à Notre Dame des landes, nous tenons à rappeler notre détermination à empêcher toute tentative de démarrage des travaux ou d’expulsion de la zad. Il nous apparaît par ailleurs nécessaire de mettre en avant l’hypocrisie flagrante du gouvernement quant à ses préoccupations environnementales à la veille de la COP 21.

- Trahison des engagements du gouvernement

L’appel d’offre lancé par le gouvernement quant aux travaux de la desserte aéroportuaire est un signe de plus de sa volonté de passer en force et de trahir ses engagements publics de 2014 à ne pas « débuter les travaux avant l’épuisement de tous les recours juridiques actuellement déposés ». Cet épuisement était censé inclure l’ensemble des appels et pas seulement le passage en premier instance. Ces appels lancé par les associations , notamment ceux concernant la loi sur l’eau et les questions environnementales, n’ont toujours pas été jugés. Cette nouvelle annonce s’ajoute à la reprise des procédures d’expropriation et d’expulsion des locataires et paysans « historiques », ainsi qu’à sa campagne d’attaque médiatique contre le mouvement anti-aéroport et les habitants de la zad.


- Nouvelles mobilisations et convoi commun vers la COP 21

Dans ce contexte nous lançons une série de nouvelles mobilisations avec l’ensemble du mouvement anti-aéroport : occupants, paysans, associations, comités de soutien... Nous organisons, entre autre , un convoi en tracteurs et vélos qui partira de Notre dame des landes le 21 novembre pour se rendre à Paris lors de la COP21, sommet intergouvernemental sur le réchauffement climatique. Nous viendrons y dénoncer l’hypocrisie flagrante entre, d’une part, la volonté affichée à ce moment là par le gouvernement, de lutter contre le réchauffement climatique, et, d’autre part, la menace de revenir quelques semaines plus tard pour expulser la zad, détruire plus de 1600 ha de terres agricoles, de zones humides et d’habitats pour y construire un nouvel aéroport... (suite de l’article)

Répondre à cet article