Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

Communiqué de la CNT-RP à propos de la situation des migrants de la chapelleMigrants : le PS ventile
[Posté le 25/06/2015]

Migrants : le PS ventile

Depuis des mois, un campement de réfugié-e-s s’était installé sous le métro aérien au pont de la Chapelle. Au-dessus des rails de la gare du Nord, tou-te-s attendaient un passage vers l’Angleterre ou une possibilité de demande d’asile en France. Mais le gouvernement, fantasmant un « appel d’air » qui ferait venir des millions de pauvres « chez nous », a préféré rendre leur parcours impossible : procédures compliquées, logement d’urgence saturé, aides matérielles inexistantes. Les migrants, jeunes isolé-e-s, familles, venant de pays en guerre ou soumis à des régimes politiques autoritaires et corrompus, n’avaient d’autre choix que de se regrouper et de vivre à la rue.

Mais la misère pique les yeux du PS, alors le 2 juin, le ministère de l’Intérieur, aidé par ses collaborateurs et complices de France terre d’asile – qui, comme pour les MIE (mineurs isolés étrangers), sert de caution morale pour justifier les expulsions et le tri des migrants – a « évacué » le campement « pour raisons sanitaires ». Les communicants ont essayé de faire croire à une belle opération humanitaire... En fait, il s’agissait bien d’une rafle faite par des flics nombreux et très équipés. Mis dans des cars, les migrant-e-s ont été dispersés en lointaine banlieue ou à 300 mètres de là. Les quelques migrants logés sont revenus très rapidement, mis à la rue au mieux trois jours après, ou tout simplement affamés, loin de Paris et de ses possibilités de s’organiser collectivement. (suite)

Répondre à cet article